logo Pharmablogue



2016-01-12  |  

L’allaitement exclusif les 6 premiers mois : pourquoi est-ce si important ?

L’allaitement maternel

L’OMS recommande d’allaiter exclusivement les 6 premiers mois de vie du bébé. Mais pourquoi cette exclusivité est-elle si importante et pourquoi les 6 premiers mois ? Quel est l’impact d’utiliser les préparations commerciales pour nourrissons (PCN) pendant cette période ?

L’immaturité du nouveau-né

Il faut d’abord s’attarder au fait que le bébé humain naît immature ; à la naissance, son système immunitaire est quasi absent, alors que son système digestif est inachevé. Plusieurs auteurs suggèrent d’ailleurs un 4e trimestre de gestation extra-utérin. Le système immunitaire met plusieurs années pour arriver à maturité. Or, une partie du système immunitaire se trouve dans le système digestif, lui-même immature…

Nous pouvons retenir deux aspects principaux qui expliquent l’immaturité du système digestif et son développement en lien avec le système immunitaire.

  • D’une part, il s’agit de la flore intestinale. Les bébés naissent non pas stériles, mais déjà colonisés par une flore bactérienne. La première flore ou la première colonisation bactérienne se fait en plusieurs étapes : in utéro par la flore maternelle, lors de la naissance par voie vaginale puis par le peau à peau effectué à la naissance sur le ventre de la mère. Cette première flore sera déterminante pour la santé future du bébé car elle sera dominante.
  • D’autre part, le système digestif du nouveau-né a une porosité qui le rend plus fragile aux infections. En effet, les jonctions de la muqueuse gastro-intestinale prennent environ 6 mois pour arriver à maturité et se fermer.

Le rôle du lait maternel

Eh oui, vous me voyez venir…Le lait maternel a un rôle à jouer dans cette aventure développementale ! En effet, le colostrum (le lait des premiers jours de vie) apporte une première protection importante au nouveau-né et à son système immature en lui fournissant un cocktail d’anticorps. Il favorise une flore intestinale plus équilibrée afin de combattre les bactéries pathogènes. La flore d’un bébé allaité exclusivement est composée à 90% environ de bifidobactéries (les bonnes bactéries) versus 10% de bactéries potentiellement pathogènes. Le lait maternel comporte non seulement de nouvelles bonnes bactéries pour le bébé mais il lui apporte également des nutriments pour se développer. Cet équilibre fait en sorte que les bactéries pathogènes restent « tranquilles » ou sont éliminées et ne peuvent traverser la paroi perméable des intestins. La porosité est ainsi diminuée, ce qui rendra le nouveau-né allaité moins vulnérable aux infections.

L’allaitement exclusif a donc un rôle très important à jouer dans le développement des systèmes digestif et immunitaire du nouveau-né. Il existe également un effet dose-réponse qui fait que plus longtemps une femme allaite exclusivement et poursuit son allaitement ensuite, plus l’effet est grand sur le système immunitaire de son enfant. Nous savons que la période des 3 premiers mois est une période critique où cet effet est encore plus important. Tout autre aliment introduit avant l’âge de 6 mois peut donc affecter les muqueuses du système digestif. Plus les PCN sont données tôt, plus l’effet serait grand et durable. La première semaine de vie est une période particulièrement critique durant laquelle il ne faut surtout pas perturber la physiologie intestinale.

Selon des recherches très récentes, quand l’allaitement exclusif est respecté jusqu’à 6 mois, l’introduction d’aliments complémentaires ne modifierait pas la flore intestinale qui aurait tendance à garder le même équilibre que lors de l’allaitement exclusif tant que l’enfant continu d’être allaité. En effet, la flore garderait davantage de bifidobactéries, fournies par le lait maternel, ce qui faciliterait la digestion des nouveaux aliments.

L’impact de l’introduction précoce des PCN

Maintenant, qu’en est-il lorsque le bébé reçoit des préparations commerciales pour nourrissons (PCN), en plus, ou à la place du lait maternel avant 6 mois ?

La flore intestinale sera très différente à partir du moment où le bébé reçoit autre chose que du lait maternel, que ce soit en allaitement mixte ou en non allaitement. Au lieu de l’équilibre 90%-10% que nous avons en allaitement exclusif, l’équilibre sera plutôt autour de 50%-50%. La porosité intestinale est donc plus grande car elle n’est pas diminuée par les PCN. Celles-ci ne contiennent en effet pas de facteurs antiviraux ou antibactériens. Donc, le nouveau-né reste très vulnérable aux infections. Les bactéries pathogènes peuvent facilement prendre le dessus et augmenter le risque d’infection tant que cette immaturité est présente, soit jusqu’à 6 mois environ, à la fermeture des jonctions des muqueuses intestinales.

L’utilisation des PCN est associée à un risque plus élevé de développer certaines maladies comme le diabète, certains cancers et des maladies cardiovasculaires telles que présentées par Infact Canada.

L’OMS, de son côté, a émis un guide qui explique les raisons médicales justifiant une supplémentation. Il présente très peu de situations où la supplémentation est justifiée. Avant de supplémenter avec des PCN, il est recommandé de proposer à la mère d’exprimer son lait pour que la supplémentation se fasse avec du lait maternel, ce qui protège l’allaitement exclusif.

Introduire les PCN avant 6 mois peut, de plus, créer ou aggraver des problèmes d’allaitement présents et est directement relié à une durée d’allaitement plus courte. Cela peut entre autres affecter la confiance de la mère en sa capacité de produire assez de lait pour répondre aux besoins nutritionnels de son bébé. Un autre risque à considérer est celui de l’introduction précoce de la protéine bovine, qui peut conduire à un risque accru de développement d’allergies.

Enfin, il est important de souligner les risques associés à l’utilisation en tant que telle des PCN, comme produit industrialisé. En étant conscient de l’immaturité du nouveau-né et de sa fragilité, les conséquences peuvent être graves et même parfois fatales. Les préparations « prêtes à servir » ou « concentrées » sont les seules à être stériles, et donc plus sécuritaires, mais très coûteuses pour les parents qui passent rapidement aux préparations en poudre pour économiser. Or, ces dernières subissent souvent des erreurs de fabrication. Il suffit de suivre les rappels pour en remarquer l’ampleur.

De plus, nous observons plusieurs erreurs de dilution, de préparation et de conservation qui peuvent affecter la qualité du produit et donc la santé du nouveau-né. Voici les recommandations de Santé Canada, peu connues du public et qui gagneraient à être distribuées avec tout achat de PCN. Il est important de noter que ces recommandations se retrouvent en page 346, dans le « Mieux Vivre avec notre enfant de la grossesse à deux ans », que tout nouveau parent possède ou du moins peut consulter sur internet.

Qu’en est-il chez un enfant à haut risque d’allergies ?

Un enfant présente un haut risque d’allergies lorsqu’un ou deux de ses parents ont des allergies. Un enfant avec un parent allergique a de 20% à 40% plus de risques de développer des allergies, alors qu’un enfant dont les deux parents présentent des allergies a de 50% à 80% plus de risques d’en développer lui aussi, comparativement aux enfants dont les parents ne souffrent pas d’allergies.

Chez ces enfants à risque, l’allaitement exclusif pendant les 4 premiers mois est essentiel car associé à une diminution des risques d’allergies. L’introduction des solides entre 4 et 6 mois serait bénéfique pour diminuer le risque d’allergies. La durée totale de l’allaitement semblerait jouer en effet, dans ce cas, un rôle plus important dans la prévention des allergies que la durée de l’allaitement exclusif en tant que tel.

Par contre, un supplément donné dans les premiers jours de vie pourrait suffire à favoriser le développement des allergies. Pour les bébés à haut risque d’allergie, si un supplément de PCN doit être donné, les préparations hypoallergiques devraient être privilégiées.

Bref, les préparations commerciales pour nourrissons devraient être prises moins à la légère et les parents devraient être mieux informés pour prendre des décisions plus éclairées. Quand la physiologie du nouveau-né est expliquée, les recommandations sont souvent mieux comprises et surtout plus acceptées et suivies.

Marie-Caroline Bergouignan
Consultante en lactation IBCLC
Au service de votre allaitement
www.sosallaitement.com
514-967-6206

Références




Allaitement

Close comments
3 commentaires

Judith Ouellet St-Denis

14-04-2016

Merci pour cet article! Je ne comprends pas que les médecins proposent si rapidement les PCN notamment quand la prise de poids est plus lente. Il faut vraiment tenir à l'allaitement et être bien informés, car l'allaitement ne semble malheureusement pas un choix très à la mode...
Même si l'allaitement n'est vraiment pas toujours évident, je suis fière d'offrir à ma fille de 9 mois ce qu'il y a de mieux et je partage cet article avec plaisir. Merci!


Marie-Caroline Bergouignan

09-02-2016

Merci pour votre commentaire et votre question, très pertinente! Très pertinente mais sans réponse vraiment malheureusement! C'est difficile de déterminer l'impact à court et à long terme d'un seul supplément sur le flore du bébé si après il revient à un allaitement exclusif…Il y a trop de facteurs qui peuvent influencer les résultats : la grossesse, l'alimentation de la mère pendant la grossesse, le type d'accouchement, les interventions faites pendant et après l'accouchement, le moment où a été donné le supplément….Il reste encore beaucoup de recherches à faire dans ce domaine! Mais nous savons que si l'un des deux parents a des allergies, un seul supplément peut suffire à favoriser le développement des allergies chez le bébé. On ne sait pas si après un retour à un allaitement exclusif, l'effet du supplément est annulé ou pas, ni en combien de temps si c'est le cas. Toutes ces questions, encore sans réponses, devraient nous amener à la plus grande prudence au sujet de l'utilisation des préparations commerciales pour nourrissons.
Maintenant, je vous félicite pour votre allaitement! Bravo!


kathy r

08-02-2016

merci pour cet article. Mon garçon a reçu des pcn à sa première semaine de vie et de mon lait car il ne prenait pas bien le sein et il était hospitalisé. Je crois avoir été mal informé à ce moment là. Mais à partir de sa 2e semaine il est exclusivement allaité et il aura bientôt 3 mois. Est-ce que ça peut avoir un impact sur sa santé qu'il ait reçu des pcn?



Commenter l'article

*Champs obligatoire


+ Populaires + Commentés
pommade du Dr Nweman

[ Allaitement ] La crème « tout usage » du Dr Jack Newman : un traitement miracle ?


téterelle allaitement

La téterelle et l'allaitement : pourquoi, quand et comment?


descente d

Prévenir la descente d’organes à la suite de l’accouchement


La massothérapie

Les secrets de la massothérapie


blanchiment des dents

Le blanchiment des dents : bien plus qu’une procédure esthétique!


La profession d’ATP : en constante évolution!


Article suivant

Revue de presse santé

Aide médicale à mourir: La CSC entend Ottawa, qui lui demande plus de temps