logo Pharmablogue



2014-03-26  |  

La première visite chez un chiropraticien

chiropratique

J’ai abordé, dans mon premier article, la chiropratique au sens large du terme afin que tout un chacun comprenne mieux cette discipline peu connue.

Suivant cette même logique, mon second texte aura comme objectif de mieux faire comprendre ce qui se déroule chez le chiropraticien lors de la première visite.

Tout d’abord, il faut être conscient que cette visite prend plus que quelques minutes. De manière générale, on estime qu’une première évaluation peut prendre de 45 à 60 minutes. Pour mieux comprendre comment traite un chiropraticien, voyons ici les quatre grandes étapes par lesquelles il doit passer pour en venir à traiter son patient de façon optimale.

L’arrivée à la clinique

En premier lieu, le patient qui se présente à une clinique chiropratique aura à remplir différents documents et questionnaires. Cette étape permet au chiropraticien de mieux connaître l’historique, les problématiques diverses en santé ainsi que la raison qui amène cette personne à le consulter.

L’anamnèse

Une fois les différents documents complétés, le patient rencontrera le chiropraticien qui débutera alors l’anamnèse. Cette dernière permet au chiropraticien de bien comprendre et de bien cerner la problématique qui amène cet individu à avoir besoin de soins. Des questions portant sur la localisation, l’intensité, l’origine, le caractère, l’évolution ainsi que les facteurs aggravants/atténuants de la douleur seront posées.

Le chiropraticien questionnera aussi son patient à propos de sa santé générale. Il aura alors tous les éléments en mains pour avoir une bonne vue d’ensemble de l’état de son patient. Il pourra ainsi évaluer si des facteurs extérieurs sont en jeu, ou encore si des contre-indications sont présentes, ce qui pourrait influencer la suite des choses.

Au cours de cette étape, il est pertinent que le patient ait avec lui, s’il en possède, ses différents résultats d’imagerie (IRM, radiographies, scintigraphies, etc.). Ces dernières peuvent être très précieuses à la compréhension de la problématique. En effet, c’est souvent à la fin de cette étape, s’il le juge nécessaire, que le chiropraticien décidera de prendre des radiographies de la colonne vertébrale, ou de toutes autres articulations, pour l’aider dans sa démarche clinique. Les radiographies peuvent être prises directement à la clinique ou, si le chiropraticien ne possède pas d’appareil radiologique, il donnera au patient une prescription pour qu’il puisse aller au centre radiologique le plus près. Les résultats seront ensuite transmis au chiropraticien pour qu’il puisse en prendre connaissance.

L’examen physique

Bien que, suite à l’anamnèse, le chiropraticien ait très souvent une bonne idée de la problématique, l’examen physique est primordial dans sa compréhension de la condition et lui permet de valider ou d’infirmer ses diagnostics différentiels. Cette étape a comme objectif de tester les différentes structures articulaires, musculaires et nerveuses du patient. À la lumière des résultats obtenus, le chiropraticien sera en mesure de bien comprendre la source du problème ou la combinaison de différentes structures impliquées dans la problématique. C’est lors de l’examen physique que le chiropraticien effectue une évaluation de la posture, un examen neurologique et un examen orthopédique précis de la zone (région cervicale, thoracique, lombaire, épaule, coude, genou, etc.) qui crée la douleur ou l’inconfort.

Diagnostic et pronostic

À la suite de ces différentes étapes, le chiropraticien sera en mesure d’établir si la problématique relève de la chiropratique.

Dans le cas échéant, le chiropraticien expliquera en détail au patient les raisons de sa condition (diagnostic), les chances de guérison et le temps nécessaire pour l’atteindre (pronostic) ainsi que les soins qu’il lui prodiguera. À la fin de ce processus, certains chiropraticiens traiteront immédiatement le patient, tandis que d’autres attendront la seconde visite qui, normalement, a lieu dans les jours suivants.

Si le cas du patient ne relève pas de la chiropratique (tout état qui nécessite un suivi médical, par exemple : fracture, diabète, anévrisme de l’aorte abdominale, maladie neurologique, etc.) alors le patient sera recommandé au professionnel approprié. 

Par Philippe Sévigny-Bachand
Chiropraticien




Sport et santé

0 commentaire

Commenter l'article

*Champs obligatoire


+ Populaires + Commentés
pommade du Dr Nweman

[ Allaitement ] La crème « tout usage » du Dr Jack Newman : un traitement miracle ?


téterelle allaitement

La téterelle et l'allaitement : pourquoi, quand et comment?


Probiotiques

Les probiotiques : quand, comment et pourquoi les utiliser?


La massothérapie

Les secrets de la massothérapie


blanchiment des dents

Le blanchiment des dents : bien plus qu’une procédure esthétique!


La profession d’ATP : en constante évolution!


Article suivant

actualité santé

L'attente pour des soins de santé nécessaires coûte 1079 $ par patient québécois