logo Pharmablogue



2015-12-14  |  

La dompéridone : toute la vérité, rien que la vérité

dompéridone

La dompéridone : faut-il approuver son utilisation comme galactagogue ou, au contraire, faut-il le craindre? Les avis sont partagés. Chose certaine, il faut se questionner quant à l’utilisation systématique de la dompéridone pour les femmes éprouvant de la difficulté à allaiter. Lizanne Sénécal, consultante en lactation certifiée IBCLC, nous confie six vérités sur la dompéridone.

* re-publication *

1) Qu’est-ce que la dompéridone?

À la base, ce médicament était prescrit pour traiter principalement le reflux gastro-oesophagien. À la prise du médicament, les médecins se sont rendu compte qu’on notait dans certains cas des engorgements mammaires. Étrangement, l’hormone principale de la sécrétion du lait, la prolactine, semblait être stimulée davantage avec ce médicament. Ainsi, les spécialistes en santé se sont réjouis de cette découverte et ont donc commencé à utiliser la dompéridone comme galactagogue, c’est-à-dire, pour augmenter la production lactée chez certaines mères éprouvant des difficultés à allaiter. Des résultats positifs ont été remarqués chez plusieurs femmes.

2) Vu les bénéfices notés, pourquoi Santé Canada a-t-il émis un avis à ce sujet?

En effet, le 7 mars 2012, Santé Canada émet un avis concernant ce médicament et la survenue d’anomalies graves tels une augmentation du risque d’arythmies ventriculaires et un risque accru de mort subite. Toutefois, les cas soulevés dans cet avis concernaient des sujets de plus de 60 ans qui ingéraient plus de 30 mg par jour de dompéridone. Évidemment, ce fut un véritable scandale dans le monde médical! Les spécialistes en allaitement ont réagi à cet avis et ont analysé la recherche menée par Santé Canada. Ils ont conclu que certains faits révélés s’avéraient discutables et qu’il était de mise de les relativiser. Par exemple, on se rappelle que ce médicament est, à la base, administré pour soulager les problèmes intestinaux. Ainsi, il n’est pas rare que les problèmes digestifs soient causés par des problèmes cardiaques. Il faut donc comprendre l’origine des problèmes avant de tirer des conclusions.

3) Qui donc a pris position par rapport à l’avis émis par Santé Canada?

Plusieurs médecins se sont prononcés sur cette problématique, mais aussi plusieurs consultantes en lactation. De plus, le centre IMAGe, une pharmacie spécialisée en allaitement au CHU de Ste-Justine, a émis à son tour un avis concernant le document de Santé Canada. À travers cet avis, IMAGe, explique de quelle manière on utilise ce galactagogue pour les femmes qui allaitent, quelles sont les précautions à prendre, les indications à suivre, etc. L’avis souligne aussi que ce médicament est utilisé depuis plusieurs années chez les mères et que les effets secondaires soulevés sont plutôt négligeables. En quelque sorte, cet avis vient contredire les résultats de recherche divulgués par Santé Canada.

4) Les avis étant partagés, comment doivent réagir les médecins et professionnels de la santé?

D’abord, je crois qu’ils doivent être avertis de cette problématique. Leur devoir est maintenant de comparer les résultats des recherches émises par Santé Canada ainsi que par IMAGe afin de se forger une opinion professionnelle. Évidemment, l’avis de Santé Canada a permis de s’interroger sur la nécessité d’administrer systématiquement le médicament, ce qui est des plus pertinents. En effet, certains médecins spécialisés en allaitement ont admis qu’il était chose courante de prescrire la dompéridone aux mères éprouvant des difficultés à allaiter, mais que la plupart du temps, ce ne serait probablement pas nécessaire. Des interrogations sont donc de mise! Il faut revenir à la base du problème et développer des stratégies favorisant l’allaitement. Pourquoi la mère a-t-elle une insuffisance de lait? Voilà la première question que l’on devrait se poser. Malheureusement, ce médicament est souvent donné à tort… La dompéridone est perçue aujourd’hui comme une petite pilule magique!

5) Comment les clientes devraient-elles réagir quant à cette situation?

Leur attitude par rapport à cette problématique dépendra en partie de l’explication du médecin, qui fera part des bienfaits, mais aussi des risques reliés au médicament. Celui-ci se doit d’être honnête quant à l’utilisation de la dompéridone, même si les risques sont dits mineurs sur la santé de ces femmes. Enfin, il faut savoir que ce médicament est interdit comme galactagogue aux États-Unis, une réalité qu’il faut tout de même prendre en considération… Ainsi, lorsque les femmes seront bien informées, elles pourront réfléchir aux avantages et aux inconvénients de ce médicament pour finalement prendre une décision éclairée.

6) En tant que consultante en lactation, quel est ton avis sur la question?

D’abord, il est important de parler à la mère de l’avis émis par Santé Canada, ainsi que celui d’IMAGe, en s’informant préalablement pour savoir si la mère a des problèmes cardiaques. Cela permet de prendre connaissance des faits. Ensuite,  avant de débattre si la dompéridone est un choix judicieux pour les femmes qui désirent allaiter, je crois qu’il faut revenir à l’essence même du problème. Les consultantes en lactation voudront en premier lieu comprendre pourquoi la mère manque de lait. Il est souvent possible de remédier à la situation en développant des stratégies qui favoriseront la production lactée. Ainsi, dans une telle situation, la prise de médicament ne sera pas nécessaire. Toutefois, dans certains cas, la situation est plus délicate. Par exemple, lorsqu’une mère a une insuffisance de glandes mammaires, la prise de galactagogue telle que la dompéridone s’avère une option intéressante. Il faut bien comprendre qu’il y a un véritable risque au non-allaitement pour la mère ainsi que pour l’enfant. De ce fait, ce type de médicament peut être un allié pour ces femmes. Un suivi rapproché avec le médecin est alors primordial afin d’établir un sevrage graduel du médicament.

Vous en conviendrez, il n’est pas évident de prendre une décision éclairée sur sa santé lorsque les avis des professionnels sont partagés. De là l’importance pour une mère d’être accompagnée par une consultante spécialisée en allaitement qui saura l’orienter selon sa situation personnelle. Vous craignez la médication? Rassurez-vous, l’avenue des produits naturels est envisageable… un dossier à suivre dans un prochain article.

Par Noémie Desbois Mackenzie




Allaitement

0 commentaire

Commenter l'article

*Champs obligatoire


+ Populaires + Commentés
pommade du Dr Nweman

[ Allaitement ] La crème « tout usage » du Dr Jack Newman : un traitement miracle ?


téterelle allaitement

La téterelle et l'allaitement : pourquoi, quand et comment?


Probiotiques

Les probiotiques : quand, comment et pourquoi les utiliser?


La massothérapie

Les secrets de la massothérapie


blanchiment des dents

Le blanchiment des dents : bien plus qu’une procédure esthétique!


La profession d’ATP : en constante évolution!


Article suivant

Revue de presse santé

Le Fédération de la santé du Québec a obtenu à son tour une entente de principe