logo Pharmablogue



2015-06-10  |  

Adoption de la loi 41 en pharmacie : les pharmaciens propriétaires sont-ils prêts?

loi 41

L’adoption du projet de loi 28 par le gouvernement du Québec en avril dernier, lequel vise à modifier une soixantaine de lois dans l’optique d’atteindre le déficit zéro au cours de l’année prochaine, officialise du même coup l’entrée en vigueur de la Loi modifiant la Loi sur la pharmacie, mieux connue sous le nom de la loi 41.

Ainsi, après deux années de report, de débats et de négociations, celle-ci prévoit faire son entrée en pharmacie le samedi 20 juin 2015. Présentée de manière positive aux pharmaciens propriétaires, l’adoption de cette loi permettra entre autres l’exercice de nouvelles activités professionnelles. Mais qu’en est-il réellement de la perception des pharmaciens à son égard? Isabelle Leclerc, pharmacienne propriétaire, nous donne ses impressions sur l’application de cette loi dans son quotidien en pharmacie.

Isabelle, quelle attitude les pharmaciens propriétaires adoptent-ils face à l’arrivée imminente de cette loi?

Avant l’adoption du projet de loi 28 par notre gouvernement, lequel implique une amputation des honoraires de la RAMQ aux pharmaciens de 177 millions de dollars et donc indirectement une diminution de salaire pour les pharmaciens, je crois que la venue de la loi 41 était envisagée d’un bon œil. En effet, il était très motivant pour les pharmaciens propriétaires de constater que l’on valorisait notre profession en désirant y intégrer de nouvelles fonctions et de plus grandes responsabilités. Aujourd’hui, dans le contexte d’adoption de ce fameux projet de loi 28, il va sans dire que les pharmaciens propriétaires démontrent davantage d’inquiétude face à la loi 41. Les changements et coupures qui seront infligés obligeront certainement les pharmaciens propriétaires à revoir les heures d’ouverture en pharmacie, à réorganiser leur équipe ainsi qu’à envisager, dans certains cas, des mises à pied. En d’autres mots, la réalité se traduit par le fait que bien que la loi 41 nous ajoute des tâches au quotidien, nous serons cependant appelés à faire plus, avec moins de ressources à notre disposition. Dans ce contexte, les pharmaciens propriétaires s’en mordent véritablement les doigts.

Au quotidien, comment s’organiser face à cette loi 41?

Pour nous, cette réforme nécessitera une meilleure organisation et une restructuration des tâches. À ce sujet, nous sommes présentement en train d’élaborer un plan pour optimiser la gestion du temps des pharmaciens propriétaires. Concrètement, il s’agit de faire en sorte qu’ils n’aient pas à se soucier des aspects plus techniques afin que toute leur attention soit portée sur le travail professionnel. Ainsi, nous valoriserons amplement le travail d’équipe. Notons que les employés joueront un rôle de soutien crucial pour assurer le bon roulement de notre pharmacie.

Existe-t-il des ressources à votre disposition, ces dernières vous permettant d’adopter ce changement?

D’abord, nous avons reçu une formation obligatoire de l’Ordre des pharmaciens du Québec au mois de septembre 2013. Ainsi, tous les pharmaciens ayant participé à cette formation comprennent grosso modo les fondements de cette loi 41. Également, le site loi41.com présente les grandes lignes de la loi et son implication concrète sur la profession. Notre bannière respective peut évidemment nous fournir des renseignements pertinents quant à son intégration. Toutefois, je crois que chacun de nous devra faire un bout de chemin personnel dans le processus afin d’apprivoiser cette loi. En effet, si certains outils et ressources sont mis en place actuellement, il sera de la responsabilité de chacun de construire son propre système afin d’y faire respecter la loi dans les meilleures conditions.

Une fois la loi 41 implantée en pharmacie, quelle sera la prochaine étape pour les pharmaciens propriétaires du Québec?

D’abord, il s’agira d’un véritable défi quant à la gestion et l’optimisation du temps des professionnels en pharmacie. Il faudra ainsi s’adapter. À plus long terme, l’aspect financier risque d’être une problématique importante. Il faudra ainsi définir si des frais devront être exigés pour des services rendus aux patients. Évidemment, l’implantation du projet de loi 28 change graduellement notre perception des services gratuits aux patients. Si les pharmaciens propriétaires doivent dorénavant faire plus avec moins, il va de soi que nous serons dans l’obligation d’exiger des frais quant à certains conseils et services rendus afin d’assurer la pérennité des pharmacies. L’adoption de la loi 41 dans le contexte du projet de loi 28 nécessitera assurément certains ajustements. Il ne serait guère surprenant que de nouveaux débats découlent de ces nouvelles réformes professionnelles dans le milieu pharmaceutique.   

Entrevue réalisée avec Isabelle Leclerc, pharmacienne propriétaire, rédigée par Noémie Desbois Mackenzie, bachelière en communication.
Lisez d’autres articles d’Isabelle Leclerc dans la section “Gestion en pharmacie” du PharmaBlogue.




Avenir de la pharmacie | Gestion en pharmacie | Loi 41

Close comments
1 commentaire

Vincent Landry

12-06-2015

Les pharmaciens, incluant les propriétaires, sont prêts à l'arrivée de la loi 41. Cela fait 2 ans que nous l'attendons... cela fait 2 ans que nous nous y préparons!
Je ne crois pas que ce soit tant au niveau de l'organisation du travail que le plus difficile sera à faire. Bien sûr, les pharmaciens devront continuer à libérer du temps pour ces actes professionnels, mais les recettes sont connues: délégation, LEAN, outils informatiques, etc. Le plus difficile sera de PROMOUVOIR ces nouveaux actes et de défendre le coût qui leurs sont associés. En d'autres terme, VENDRE notre expertise et nos capacités à répondre au besoins des patients. C'est un réel changement de mentalité, pour lequel il ne faudra pas avoir peur de défendre. Et de grâce, soyons solidaires!



Commenter l'article

*Champs obligatoire


+ Populaires + Commentés
pommade du Dr Nweman

[ Allaitement ] La crème « tout usage » du Dr Jack Newman : un traitement miracle ?


téterelle allaitement

La téterelle et l'allaitement : pourquoi, quand et comment?


Probiotiques

Les probiotiques : quand, comment et pourquoi les utiliser?


La massothérapie

Les secrets de la massothérapie


blanchiment des dents

Le blanchiment des dents : bien plus qu’une procédure esthétique!


La profession d’ATP : en constante évolution!


Article suivant

Revue de presse santé

Un énoncé commun pour faire bouger les enfants et à l'extérieur, pour leur santé