logo Pharmablogue



2016-10-26  |  

Comment se traite l’asthme chez les enfants?

asthme

L’asthme est une condition inflammatoire chronique des voies respiratoires inférieures (bronches) caractérisée par une obstruction réversible et récurrente. Bien que l’asthme puisse apparaître à n’importe quel âge, les symptômes débutent généralement à l’âge de 6 ans.

Cette condition affecte de 5 à 15 % des gens dans le monde, et varie d’un pays à l’autre. Les patients qui consultent présentent généralement des épisodes fréquents de dyspnée, d’oppression thoracique, de sifflement respiratoire ou de toux, qui peuvent s’aggraver la nuit. Ces symptômes peuvent être aggravés en présence d’allergènes, d’infection des voies respiratoires ou lors de la pratique d’un exercice. Le diagnostic doit être confirmé avec l’aide d’un spiromètre selon des cibles définies (ratio VEMS/CVF) afin d’objectiver cette obstruction réversible.

Quelle est la prise en charge?

Les lignes directrices de la Société canadienne de thoracologie (SCT) suggèrent un programme d’éducation aux enfants et aux parents comprenant un plan d’action et un enseignement complet sur l’asthme (symptômes, facteurs aggravants, etc.). Il faut bien sûr éviter les irritants et les allergènes à la maison et à l’école (animaux, tabac, pollution atmosphérique, etc.), qui peuvent aggraver les symptômes de l’asthme. Le but du traitement de l’asthme est de contrôler les symptômes de base (absence la nuit, < 4 fois par semaine le jour) et d’adapter le traitement lors d’une crise d’asthme ou d’un exercice physique.

Quels sont les traitements?

Dans tous les cas, un bêta-agoniste à courte action (BACA), soit du salbutamol (VentolinMD) ou de la terbutaline (BricanylMD), doit être prescrit. L’ouverture rapide des bronches (de 2 à 5 minutes) leur permet d’être utilisés 4 à 6 fois par jour, au besoin, afin de soulager les symptômes lors de crise ou avant un exercice. Ces solutions peuvent être utilisées seules dans le cas d’un asthme léger ou lors d’un effort. Une utilisation fréquente (> 8 fois par semaine) de façon routinière signifie que la condition n’est pas bien contrôlée et que d’autres thérapies sont alors nécessaires.

Le traitement d’appoint de l’asthme consiste en l’utilisation de corticostéroïdes inhalés (CSI) qui permettent de diminuer l’inflammation des bronches afin d’avoir un meilleur contrôle des symptômes. Si les symptômes ne sont pas bien soulagés, il est possible d’augmenter les doses des CSI selon les recommandations de la SCT. Il existe actuellement cinq CSI sur le marché qui ont tous le même effet à dose équivalente :

Avec tous les CSI, les enfants doivent rincer la bouche avec de l’eau pendant 30 secondes après usage afin de prévenir l’apparition d’une candidose, des champignons dans la bouche. Si, malgré tout, des candidoses apparaissent de façon répétitive,  le ciclésonide pourrait être une option à envisager, car il est inactif au niveau de la bouche. Lorsque les CSI doivent être utilisés à haute dose, la béclométhasone serait une option privilégiée par certains médecins, car l’absorption systémique est moindre et le risque d’inhibition de l’axe hypothalamo-hypophysaire est plus faible.

Si les symptômes ne sont pas soulagés adéquatement, il est possible d’ajouter un antagoniste des récepteurs des leucotriènes (ARLT), comme le Montelukast (SingulairMD), un médicament pris par la bouche indiqué à partir de l’âge de 2 ans. Par la suite, il est possible d’ajouter un bêta-agoniste à longue action (BALA), comme le salmétérol (SereventMD) ou le formotérol (OxezeMD). En 2005, un avis de santé Canada rapporte une augmentation de la mortalité par crise d’asthme lorsque les BALA sont utilisés en monothérapie. Par conséquent, ils doivent désormais toujours être combinés à des CSI. Il existe une combinaison de BALA et un CSI : le fluticasone/salmétérol (AdvairMD) et le budésonide/formotérol (SymbicortMD). Cette option est intéressante si certains enfants ont des problèmes d’observance.

Comment utiliser les différentes pompes?

Il est bon de savoir que chacune de ces pompes possède une méthode d’utilisation différente :

  • AÉROSOL-DOSEUR (salbutamol, fluticasone, ciclésonide,  beclométhasone et la combinaison fluticasone/salmétérol)
  • DISKUS (salmétérol, fluticasone et le fluticasone/salmétérol)
  • TURBUHALER (terbutaline, budésonide, formotérol et budésonide/formotérol)
  • TWISTHALER (mométasone)

Chez les enfants de moins de 8 ans, la capacité d’inspiration n’est pas suffisante pour inspirer les poudres sèches contenues dans le Diskus, le Turbuhaler et le Twisthaler. À cet âge, comme les enfants ne sont pas capables d’avoir une bonne coordination main-poumon, on recommande alors l’utilisation des pompes en aérosols-doseurs avec l’aide d’une chambre d’espacement.

Pour plus d’information

Il est possible de consulter en français les lignes directrices de la SCT mises à jour en 2010. Des dépliants d’informations pour les professionnels de la santé sont aussi disponibles sur le site internet de la SCT et sur celui de l’institut national d’excellence de la santé et des services sociaux (INESSS).

Par Jean-Philippe Adam
B. Pharm, M. Sc., Pharmacien,
Centre Hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM)
Courriel : jean-philippe.adam.chum@ssss.gouv.qc.ca

*republication*

 




Développement de l'enfant

0 commentaire

Commenter l'article

*Champs obligatoire


+ Populaires + Commentés
pommade du Dr Nweman

[ Allaitement ] La crème « tout usage » du Dr Jack Newman : un traitement miracle ?


téterelle allaitement

La téterelle et l'allaitement : pourquoi, quand et comment?


Probiotiques

Les probiotiques : quand, comment et pourquoi les utiliser?


La massothérapie

Les secrets de la massothérapie


blanchiment des dents

Le blanchiment des dents : bien plus qu’une procédure esthétique!


La profession d’ATP : en constante évolution!


Article suivant

Revue de presse santé

Les canneberges freineraient les infections bactériennes