logo Pharmablogue



2015-02-04  |  

Diminuer les effets négatifs du stress (1ère partie)

stress

Voici un premier article sur les produits qui aident à mieux vivre le stress. Le second suivra plus tard en février.

Les toniques

De tous temps, les humains ont cherché des toniques pour pallier la fatigue, l’épuisement ou le manque de performance. Tonique se dit d’un médicament qui fortifie ou stimule l’activité d’un organe ou de l’organisme et tonifier signifie donner de la vigueur physique ou morale; revigorer, affermir. (Le petit Larousse illustré 2005)

Divers ingrédients ont été inclus dans les toniques selon les époques et les modes:

  • Extraits de glandes
  • Vitamines
  • Alcools (Brandy, Sherry, etc.)
  • Aliments riches et revitalisants (spiruline, chlorella, etc.)

Lorsque la fatigue est plus intense ou aiguë, on a en plus recours à des stimulants. Toujours selon le petit Larousse, un stimulant est une substance, médicament qui active les fonctions psychiques ou physiques et stimuler signifie pousser à agir; rendre une activité, fonction organique plus intense, plus vive.

Les principaux stimulants sont:

  • Sources naturelles de caféine (café, thé, chocolat, guarana, noix de kola, maté)
  • Boissons contenant de la caféine (naturellement présente ou rajoutée – spike), combinée ou non à la taurine (boissons énergétiques type Red Bull, Guru, etc.)
  • Coca
  • Tabac
  • Éphèdre (Ephedra sinica)

Notre société de haute technologie nous pousse à vivre à très haute vitesse. Que ce soit pour dépasser les attentes de notre milieu ou simplement pour se rendre au bout de la journée, nous sommes plusieurs à chercher le tonique par excellence. Il faut cependant faire attention de ne pas utiliser les toniques pour mieux brûler la chandelle par les deux bouts! Un tonique, quel qu’il soit, peut nous aider à mieux retrouver notre énergie, mais il peut également nous mener vers l’épuisement si on ne prend jamais le temps de refaire nos réserves. Les stimulants comme le café, la nicotine et la cocaïne sont particulièrement doués pour diminuer notre sensation de fatigue tout en drainant nos réserves. Ils nous entraînent vers un épuisement plus profond et, éventuellement, un burnout. Il est important de concevoir les toniques comme des outils contre la fatigue à utiliser à l’occasion et de concert avec d’autres outils comme le repos, les massages, etc. Quand notre corps nous crie d’arrêter, il vaut peut-être mieux l’écouter…

Bon… Plus facile à dire qu’à faire! Moi le premier, j’ai beaucoup de difficulté à écouter mes propres conseils…

Adaptogènes

Il est important de faire la distinction entre tonique, stimulants et adaptogènes. Les adaptogènes, contrairement aux deux autres catégories, aident notre corps à résister au stress, à surmonter la fatigue et à prévenir l’épuisement.

Sur ce, je vais commencer par vous parler des vrais ginsengs (voir Stress et résistance aux infections/épidémies pour plus d’information sur les vrais et faux ginsengs). Gardez en mémoire que toutes les plantes dont il sera question dans ces 2 articles ont des propriétés stimulantes et adaptogènes, mais qu’elles ont des caractéristiques très différentes.

Ginseng d’Asie (chinois), ginseng rouge de Corée et ginseng canadien (ou américain)

Ces vrais ginsengs ont des vertus similaires quoique, pour les Chinois, leurs indications soient différentes. Le ginseng d’Asie (Panax ginseng CA Meyer) a des effets plus chauds que le canadien (Panax quinquefolium). La notion de chaleur des chinois est très difficile à traduire en termes occidentaux. On pourrait probablement relier cette chaleur à un effet hormonal. Par exemple, dans la tradition chinoise, le ginseng d’Asie n’est pas recommandé aux adolescents parce qu’il pourrait augmenter la chaleur de leur tempérament. Nous connaissons tous la tendance explosive du caractère de nos adolescents! De même, ce ginseng n’est pas recommandé à toutes les femmes. Un des rares effets secondaires du ginseng d’Asie serait de rendre les seins douloureux chez certaines femmes.

Selon la tradition chinoise, aucune de ces contre-indications ne s’applique au ginseng américain qui est considéré comme plus froid, moins exacerbant. Peut-être que la médecine traditionnelle chinoise sait quelque chose que nous ne savons pas…

Le ginseng rouge de Corée provient de la même plante que le ginseng chinois, sauf qu’il est traité à la vapeur selon un procédé traditionnel. Ce traitement conférerait encore plus de chaleur au ginseng, en faisant un stimulant plus fort. Encore ici, on remarque la différence entre les pensées chinoise et occidentale puisque nos études ne voient que très peu de différence entre les deux types de préparations. Il y a bien certains ginsénosides (les molécules actives des ginsengs) qui sont altérés par le processus, mais l’effet pharmacologique n’est pas clair.

Dosage

Le dosage varie en fonction du besoin. Si votre énergie vitale est très faible (personnes très fatiguées, personnes âgées et convalescents/tes), il est recommandé de commencer par des dosages faibles et d’augmenter graduellement. Vous verrez quel dosage vous convient le mieux.

Dans la pharmacopée chinoise, on parle de 3 à 9 grammes de racine par jour. Marie Provost, herboriste réputée du Québec et fondatrice de l’herboristerie La Clef Des Champs, recommande 1 à 3 capsules de 350mg par jour en dose d’entretien et jusqu’à 4 capsules aux 4 heures en aigu. Pour un extrait concentré (normalisé à 7% ginsénosides), une compagnie suggère un dosage de 200mg par jour.

Effets secondaires

Les effets secondaires reconnus du ginseng varient en fonction de la dose et sont très rares aux doses recommandées. On parle d’agitation, de nervosité, d’insomnie et, quelquefois, d’augmentation de la pression artérielle. Ce dernier effet secondaire correspond à ce qu’il est convenu d’appeler le ginseng abuse syndrome ou syndrome d’abus du ginseng qui a été décrit dans les années 70.(1) Les cas rapportés qui décrivent ce syndrome sont très mal documentés, à tel point qu’on se demande de quelle plante ou de quel produit il est question. De plus, ces cas sont répertoriés chez des culturistes. Nous savons tous que nombre d’entre eux ont tendance à consommer plusieurs substances, et souvent à des doses beaucoup plus élevées que celles recommandées.

Par Jean-Yves Dionne
Pharmacien spécialisé en produits de santé naturels

Texte originalement publié sur le blogue de M. Dionne : Franchement santé.


Références:

  1. Siegel RK. Ginseng abuse syndrome. Problems with the panacea. JAMA. 1979 Apr 13;241(15):1614-5.
  2. Blumenthal et al, 1998, The Complete German Commission E Monographs. American Botanical Council ed. USA.
  3. DerMarderosian et al, 1999, The Review of Natural Products, Facts and Comparison publishing group. USA.
  4. M. Provost, 1995, Notes de cours Plantes Médicinales, L’École Buissonière ed. Qc.
  5. Guillaume et Mach-Chieu, 1987, Pharmacopée et Médecine Traditionnelle Chinoise. Éditions DésIris. France.




Santé naturelle

0 commentaire

Commenter l'article

*Champs obligatoire


+ Populaires + Commentés
pommade du Dr Nweman

[ Allaitement ] La crème « tout usage » du Dr Jack Newman : un traitement miracle ?


téterelle allaitement

La téterelle et l'allaitement : pourquoi, quand et comment?


descente d

Prévenir la descente d’organes à la suite de l’accouchement


La massothérapie

Les secrets de la massothérapie


blanchiment des dents

Le blanchiment des dents : bien plus qu’une procédure esthétique!


La profession d’ATP : en constante évolution!


Article suivant

Revue de presse pharmaceutique

Maintenant disponible au Québec, Ultibro(MD) Breezhaler(MD), un médicament à effet bronchodilatateur double à prise uniquotidienne pour le traitement de la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC)