logo Pharmablogue



2017-01-23  |  

Être ATP : en centre hospitalier ou en communautaire?

ATP

On connaît bien le travail de l’assistant technique en pharmacie (ATP) dans les pharmacies communautaires. On a tous déjà regardé ce qui se passe au laboratoire lorsqu’on attend une prescription.

Mais qu’en est-il du travail de l’ATP dans une pharmacie hospitalière? Son travail est-il le même? Les connaissances acquises en pharmacie communautaire sont-elles suffisantes pour la tâche à effectuer en hôpital?

Et si on faisait la lumière en comparant les deux milieux…

La formation

Il est important de savoir que la formation de 1230 heures est la même pour les deux milieux de travail (pour en connaître davantage sur la formation d’ATP, lire Par où commencer pour devenir ATP?).

Elle comporte une base commune d’environ 600 heures, et 300 heures réservées à chaque discipline viennent compléter la formation. Au final, vous êtes un ATP diplômé et compétent dans les deux milieux de travail.

Communautaire versus hospitalier

La qualité essentielle d’un ATP est la même pour les deux disciplines: la passion du métier.

Suite à cela, quelques différences viennent départager les deux milieux.

Le service à la clientèle

Le service à la clientèle, tâche presque absente du travail d’un ATP en centre hospitalier, est un incontournable en laboratoire communautaire. Il faut donc être à l’aise de servir une clientèle malade, en difficulté, et avec des besoins souvent particuliers. Une grande compassion et une éthique professionnelle irréprochable sont donc des caractéristiques indispensables.

Il y a aussi notre ami le téléphone qui bourdonne sans cesse; il faut donc être capable de gérer les priorités et faire preuve de courtoisie malgré la pression. Les transferts d’ordonnances et les appels provenant des cliniques de médecin sont prioritaires. Pour aider judicieusement le travail du pharmacien, il est de la responsabilité de l’ATP de gérer les appels.

Comme les patients n’ont pas accès à la pharmacie, l’ATP en hôpital transige généralement peu avec la clientèle. Il collabore toutefois de près avec le personnel infirmier.

La préparation d’ordonnances et l’inventaire

En pharmacie communautaire, la gestion de l’inventaire se fait généralement en temps réel, c’est-à-dire au gré des demandes et des ordonnances. Chaque pharmacie possède son processus de gestion, mais chaque membre de l’équipe est responsable de s’assurer que la quantité de produits est suffisante. Certaines pharmacies communautaires utilisent aussi des robots pour les aider à la préparation d’ordonnances. Il faut par contre les alimenter, tâche nécessitant l’aide d’un ATP.

En centre hospitalier, la gestion de l’inventaire est habituellement effectuée par le service d’approvisionnement. Toutefois, la responsabilité de l’inventaire est l’affaire de tous. Les ATP peuvent compter sur l’aide des robots, qui emballent et préparent les médicaments pour les patients, ou encore pour les premières doses, ce qui diminue de beaucoup les erreurs.

La division des tâches

La DVCC (délégation de la vérification contenant-contenu) est une pratique de plus en plus utilisée en pharmacie communautaire. Elle requiert toutefois une formation supplémentaire en milieu de travail et un suivi des protocoles. L’ATP est donc constamment évalué afin de s’assurer de la qualité de son travail.

En centre hospitalier, le diplôme d’assistant technique en pharmacie est obligatoire, en plus de détenir un DES. Le travail, souvent divisé par secteur ou par tâche (par exemple : oncologie, distribution, SCAS (service centralisé d’additif aux solutés), ensacheuse, narcotique, etc.), est attribué à un ou plusieurs ATP selon les secteurs. Les quarts de travail fonctionnent souvent par rotation, et la plupart du temps sur des horaires de jour et de soir.

Les préparations stériles et les préparations stériles oncologiques, tâches qui ne s’effectuent pas beaucoup dans les pharmacies communautaires, sont majoritairement effectuées en pharmacie d’hôpital ou dans les laboratoires privés. Ce travail, qui se fait dans un environnement intéressant et enrichissant, demande différentes habiletés techniques et une minutie sans faille. C’est donc un élément à considérer lorsqu’on souhaite se diriger vers le métier d’ATP en centre hospitalier.

En conclusion

Bien que le rôle de l’assistant technique demande les mêmes qualités fondamentales dans les deux milieux, c’est-à-dire faire preuve de professionnalisme et d’efficacité, avoir la santé de la population à cœur, le sens des responsabilités et la sagesse de s’en référer au pharmacien lorsque les demandes seront au-delà des limites de ses fonctions, il importe au futur ATP de bien cerner les tâches qu’il désire effectuer au cours de sa carrière pour faire un choix éclairé.

Il y a un milieu pour chacun. Que ce soit dans une petite pharmacie de quartier ou une pharmacie à grand débit d’ordonnances, un centre hospitalier ou encore un centre d’hébergement de longue durée, l’ATP aura une implication assurée et essentielle au bon fonctionnement de la pharmacie.

par Kathy Bergeron
Enseignante au programme assistante technique en pharmacie

*republication*




Avenir de la pharmacie | Profession : ATP

0 commentaire

Commenter l'article

*Champs obligatoire


+ Populaires + Commentés
pommade du Dr Nweman

[ Allaitement ] La crème « tout usage » du Dr Jack Newman : un traitement miracle ?


téterelle allaitement

La téterelle et l'allaitement : pourquoi, quand et comment?


Probiotiques

Les probiotiques : quand, comment et pourquoi les utiliser?


La massothérapie

Les secrets de la massothérapie


blanchiment des dents

Le blanchiment des dents : bien plus qu’une procédure esthétique!


La profession d’ATP : en constante évolution!


Article suivant

Revue de presse santé

200 étudiants d'un collège torontois ont été frappés par un virus