logo Pharmablogue



2016-12-07  |  

Éduc’alcool publie un guide sur l’alcool et les aînés

alcool et aînés

Éduc’alcool a lancé récemment une toute nouvelle version de sa monographie de sa série Alcool et Santé : L’alcool et les aînés. Cette publication permet de répondre dans un langage simple et accessible à des questions importantes sur la relation à l’alcool des personnes âgées de 65 ans et plus, un sujet souvent ignoré, occulté ou oublié.

Ce n’est pas par hasard qu’Éduc’alcool publie cette brochure d’information. Avec le vieillissement de la population québécoise, l’organisme estime qu’il importe de traiter de ce sujet particulièrement sensible et de sensibiliser pharmaciens et médecins à une situation en constante évolution.

De fait, la génération des baby-boomers arrive depuis une quinzaine d’années, à l’âge de la retraite. Elle a des moyens financiers supérieurs à ceux de la génération qui l’a précédée. Elle a développé des habitudes de consommation d’alcool différentes. Elle entend profiter pleinement de ses loisirs et bien vivre cette période de sa vie.

Toutefois, avoir plus de moyens ne signifie pas avoir des moyens tout court. Cela ne signifie pas non plus être immunisé contre les problèmes liés à l’âge. L’augmentation de l’espérance de vie, si elle constitue en soi une excellente nouvelle, entraîne un fait incontournable : il y a de plus en plus de personnes qui sont de plus en plus âgées et elles attribuent trop souvent à leur âge des problèmes qui pourraient être liés à leur consommation

De plus, les données sont cristallines : les aînés consomment davantage d’alcool mais surtout, la consommation excessive est en nette progression : 9,9 % des Québécois âgés de plus de 65 ans disent avoir consommé plus de 5 verres en une même occasion, au moins une fois par mois au cours de la dernière année, alors que 4,5 % des Québécoises de la même tranche d’âge auraient consommé plus de 4 verres dans la même situation.

Les interactions médicamenteuses

Un important facteur de risque d’une consommation dangereuse chez les aînés est la cooccurrence de la consommation d’alcool et de la prise de médicaments.

Au Québec, 80 % des aînés prennent au moins un médicament d’ordonnance par an et la polypharmacie est généralisée. En 2011, les aînés consommaient en moyenne plus de 5,5 médicaments prescrits, sur une base régulière ou permanente, et en 2013, 60 % des aînés en prenaient au moins 3.

On le sait, la consommation d’alcool est contre-indiquée lors de la prise de nombreux médicaments. L’alcool peut amplifier l’effet sédatif de certains – tels les benzodiazépines – et augmenter le risque de chutes. Le mélange d’alcool et de médicaments, notamment ceux contre l’épilepsie, l’hypertension et le rhume, peut causer de la somnolence et des étourdissements. La consommation d’alcool combinée à la prise de médicaments pour soulager les rhumatismes, l’arthrite, la douleur, les infections et la dépression peut provoquer de graves problèmes physiques et psychologiques.

Un manque d’information, une fausse interprétation ou un mauvais usage de l’information sont d’importants facteurs de risque d’une consommation dangereuse, due à la cooccurrence de la consommation d’alcool et de la prise de médicaments. Les pharmaciens ont donc un rôle déterminant à jouer à cet égard.

Trois recommandations

Aussi, Éduc’alcool formule-t-il les recommandations suivantes.

Être sur ses gardes

Parce qu’un changement dans les proportions des masses corporelles liquide et graisseuse ainsi qu’un ralentissement du métabolisme provoquent chez les aînés une alcoolémie plus élevée, à quantités d’alcool égales et à poids égaux, Éduc’alcool recommande aux personnes de plus de 65 ans de limiter leur consommation quotidienne d’alcool à 2 verres pour les femmes et à 3 verres pour les hommes et de s’abstenir de boire de l’alcool deux jours par semaine.

Les médicaments et l’alcool
Parce que la polypharmacie est courante chez les aînés et que les interactions négatives entre l’alcool et les médicaments sont fréquentes, Éduc’alcool recommande aux personnes de plus de 65 ans, lors de l’acquisition de tout nouveau médicament d’ordonnance, de se renseigner systématiquement auprès de leur pharmacien ou de leur médecin sur les interférences et les incompatibilités possibles entre ce médicament et la consommation d’alcool.

L’entourage des aînés

Parce que les aînés constituent un groupe fortement à risque de consommer de l’alcool de façon dangereuse – de manière non intentionnelle – et qu’un tel problème peut se cacher sous des symptômes généralement attribués au vieillissement normal, Éduc’alcool recommande que l’entourage des personnes de plus de 65 ans – famille, proches, amis, pharmaciens, médecins et professionnels de la santé – soit informé, vigilant et soucieux d’intervenir.

Disponibilité de la publication

Il est possible de télécharger Alcool et aînés à partir du site www.educalcool.qc.ca. On peut aussi le recevoir sans frais en appelant Éduc’alcool au 1-888-ALCOOL1.

Hubert Sacy, directeur général
Éduc’alcool




Prévention alcool

0 commentaire

Commenter l'article

*Champs obligatoire


+ Populaires + Commentés
pommade du Dr Nweman

[ Allaitement ] La crème « tout usage » du Dr Jack Newman : un traitement miracle ?


téterelle allaitement

La téterelle et l'allaitement : pourquoi, quand et comment?


Probiotiques

Les probiotiques : quand, comment et pourquoi les utiliser?


La massothérapie

Les secrets de la massothérapie


blanchiment des dents

Le blanchiment des dents : bien plus qu’une procédure esthétique!


La profession d’ATP : en constante évolution!


Article suivant

Résidence personnes âgées

Décision récente: Une pharmacienne condamnée pour avoir versé des avantages à des résidences pour aînés