logo Pharmablogue



2014-02-21  |  

Inflammation sourde: des outils de prévention

inflammation sourde 2

Et si, en prévenant l’inflammation, on prévenait du même coup les maladies cardiaques, le syndrome métabolique, le diabète, l’arthrite, le déclin cognitif, et bien d’autres…

Nous avons vu que l’inflammation sourde (low grade inflammation) est de plus en plus considérée comme une cause importante de la plupart des maladies chroniques (voir L’inflammation sourde, votre pire ennemi). Je vous avais promis de vous parler d’autres moyens utiles contre l’inflammation (outre les omégas-3 abordés dans le premier article). Alors les voici:

Gestion du poids

Il a été documenté que les obèses sont en perpétuel état d’inflammation. Nous savons que les cellules grasses (adipocytes) produisent des facteurs inflammatoires, mais celles qui en produisent la plus grande quantité sont les adipocytes abdominaux (ceux de la bedaine). Perdre du poids, et particulièrement du tour de taille, entraîne donc une diminution de la production de ces facteurs inflammatoires.(1,2)

Fructose

Le fructose est lié au développement de l’adiposité abdominale et de la stéatose hépatique (foie gras) (voir Le fructose au banc des accusés et Fructose: ennemi public numéro 1). La stéatose est aussi associée à une surproduction des médiateurs de l’inflammation. Abaisser la consommation de fructose libre permet donc de réduire la stéatose, le syndrome métabolique, le surpoids abdominal et… l’inflammation.(3)

Magnésium

Une carence en magnésium exacerbe l’inflammation.(4) Il est donc logique (même si la démonstration n’est pas encore faite de façon concluante) de penser qu’en augmentant les apports en magnésium, dans l’alimentation ou via un supplément, on peut améliorer la protection contre l’inflammation.(Voir aussi Plus de magnésium = plus en santé?) Les aliments riches en magnésium sont les épices, les noix, les céréales, le café, le cacao, le thé et les épinards (tous les aliments vert foncé riches en chlorophylle).

Des recherches ont également démontré que la combinaison d’un apport exagéré en fructose (comme chez les amateurs de boissons gazeuses) et d’une carence en magnésium induit encore plus d’inflammation.(5)

Antioxydants

L’inflammation sourde est aussi en cause dans le déclin cognitif. Des apports élevés en antioxydants (fruits et légumes colorés foncés) aident à prévenir le déclin et réduisent l’inflammation.(6) Certaines molécules spécifiques, à dose de suppléments, peuvent avoir un impact important sur l’inflammation et le déclin cognitif:

Resvératrol

Le resvératrol (isolé au départ dans le vin rouge, mais provenant maintenant de la renouée du Japon) a la capacité de diminuer les méfaits causés par les excès de sucre et l’inflammation. Malgré le manque d’étude clinique d’envergure, des doses de 125mg à 250mg semblent très efficaces.(7)

Curcuma

Le curcuma est une épice de plus en plus populaire (voir Route des épices: le curcuma). Ses principes actifs, les curcumines, ne sont présents qu’à des concentrations de 1% à 12% dans l’épice. Pour obtenir des doses anti-inflammatoires, la diète n’est malheureusement pas suffisante. Il faut utiliser un extrait concentré à 95% curcumines. Les doses efficaces pour réduire l’inflammation sont de l’ordre de 1000 à 2000mg de cet extrait.(8)

// Jean-Yves Dionne
Pharmacien spécialisé en PSN

Texte originalement paru sur mon blogue, Franchement Santé

 ————————–

Références:

  1. Sharman MJ, Volek JS. Weight loss leads to reductions in inflammatory biomarkers after a very-low-carbohydrate diet and a low-fat diet in overweight men. Clin Sci (Lond). 2004 Oct;107(4):365-9. PubMed PMID: 15265001.
  2. Joo NS, Kim SM, Kim KM, Kim CW, Kim BT, Lee DJ. Changes of body weight and inflammatory markers after 12-week intervention trial: results of a double-blind, placebo-control pilot study. Yonsei Med J. 2011 Mar 1;52(2):242-8. PubMed PMID: 21319341; PubMed Central PMCID: PMC3051215.
  3. Tarantino G, Savastano S, Colao A. Hepatic steatosis, low-grade chronic inflammation and hormone/growth factor/adipokine imbalance. World J Gastroenterol. 2010 Oct 14;16(38):4773-83. Review. PubMed PMID: 20939105; PubMed  Central PMCID: PMC2955246.
  4. Nielsen FH. Magnesium, inflammation, and obesity in chronic disease. Nutr Rev. 2010 Jun;68(6):333-40. Review. PubMed PMID: 20536778.
  5. Rayssiguier Y, Gueux E, Nowacki W, Rock E, Mazur A. High fructose consumption combined with low dietary magnesium intake may increase the incidence of the metabolic syndrome by inducing inflammation. Magnes Res. 2006 Dec;19(4):237-43. Review. PubMed PMID: 17402291.
  6. Wärnberg J, Gomez-Martinez S, Romeo J, Díaz LE, Marcos A. Nutrition, inflammation, and cognitive function. Ann N Y Acad Sci. 2009 Feb;1153:164-75. Review. PubMed PMID: 19236339.
  7. Resveratrol. Monograph. Altern Med Rev. 2010 Jul;15(2):152-8. Review. PubMed PMID: 20807000.
  8. Jurenka JS. Anti-inflammatory properties of curcumin, a major constituent of Curcuma longa: a review of preclinical and clinical research. Altern Med Rev. 2009 Jun;14(2):141-53. Review. Erratum in: Altern Med Rev. 2009 Sep;14(3):277. PubMed PMID: 19594223.




Douleur chronique | Santé naturelle

0 commentaire

Commenter l'article

*Champs obligatoire


+ Populaires + Commentés
pommade du Dr Nweman

[ Allaitement ] La crème « tout usage » du Dr Jack Newman : un traitement miracle ?


téterelle allaitement

La téterelle et l'allaitement : pourquoi, quand et comment?


descente d

Prévenir la descente d’organes à la suite de l’accouchement


La massothérapie

Les secrets de la massothérapie


blanchiment des dents

Le blanchiment des dents : bien plus qu’une procédure esthétique!


La profession d’ATP : en constante évolution!


Article suivant

actualité santé

L'UNICEF a besoin de 2,2 milliards $ US pour apporter de l'aide humanitaire