logo Pharmablogue



2013-06-18  |  

La communication chez bébé

communication bébé

Il est facile de croire que le langage commence avec les premiers mots de l’enfant, vers l’âge d’un an.

En effet, les mots que l’enfant exprime constituent la partie visible du langage. Or, avant de dire papa, maman ou un autre mot significatif pour lui, l’enfant développe les bases de la communication, s’exerce à faire des sons et commence à comprendre des mots. Une fois ces étapes accomplies, il est prêt à parler!

Bébé, un communicateur né!

Parler est une chose, communiquer avec des sons, des gestes et des mimiques faciales en est une autre tout aussi importante. Dès sa naissance, le bébé reconnaît la voix de sa mère : il est prêt à échanger avec elle. Vers 2 mois, il peut plus facilement établir le contact visuel avec les personnes de son entourage et il s’intéresse aux gens et aux jouets. Vers 6 mois, il peut imiter des gestes (comme faire bravo), ce qui le prépare à imiter des sons pour éventuellement parler. Vers 9 mois, il peut suivre le regard du parent vers un objet et pointer un objet, ce qui rend possible l’interaction sur un sujet donné. Toujours vers 9 mois, l’enfant comprend mieux que ses sons et ses gestes peuvent avoir un effet sur l’interlocuteur et il commence à communiquer de façon plus intentionnelle.

Pour aider l’enfant…

  • Se placer à sa hauteur et le regarder dans les yeux;
  • Faire des gestes simples comme «bravo» et «bye bye»;
  • Parler souvent des objets qui l’intéressent, qu’il les regarde ou les pointe.

Bébé, un grand jaseur!

Avant de parler, l’enfant doit acquérir les bases de la communication, mais il doit aussi s’exercer à faire des sons! Avant deux mois, le bébé fait des sons réflexes. À partir d’environ 2 mois, il commence à faire des vocalisations : il produit des voyelles comme « aaaaa » et « eeeee ». Vers 6 mois, il ajoute plus de consonnes à son répertoire : c’est le début du babillage, c’est-à-dire des « babababa » et des « papapapa ». L’enfant ne comprend pas encore que les sons qu’il prononce peuvent être associés à une signification, mais il exerce tous les muscles qui lui seront utiles pour parler.  

Pour aider l’enfant…

  • Imiter les sons qu’il fait : il vous imitera peut-être à son tour et se pratiquera ainsi, en plus de constater que vous trouvez ses sons intéressants;
  • Faire souvent des bruits divers (animaux, moyens de transport, objets du quotidien, etc.)

L’enfant, un petit futé qui en comprend plus qu’il n’en dit!

L’enfant comprend des mots avant d’en dire. En fait, au cours des premières années de vie, il y aurait un décalage d’environ 6 mois entre ce que comprend et ce que dit l’enfant. Entre 6 et 10 mois, l’enfant comprend ses premiers mots, souvent son prénom et le mot « non ». Il apprend aussi peu à peu à décoder quelques mots familiers dans des phrases. Vers 12 mois, il comprend une demande faite en contexte avec un geste, par exemple « Donne-moi la balle » lorsqu’on lui tend la main pour qu’il y dépose la balle juste à côté. Il a souvent besoin de la routine pour comprendre les mots.

Pour aider l’enfant…

  • Parler lentement et bien articuler les mots; accentuer les mots simples comme papa, maman, dodo, lait.
  • Nommer souvent ce qui intéresse l’enfant et lui demander où sont les objets nommés (par exemple : « Il est où le ballon? »); l’enfant pourra pointer ou aller chercher l’objet sans avoir à dire le mot.

Le langage des signes pour bébés

Le langage des signes pour bébés, destinés aux enfants de 0 à 2 ans, se veut un outil de transition entre les gestes naturels (comme « bye bye ») et les mots. L’enfant peut en effet apprendre différents signes pour « parler » de ses réalités quotidiennes (par exemple, le lait) dès qu’il commence à comprendre des mots et qu’il peut faire certains mouvements, entre 7 et 10 mois. Plusieurs parents se questionnent au sujet de la pertinence d’utiliser le langage des signes pour bébés avec leur enfant. À notre connaissance, l’Ordre des orthophonistes et des audiologistes du Québec n’a pas pris position face à ce phénomène relativement récent, qui est apparu il y a une vingtaine d’années et qui est plus populaire aujourd’hui. Le choix d’utiliser le langage des signes revient au parent mais ne devrait pas dépendre, selon nous, du désir de voir accélérer le développement communicatif de l’enfant. L’enfant est un petit être qui veut entrer en relation dès la naissance et il peut se développer tout naturellement avec le langage oral, à son rythme. L’important demeure que la communication soit naturelle et agréable, avec le langage des signes pour bébés ou non.    

Le rythme du développement de la communication et du langage varie beaucoup d’un bébé à l’autre et c’est normal. Avant un an, vous pouvez consulter un orthophoniste si votre enfant ne réagit pas au monde sonore, ne communique pas avec vous ou s’il ne produit pas de sons. 

Par Marie-Ève Bergeron-Gaudin

Si vous avez des questions pour Marie-Ève Bergeron-Gaudin, veuillez nous le faire savoir par courriel au info@pharmablogue.com et il nous fera grand plaisir de vous mettre en contact!




Développement de l'enfant

Close comments
2 commentaires

Camille

07-10-2016

Et pour ceux qui souhaiteraient un accompagnement personnalisé pour l'apprentissage de la Langue des Signes Bébé, le site internet
www.par-le-signe.fr
propose des cours particuliers en ligne, par Skype, avec des formules progressives et adaptées à la fois à vos besoins et ceux de votre bébé, dans une approche positive et bienveillante de la relation parent-enfant.


Marquise

18-06-2013

J'aime bien le coté pratique de ton article.



Commenter l'article

*Champs obligatoire


+ Populaires + Commentés
pommade du Dr Nweman

[ Allaitement ] La crème « tout usage » du Dr Jack Newman : un traitement miracle ?


téterelle allaitement

La téterelle et l'allaitement : pourquoi, quand et comment?


descente d

Prévenir la descente d’organes à la suite de l’accouchement


La massothérapie

Les secrets de la massothérapie


blanchiment des dents

Le blanchiment des dents : bien plus qu’une procédure esthétique!


La profession d’ATP : en constante évolution!


Article suivant

Revue de presse santé

Une coalition pour l'Hôtel-Dieu