logo Pharmablogue



2015-09-22  |  

Conseils pour rédaction de posologie

posologie

Bonjour à vous, cher collègues assistants techniques en pharmacie. C’est avec plaisir que je vous ai préparé un premier article sur notre formidable métier. Bonne lecture!

La rédaction de posologie

Lorsque le client vient à la pharmacie, c’est qu’il a un problème de santé qui l’a poussé à aller voir le médecin et lorsqu’il retourne chez lui après avoir été à la pharmacie, il se peut qu’il ne sache pas comment bien prendre son médicament, et ce, même si le médecin et le pharmacien le lui ont expliqué. Plusieurs raisons peuvent expliquer cette situation, comme l’angoisse d’être à la pharmacie et de devoir prendre de nouveaux médicaments, l’inacceptation de son état de santé, ou simplement le fait que le client peut aussi être confus ou fatigué d’avoir passé la journée à l’hôpital.

Il est donc important que l’assistant technique en pharmacie rédige une posologie la plus complète possible, afin que le client, une fois de retour à la maison, puisse se fier sur ces directives pour prendre son médicament. Par contre, il faut pouvoir la réaliser rapidement, car habituellement, lorsqu’on doit entrer une nouvelle prescription, le client est sur place à l’attendre.

Des mots d’action

Personnellement, je préfère débuter mes posologies par une action. Qu’elle soit à l’infinitif (prendre, mettre, instiller, appliquer, croquer, insérer) ou à l’impératif (prenez, mettez, instillez, appliquez, croquez, insérez). Pour être cohérent, il est préférable de mettre la même formule pour tous les clients, ou du moins, mettre la même formule pour chaque prescription du même client. Aussi, lorsqu’il s’agit d’un médicament pour enfant, je préfère appliquer le terme « donner ».

Détaillez vos posologies!

Il est également important d’inscrire des détails importants sur le moment de la prise du médicament. Par exemple, si le médicament est prescrit deux fois par jour, est-ce que c’est aux 12 heures, le matin et le soir, au déjeuner et au souper, etc.

Si le médecin a prescrit le médicament « au besoin », il peut être pertinent d’inscrire la raison (si douleur, si fièvre, si diarrhée, si difficulté respiratoire, si crampe, si sécheresse oculaire…).   

Gardez également en tête que nous, en tant qu’assistants techniques en pharmacie, connaissons généralement la raison pour laquelle tel médicament doit être pris, mais pas nécessairement le client. Nous pouvons donc la préciser dans la posologie (pression, circulation sanguine, élimination de l’eau, cholestérol, glaucome, diabète, vessie, vitamine…). Il en est de même pour la classe thérapeutique du médicament (antibiotique, anticonvulsivant, anti-inflammatoire, antiviraux).

Plusieurs autres détails peuvent figurer sur la posologie afin de l’adapter au client : prendre avec nourriture, prendre 30 minutes avant les repas, éviter le fer ou les produits laitiers, appliquer en couche mince, utiliser via l’aérochambre, bien agiter, garder au réfrigérateur, appliquer sur une peau propre et sèche, ne pas croquer ni écraser, prendre régulièrement, ne pas excéder la dose, alterner les sites d’application, éviter tout alcool, et j’en passe… 

Il peut être aussi utile d’inscrire des effets secondaires potentiels tels que : peut rendre la peau sensible au soleil, peut causer la somnolence, peut rendre la bouche sèche, peut brouiller la vision, peut causer la constipation, peut assécher la peau, risque de dépendance…

Savoir s’adresser à son client

S’il s’agit d’une personne âgée, on peut mettre moins d’information, car plus il y a de l’information, plus le tout sera écrit petit. Et plus il y a de texte à lire, plus c’est décourageant.

Il est également important de faire attention aux fautes d’orthographe et à la conjugaison singulier-pluriel. Personnellement, lorsque j’ai un doute, je prends le temps d’aller vérifier sur internet .

Sur l’étiquette de la posologie, nous pouvons aussi rajouter des notes au personnel de la pharmacie : couper en deux, mettre dans un vial, utiliser une compagnie générique précise, laisser dans le pot original, donner en boîte, etc.

Une fois la posologie terminée, si vous avez des doutes, consultez le pharmacien.

L’écrire et l’expliquer

Cependant, malgré tous les efforts que nous pouvons faire pour rédiger une posologie parfaite, il faut malheureusement garder en tête que ce n’est pas tout le monde qui sera en mesure de la lire et de la comprendre.

Effectivement, selon le site de la Fondation pour l’alphabétisation, 19 % des Québécois sont analphabètes (niveaux -1 et 1 de littératie) et 34,3 % éprouvent de grandes difficultés de lecture et se situent au niveau 2 de littératie. Ces derniers seront souvent qualifiés d’analphabètes fonctionnels. Il ne s’agit pas là de fiction, mais bien de chiffres réels. L’analphabétisme touche l’ensemble des pays, peu importe s’ils sont industrialisés ou non. Le Québec n’échappe pas à cette réalité. 

Il est donc essentiel de rappeler au client, lorsqu’on lui remet son nouveau médicament, qu’il peut nous téléphoner à tout moment s’il a des questions, des doutes ou des incompréhensions. Il est important qu’il sache que c’est notre travail et qu’il ne nous dérange pas.

En conclusion, la posologie doit être précise, détaillée, personnalisée, et facile à lire et à comprendre. Elle est la traduction de ce que le médecin a prescrit, verbalisé pour le client. Et surtout, c’est une façon valorisante d’y indiquer précisément nos connaissances et notre savoir-faire en tant qu’assistant technique en pharmacie.  

Par David Cholette
Vice-président secteur privé AQATP




Gestion en pharmacie | Profession : ATP

0 commentaire

Commenter l'article

*Champs obligatoire


+ Populaires + Commentés
pommade du Dr Nweman

[ Allaitement ] La crème « tout usage » du Dr Jack Newman : un traitement miracle ?


téterelle allaitement

La téterelle et l'allaitement : pourquoi, quand et comment?


Probiotiques

Les probiotiques : quand, comment et pourquoi les utiliser?


La massothérapie

Les secrets de la massothérapie


blanchiment des dents

Le blanchiment des dents : bien plus qu’une procédure esthétique!


La profession d’ATP : en constante évolution!


Article suivant

éducation des patients

Intervenir en douleur chronique : quoi faire et ne pas faire