logo Pharmablogue



2016-09-06  |  

Le coût de la sédentarité

sédentarité

« L’histoire ne nous dira sans doute pas ce qu’il faut faire, mais elle nous aidera peut-être à le trouver. » – Fustel de Coulanges

Appliquons cette citation à la sédentarité. Depuis le début des temps, nous avons toujours cherché à économiser de l’énergie. Celui qui a inventé la roue, le premier à utiliser un cheval pour se déplacer et l’inventeur du lave-vaisselle avaient tous la même idée en tête : économiser du temps et de l’énergie afin d’utiliser leur temps autrement (temps libre ou travail plus efficace).

Jusqu’à tout récemment, ces économies nous ont permis d’améliorer notre qualité de vie, de devenir plus riches et d’augmenter le temps que l’on peut consacrer aux loisirs. Par contre, il semblerait que nous soyons peut-être rendus trop loin et que, maintenant, toutes ces innovations nous font perdre de l’argent collectivement.

En effet, la sédentarité, rendue possible par les innovations technologiques, entraîne des coûts importants pour la population. La plupart des systèmes de santé des pays occidentaux sont affectés par la sédentarité. D’ailleurs, à plusieurs endroits comme au Québec, les coûts pour les soins de santé ont augmenté beaucoup plus rapidement que le PIB.

 

[1]

Certaines régions du globe sont plus affectées que d’autres par la sédentarité. Certains pays s’en sortent mieux que d’autres, comme le montre le tableau suivant :

 

[2]

Ce qu’on remarque en regardant ce tableau, c’est que, généralement, plus un pays investit en santé, plus l’espérance de vie augmente dans ce pays. Par contre, on remarque aussi que certains pays ont la même espérance de vie, alors qu’ils investissent des montants totalement différents en santé. Comparons par exemple le Canada à la Corée. L’espérance de vie en Corée est de presque 80 ans alors qu’elle est d’exactement 80 ans au Canada. Par contre, pour obtenir ces résultats, le Canada investit plus de 2 fois le montant dépensé par la Corée. Impressionnant, n’est-ce pas? Évidemment, les habitudes de vie ne sont pas le seul facteur qui explique cette impressionnante différence, mais on peut penser qu’elles font partie de la solution. Comparons maintenant les États-Unis et le Danemark, deux pays qui ont une espérance de vie de 78 ans. Êtes-vous surpris de voir que le Danemark paie 2 fois moins cher que les États-Unis en soins de santé? Quel exemple désirons-nous suivre?

Les médicaments

Les médicaments représentent une dépense d’environ 3 milliards de dollars chaque année au Québec. Vu ce montant élevé, il est intéressant de regarder à quoi servent ces médicaments. Dans le top 10 des médicaments pour lesquels nous dépensons le plus d’argent, 5 traitent des maladies qui pourraient être en partie prévenues par l’activité physique et de meilleures habitudes de vie. Ces 5 médicaments sont : le Lipitor, le Crestor, l’Effexor, le Ritalin et le Norvasc. Vous pouvez voir que le coût annuel relié à l’utilisation de ces médicaments est assez élevé.

 

[3]

Ces coûts ne tiennent pas compte du coût du diagnostic ni de l’hospitalisation et des suivis. Encore plus choquant, 30% des dépenses en médicaments faites par la Régie de l’assurance maladie traitent 5 maladies qui pourraient être en partie prévenues par l’activité physique :

Je ne suis pas contre l’utilisation de ces médicaments. Je considère par contre qu’il est temps de se prendre en main et de prévenir l’apparition de ces maladies reliées à la sédentarité afin que l’on ne se retrouve pas écrasés par les coûts de la sédentarité.

Et vous, qu’en pensez-vous?

Par Daniel Riou
Kinésiologue


[1] Yanick Labrie, Surmonter les obstacles à l’entrepreneuriat en santé

Note économique sur le potentiel des initiatives entrepreneuriales en santé, 24 novembre 2011, http://www.iedm.org/files/note1111_fr.pdf

[2] OECD 2010, “Health care systems: Getting more value for money”,  OECD Economics

Department Policy Notes, No. 2. http://www.oecd.org/economy/productivityandlongtermgrowth/46508904.pdf

[3] Cory Cowan, Avantages, Dépenses en médicaments : le Québec devance toujours le Canada, 21 juin 2010 http://www.conseiller.ca/avantages/avantages-sociaux/depenses-en-medicaments-le-quebec-devance-toujours-le-canada-10916?imprimer

« RE-PUBLICATION »




Sport et santé

Close comments
1 commentaire

Patricia Prazeres

07-09-2016

Bonjour,

je trouve triste que vous considériez le diabète et la dépression comme étant des maladies qui pourraient être "en partie" prévenues par l'exercice physique.
Malheureusement le diabétique de type 1 et le bipolaire de type 2 (pour ne nommer que ceux là).
Peu importe le niveau d'exercices que vous ferez, vous aurez toujours besoin d'un support médicamenteux.

Bien à vous

Patricia Prazeres
Massothérapeute



Commenter l'article

*Champs obligatoire


+ Populaires + Commentés
pommade du Dr Nweman

[ Allaitement ] La crème « tout usage » du Dr Jack Newman : un traitement miracle ?


téterelle allaitement

La téterelle et l'allaitement : pourquoi, quand et comment?


Probiotiques

Les probiotiques : quand, comment et pourquoi les utiliser?


La massothérapie

Les secrets de la massothérapie


blanchiment des dents

Le blanchiment des dents : bien plus qu’une procédure esthétique!


La profession d’ATP : en constante évolution!


Article suivant

Revue de presse santé

La première récipiendaire d'une transplantation du visage est morte