logo Pharmablogue



2017-01-30  |  

L’arthrose, maladie dégénérative des articulations

arthrose

Douleur sourde et profonde, raideur articulaire, perte de flexibilité et augmentation du volume des articulations… ces symptômes caractéristiques des personnes souffrant d’arthrose ne sont pas étrangers aux yeux des professionnels de la santé.

En effet, au pays, on estime que cette maladie compte parmi les causes les plus courantes de déficience, et qu’elle toucherait une personne sur dix, hommes et femmes dans une même proportion. Philippe De Grandpré, pharmacien communautaire spécialisé dans la douleur chronique, nous en dit davantage sur cette affection invalidante et nous informe des moyens permettant de prendre en charge la maladie.

Arthrose, arthrite… même combat?  

D’abord, Philippe De Grandpré nous rappelle l’importance de démystifier ce qu’est l’arthrose. De manière générale, l’arthrose est une maladie des articulations provoquant la dégradation du cartilage. D’une importance capitale, ce tissu recouvre et protège les extrémités osseuses des articulations tout en leur permettant d’effectuer aisément un mouvement. Ainsi, l’arthrose s’attaque à différentes articulations tels les genoux, les hanches, le dos, les épaules, et ce, de manière aléatoire. Reconnue comme une maladie progressive, il faut donc porter une attention particulière aux premiers signes de la maladie. Généralement, des douleurs légères aux articulations ainsi que des raideurs matinales sont des signes pouvant être précurseurs de cette affection courante. Progressivement, l’arthrose peut se manifester de manière plus agressive, notamment par des douleurs sévères. Dans le cas d’une évolution de la maladie, il y a souvent apparition de ce qu’on appelle des ostéophytes, aussi surnommés « becs-de-perroquet ». Ces derniers sont de petites excroissances sur l’articulation entraînant une déformation de l’os et donc une friction plus importante, voire douloureuse.

Ainsi, quand emploie-t-on le terme arthrite? En fait, l’arthrite est un terme englobant toutes les maladies articulaires. Constituant l’un des principaux motifs de consultation médicale, l’arthrite désigne donc une certaine forme d’inflammation au niveau des articulations. Ce trouble chronique rejoint donc diverses maladies telles l’arthrose, l’arthrite rhumatoïde, la goutte, la spondylarthrite ankylosante, etc.

Manifestation de la maladie

Si personne n’est véritablement à l’abri de l’arthrose, on sait cependant qu’il s’agit d’une maladie reliée au vieillissement, et donc, qu’à partir de la cinquantaine, les gens courent un plus grand risque de développer une forme ou l’autre d’arthrose. Toutefois, la maladie peut apparaître prématurément, notamment lorsque certaines blessures répétées dans le passé auraient endommagé le cartilage. De plus, certains facteurs de risque ont été pointés du doigt dans la manifestation de l’arthrose tels les antécédents familiaux, le diagnostic d’une autre forme d’arthrite ainsi que l’obésité. À ce sujet, les études démontrent que l’obésité augmente la pression dans les articulations, et spécifiquement les genoux et les hanches. Cela constitue donc un terrain propice au développement de l’arthrose.

L’approche globale du pharmacien

En tant que pharmacien, Philippe De Grandpré propose des pistes aux professionnels de la santé dans le traitement de l’arthrose. Selon lui, une approche globale doit impliquer plusieurs aspects. D’abord, Philippe favorise avant tout l’autogestion de la maladie. « Il faut rappeler au patient d’être actif, d’adopter de bonnes positions, de faire quotidiennement de l’assouplissement ainsi que du renforcement musculaire. Il faut insister sur les bienfaits de l’activité physique. Cela peut sembler contradictoire de proposer de bouger lorsque l’on souffre physiquement, mais pourtant, les récentes études vont en ce sens et en démontrent les bienfaits. »

Évidemment, l’approche médicamenteuse n’est pas négligeable. Lorsque les patients présentent des douleurs légères ou modérées, la prescription d’antidouleurs, telle l’acétaminophène peut être intéressante. Lorsque les douleurs sont plus importantes, des anti-inflammatoires peuvent également être nécessaires. Dans une articulation inflammée, l’injection de corticostéroïdes peut aussi soulager la douleur et atténuer l’inflammation pendant quelques semaines, parfois quelques mois. Il existe aussi un traitement que l’on appelle la viscosupplémentation qui permet de réduire la douleur articulaire. Il s’agit d’hyaluronate sodique, une substance que l’on retrouve naturellement dans les articulations. Cette substance visqueuse et élastique agit comme un lubrifiant articulaire. Sa principale faiblesse est son coût élevé, ce médicament n’est pas remboursé par l’assurance médicament du Québec; il peut être remboursé par certains assureurs privés. Enfin, si les résultats ne sont pas concluants chez une clientèle présentant des douleurs d’intensité sévère, il y a toujours l’option de prescription d’opiacé, un dérivé de la morphine. Philippe pose toutefois un bémol : « Il faut s’assurer de bien sélectionner les patients nécessitant une telle forme de traitement, puisque certains problèmes peuvent survenir avec la prise d’opiacés, tels des effets secondaires, mais aussi un risque d’utilisation abusive et de toxicomanie. »

Philippe mentionne également la pertinence de certaines approches complémentaires, tels les produits naturels et les manipulations. Bien que les études ne démontrent pas toujours des résultats concluants, il peut tout de même s’agir d’une option positive pour certains patients. Les crèmes analgésiques peuvent aussi soulager la douleur dans certains cas. La capsaïcine et la zucapsaïcine ont démontré les meilleurs résultats, mais elles doivent être employées régulièrement pour être efficaces.  Il y a donc lieu de s’y intéresser.

Peut-on guérir de l’arthrose?

À ce jour, il n’est pas possible de guérir de l’arthrose. Toutefois, lorsque la douleur n’est plus supportable, il y a toujours l’option de remplacer l’articulation problématique, telle une prothèse totale de genou ou de hanche par exemple. Dans ce cas, le remplacement amènera certes un grand soulagement, faute de guérison. Enfin, la prévention de l’arthrose n’est pas négligeable. Maintenir un poids santé est donc primordial, et ce, dans la prévention d’une multitude de pathologies.  L’activité physique a aussi un impact positif sur la prévention de l’arthrose. Bref, de bonnes habitudes de vie sont toujours importantes: elles préviennent l’apparition de plusieurs problèmes de santé.

*republication*

Philippe De Grandpré
Pharmacien propriétaire spécialisé en douleur chronique

Article rédigé par Noémie Desbois Mackenzie

Sources :
Entrevue réalisée avec monsieur Philippe de Grandpré, pharmacien communautaire
« Arthrose », Canoe Santé, maladies, [En ligne], 2013, http://sante.canoe.ca/condition_info_details.asp?channel_id=0&relation_id=0&disease_id=97&page_no=1#Facts (Page consultée le 1erdécembre 2013)




Douleur chronique

0 commentaire

Commenter l'article

*Champs obligatoire


+ Populaires + Commentés
pommade du Dr Nweman

[ Allaitement ] La crème « tout usage » du Dr Jack Newman : un traitement miracle ?


téterelle allaitement

La téterelle et l'allaitement : pourquoi, quand et comment?


Probiotiques

Les probiotiques : quand, comment et pourquoi les utiliser?


La massothérapie

Les secrets de la massothérapie


blanchiment des dents

Le blanchiment des dents : bien plus qu’une procédure esthétique!


La profession d’ATP : en constante évolution!


Article suivant

Revue de presse santé

Le Brésil confirme d'autres cas de fièvre jaune; plus de 100 personnes infectées