logo Pharmablogue



2014-04-23  |  

K pour koagulation?

Vitamine K

En 1929, un chercheur danois du nom de Henrik Dam a découvert un nouveau composé. Il nomma cette substance vitamine K, pour « koagulation », parce qu’elle joue un rôle primordial dans la coagulation.

La vitamine K est en fait une famille nombreuse de molécules qui ont des similarités de structure chimique et des rôles multiples. On divise cette famille en vitamines K1 et K2, qui sont les plus importantes, et en vitamines K3, K4 et K5.

K1 – coagulation

Les vitamines K1 (phylloquinones) jouent un rôle dans l’activation des facteurs de coagulation, ces facteurs nécessaires à la formation de caillots.

La warfarin, un anti-vitamine K, a été découverte dans le mélilot (Melilotus officinale, foin d’odeur dans certaines régions du Québec), qui contient un précurseur de la warfarin. Celui-ci se transforme, sous l’effet d’une moisissure, en anticoagulant. Cette découverte est survenue lorsqu’on a retrouvé des vaches mortes au bout de leur sang, suite à de simples égratignures, après avoir brouté du mélilot qui avait été mal conservé. Avant d’être utilisée chez l’humain comme anticoagulant, la warfarin a servi de poison à rats!

K2 – santé des os

En 2005, on a découvert que le rôle des vitamines K2 (ménaquinones) est différent de celui des K1. Les K2 auraient plus d’affinité pour les os et permettraient aux transporteurs de calcium et de minéraux (ostéocalcine) de faire leur travail adéquatement et de fixer les minéraux dans l’os. En effet, lors d’études cliniques, un supplément de K2 a augmenté la densité osseuse chez des femmes ménopausées ayant une faible densité osseuse (ostéopénie).(1)

Il est important de noter que l’effet de la vitamine K (en particulier la K2) sur la calcification et l’augmentation de la synthèse de l’os se manifeste principalement à l’intérieur de l’os, dans la microarchitecture, aussi appelée os trabéculaire. C’est cette microarchitecture qui donne à l’os sa force et sa résistance. Par contre, les tests actuels de détection de l’ostéoporose (DEXA) ne mesurent la densité minérale qu’à la surface de l’os. C’est d’ailleurs pourquoi l’unité de mesure n’est pas en gramme par centimètre cube (g/cm3), unité de volume, mais bien en gramme par centimètre carré (g/cm2), unité de surface. Cette perception étroite de la santé osseuse fait que la vitamine K est peu utilisée chez nous. Puisque les tests courants ne peuvent pas détecter son effet, on détermine donc qu’elle n’en a aucun.

Jusqu’à tout récemment, la vitamine K n’était disponible que sous forme d’injection, sous prescription, pour contrer l’effet d’un surdosage au Coumadin. Certaines vitamines K sont maintenant autorisées par la DPSN (Direction des produits de santé naturels) dans une formule de multivitamines.

La perception étroite d’une action unique de la vitamine K comme « pro-coagulant » perdure encore aujourd’hui. Plusieurs mentionnent le risque d’hypercoagulation pour ne pas la recommander. Et pourtant, cet effet n’est jamais apparu avec la K2, ni avec les différentes formes de vitamines K alimentaires. Il n’existe pas de dose maximale pour la vitamine K pour la bonne et simple raison qu’on n’a pas été capable de donner suffisamment de vitamine K pour causer de toxicité!

La vitamine K2 est approuvée pour le traitement de l’ostéoporose au Japon depuis 1995. D’ailleurs, selon le Dr TE Radecki, en prescrivant des suppléments de calcium avec des vitamines D et K à des dosages adéquats au lieu des bisphosphonates, l’État sauverait des milliards de dollars.(2)

K2 – santé des artères

Des études cliniques ont démontré la capacité de la vitamine K2 à renverser le processus de calcification des artères.(3) Cette calcification artérielle est probablement plus grave, en terme de conséquences, que la plaque de cholestérol. La calcification des artères peut d’ailleurs être un effet secondaire de la warfarin. On a montré, chez des rats, que la vitamine K avait la capacité de renverser cet effet secondaire.(4)

Le paradoxe du calcium

Le paradoxe de la calcification, ou paradoxe du calcium, apparaît lorsqu’on retrouve, chez la même personne, une calcification des artères et une décalcification des os.(5) Ce paradoxe s’expliquerait par une carence en vitamine K. La vitamine K, grâce à sa capacité d’activer les transporteurs de calcium, stimule le dépôt du calcium aux bons endroits (dans les os) et l’élimine aux mauvais (dans les artères).(4,5)

K3 – cancer

Les récentes découvertes scientifiques dévoilent les différentes faces cachées de la vitamine K. Tout comme la vitamine D, la vitamine K a des effets anti-cancers, en particulier dans le cas du cancer du foie (hépatome).(6,7) Cet effet anti-cancer serait dû à la 3e version de la vitamine K, la K3.

Sources de vitamine K

On retrouve la vitamine K1 principalement dans les légumes verts comme les choux frisés et les épinards. De plus, comme la vitamine K est liposoluble, la consommation de bons gras augmente son absorption. La vitamine K2 est produite principalement par l’action des bactéries intestinales (lactobacilles et bifidobactéries) sur la vitamine K1: une raison de plus pour inclure les probiotiques dans notre alimentation! La vitamine K2 se retrouve également dans les produits fermentés comme le natto (soya fermenté). Consultez le tableau des meilleures sources de vitamine K dans la fiche de Passeport santé sur la vitamine K.

L’effet de la vitamine K est annulé par les acides gras trans qui diminuent non seulement son absorption, mais également son effet métabolique.(8)

Apport nutritionnel recommandé (ANR) et innocuité

Depuis 2001, Santé Canada a établi un ANR de 90 mcg pour les femmes et de 120 mcg pour les hommes. Cet ANR représente un apport minimal. En effet, les chercheurs ont utilisé, sans aucune toxicité, des doses allant jusqu’à 45 mg (45 000 mcg) par jour de vitamine K2, ce qui illustre bien l’innocuité de ces vitamines.

Conclusion

Si la santé des os et des artères vous intéresse, si vous voulez prévenir une éventuelle perte osseuse ou une calcification artérielle chez vos patients, transmettez-leur ces deux conseils:

  • mangez des probiotiques;
  • une salade d’épinard, c’est bien, mais 2, c’est mieux!

Par Jean-Yves Dionne
Pharmacien spécialisé en produits de santé naturels

Texte originalement paru sur mon blogue : Franchement Santé

—————

Références :

  1. Plaza SM, Lamson DW. Vitamin K2 in Bone Metabolism and Osteoporosis. Altern Med Rev 2005;10(1):24-35. PubMed PMID: 15771560.
  2. Radecki TE. Calcium and vitamin D in preventing fractures: vitamin K supplementation has powerful effect. BMJ. 2005 Jul 9;331(7508):108; author reply 109. PubMed PMID: 16002893; PubMed Central PMCID: PMC558626.
  3. Adams J, Pepping J. Vitamin K in the treatment and prevention of osteoporosis and arterial calcification. Am J Health Syst Pharm. 2005 Aug 1;62(15):1574-81. Review. PubMed PMID: 16030366.
  4. Schurgers LJ, Spronk HM, Skepper JN, et al. Post-translational modifications regulate matrix Gla protein function: importance for inhibition of vascular smooth muscle cell calcification. J Thromb Haemost. 2007 Dec;5(12):2503-11. Epub 2007 Sep 10. PubMed PMID: 17848178.
  5. Wallin R, Wajih N, Greenwood GT, Sane DC. Arterial calcification: a review of  mechanisms, animal models, and the prospects for therapy. Med Res Rev. 2001 Jul;21(4):274-301. Review. PubMed PMID: 11410932.
  6. Kaneki M, Hosoi T, Ouchi Y, Orimo H. Pleiotropic actions of vitamin K: protector of bone health and beyond? Nutrition. 2006 Jul-Aug;22(7-8):845-52. Review. PubMed PMID: 16815498.
  7. Lamson DW, Plaza SM. The anticancer effects of vitamin K. Altern Med Rev. 2003 Aug;8(3):303-18. Review. PubMed PMID: 12946240.
  8. Booth SL, Lichtenstein AH, O’Brien-Morse M, McKeown NM, Wood RJ, Saltzman E, Gundberg CM. Effects of a hydrogenated form of vitamin K on bone formation and resorption. Am J Clin Nutr. 2001 Dec;74(6):783-90. PubMed PMID: 11722960.




Santé naturelle

0 commentaire

Commenter l'article

*Champs obligatoire


+ Populaires + Commentés
pommade du Dr Nweman

[ Allaitement ] La crème « tout usage » du Dr Jack Newman : un traitement miracle ?


téterelle allaitement

La téterelle et l'allaitement : pourquoi, quand et comment?


descente d

Prévenir la descente d’organes à la suite de l’accouchement


La massothérapie

Les secrets de la massothérapie


blanchiment des dents

Le blanchiment des dents : bien plus qu’une procédure esthétique!


La profession d’ATP : en constante évolution!


Article suivant

actualité santé

Vérification ou installation gratuite de sièges d'auto pour enfants le samedi 26 avril