logo Pharmablogue



2018-07-05  |  

Les médecins de famille maintenant plus nombreux à pouvoir offrir à leurs patients des soins préventifs hors pair

Revue de presse santé

Le Partenariat canadien contre le cancer (le Partenariat) offrira 2,98 millions de dollars pour permettre à davantage de Canadiens de tirer profit de méthodes éprouvées de prévention du cancer grâce au programme BETTER.

TORONTO, le 4 juill. 2018 /CNW/ – Ce financement s’ajoute aux plus de 6,7 millions de dollars fournis par le Partenariat pour bâtir et élargir le programme BETTER depuis 2009. L’Université de l’Alberta organisera la phase suivante de ce programme au cours des trois prochaines années grâce à l’ouverture de l’« Institut de formation BETTER », qui comprend deux unités, l’une dans l’Est du Canada et l’autre dans l’Ouest.

Les taux d’incidence du cancer augmentent au Canada1. Avec le vieillissement de la population, nous devons trouver des solutions pour prévenir le cancer ou, du moins, le dépister plus tôt que nous parvenons à le faire actuellement. Le programme BETTER permettra aux Canadiens de tirer profit de stratégies de prévention et de dépistage du cancer, du diabète, des maladies du cœur et des facteurs de risque associés, qui feront partie intégrante des pratiques de médecine familiale.

L’adoption de l’approche BETTER à plus grande échelle favorisera l’atteinte des objectifs nationaux de diminution du nombre de Canadiens ayant un cancer et de détection plus précoce du cancer lorsque le traitement a plus de chances d’être efficace. Ce programme de formation axé sur la prévention du cancer et des maladies chroniques permet aux fournisseurs de soins primaires – notamment le personnel infirmier autorisé – de se spécialiser dans le domaine de la prévention.

À l’issue de la formation, les praticiens en prévention seront en mesure de mener des entretiens avec les patients sur les facteurs de risque liés au mode de vie ainsi que sur les antécédents médicaux personnels et familiaux, d’utiliser la trousse à outils BETTER pour rédiger une « ordonnance de prévention » personnalisée et de concevoir un plan d’action en collaboration avec les patients d’après leurs objectifs personnels.

Les études menées au cours des phases initiales du programme montrent que la mobilisation des praticiens en prévention a permis d’obtenir une augmentation notable de la capacité des patients à se fixer des objectifs et à pratiquer des activités de santé préventive. Les données montrent que les « ordonnances de prévention » ont aidé les patients à rester sur la bonne voie en se soumettant à des activités favorisant une meilleure santé générale, comme les examens de dépistage du cancer et des maladies chroniques, et en adoptant un nouveau style de vie.

Ce financement échelonné sur trois années aidera les Canadiens dans sept provinces et servira principalement à former le personnel des milieux de soins cliniques primaires desservant les populations des régions rurales et éloignées, ainsi que les membres des Premières Nations, des Inuits et des Métis. L’unité de l’Est, établie au Women’s College Hospital à Toronto, desservira au départ l’Ontario, Terre-Neuve-et-Labrador, le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse. L’unité de l’Ouest, établie à l’Université de l’Alberta, à Edmonton, desservira au départ l’Alberta, la Colombie-Britannique et le Manitoba. Après cette phase, le Partenariat examinera des occasions de mettre en œuvre le programme BETTER dans les autres provinces et territoires.

Créé en 2009 grâce au financement du Partenariat, le programme BETTER a permis de rassembler des experts en recherche, en pratique et en politique qui ont formé des coalitions pour intégrer des stratégies de prévention d’autres maladies chroniques à la prévention du cancer. Ce nouveau projet donne une orientation différente à la distribution pancanadienne du programme.

Les fournisseurs de soins primaires, les autres professionnels de la santé et les citoyens désireux d’en savoir plus sur le programme BETTER sont invités à consulter le site www.better-program.ca ou à visionner cette vidéo infographique (en anglais seulement).

Citations

« Le programme BETTER est l’un des programmes de prévention du cancer les plus efficaces que le Partenariat a financés », affirme Cindy Morton, PDG du Partenariat canadien contre le cancer. « Le cancer est l’un des plus grands défis à relever dans notre pays. Des initiatives de prévention de ce type ont démontré leur efficacité à atteindre les objectifs à long terme de la Stratégie canadienne de lutte contre le cancer, qui sont de diminuer le nombre de Canadiens qui ont un cancer et qui en meurent, ainsi que d’améliorer la qualité de vie des Canadiens qui en sont atteints. »

« Les fournisseurs de soins primaires au Canada n’ont pas la possibilité d’offrir des services optimaux en matière de prévention à cause des exigences de la pratique actuelle et des contraintes imposées par le système de santé. Les interactions axées précisément sur des activités de santé préventive sont souvent épisodiques et opportunistes », affirme la Dre Eva Grunfeld, conseillère scientifique en chef de l’Institut de formation BETTER, mais également professeure et vice-présidente du Département de médecine familiale et communautaire de l’Université de Toronto. « Le programme BETTER permettra de remédier à cette situation en intégrant les conversations sur la prévention aux soins primaires courants et il permettra au personnel des soins primaires d’aider les patients dans leurs efforts pour atteindre les objectifs souhaités. »

« La plupart des lignes directrices et des ressources portent sur une maladie ou un système d’organes », mentionne la Dre Donna Manca, directrice médicale de l’Institut de formation BETTER, ainsi que professeure et directrice de la recherche au Département de médecine familiale de l’Université de l’Alberta. « Cependant, nos patients présentent des risques d’être atteints de plusieurs maladies et ne souhaitent pas être traités comme une maladie, mais comme un être humain. Le programme BETTER incorpore les lignes directrices fondées sur des données probantes et offre une approche intégrée visant à informer les patients de façon holistique sur leur santé en leur donnant une ordonnance de prévention personnalisée. »

À propos du Partenariat canadien contre le cancer
À titre de coordonnateur de la Stratégie canadienne de lutte contre le cancer, le Partenariat œuvre de concert avec des partenaires afin de réduire le fardeau du cancer pour les Canadiens. Notre réseau de partenaires – des organismes de lutte contre le cancer, des dirigeants et experts du système de santé, ainsi que des personnes touchées par le cancer – apporte une grande diversité d’expertises dans tous les aspects de notre travail. Après 10 ans de collaboration, nous accélérons les efforts visant à améliorer l’efficacité et l’efficience du système de lutte contre le cancer, tout en alignant nos priorités communes et en soutenant un changement positif dans l’ensemble du continuum des soins du cancer. Dans notre Plan stratégique pour 2017 à 2022, nos efforts sont organisés autour des cinq thèmes : la qualité, l’équité, l’amélioration de l’expérience du patient, l’optimisation de l’impact des données et la durabilité du système. Le Partenariat continue de soutenir les travaux menés par la communauté de la lutte contre le cancer dans son ensemble afin de concrétiser nos objectifs communs sur 30 ans : un avenir dans lequel moins de personnes recevront un diagnostic de cancer et en mourront, et dans lequel la qualité de vie des personnes vivant avec un cancer sera meilleure. Le Partenariat a été créé par le gouvernement fédéral en 2006 pour mettre en œuvre la Stratégie, et reçoit un financement permanent de Santé Canada pour continuer de diriger la Stratégie avec des partenaires de l’ensemble du Canada. Pour obtenir de plus amples renseignements, visitez le site https://www.partenariatcontrelecancer.ca.

À propos de la Faculté de médecine et de dentisterie de l’Université de l’Alberta
La Faculté de médecine et de dentisterie de l’Université de l’Alberta est un chef de file en matière d’enseignement et de formation de praticiens et de chercheurs exceptionnels qui adhère aux normes internationales les plus élevées. La faculté a pour mission d’améliorer la santé grâce à l’excellence de l’enseignement, de la recherche et des soins prodigués aux patients. Elle héberge l’une des écoles de médecine classées parmi les 100 meilleures au monde. Pour obtenir de plus amples renseignements, visitez le site www.ualberta.ca/medicine.

À propos du Département de médecine familiale et communautaire de l’Université de Toronto
Le Département de médecine familiale et communautaire de l’Université de Toronto est reconnu dans le monde entier pour son excellence dans le domaine de la médecine, de l’enseignement et de la recherche. Les membres de notre corps professoral sont des chefs de file cliniques et universitaires et des pionniers dans des domaines tels que la santé urbaine, la médecine des toxicomanies, la santé mondiale, les soins palliatifs, la santé des immigrants et des Autochtones, et bien plus encore. Regroupant plus de 1 600 membres du corps professoral en Ontario, des villages ruraux aux centres urbains, nous forgeons l’avenir de la médecine familiale au Canada. Pour obtenir de plus amples renseignements, visitez le site www.dfcm.utoronto.ca.

RÉFÉRENCE

1-      

Société canadienne du cancer. (2017). On prévoit que près de 1 Canadien sur 2 aura le cancer : rapport. Accessible à l’adresse :

http://www.cancer.ca/fr-ca/about-us/for-media/media-releases/national/2017/canadian-cancer-statistics/?region=on  

SOURCE Partenariat canadien contre le cancer




Actualités | Cancer | Nouvelles du PharmaBlogue | Revue de presse santé

0 commentaire

Commenter l'article

*Champs obligatoire


+ Populaires + Commentés
pommade du Dr Nweman

[ Allaitement ] La crème « tout usage » du Dr Jack Newman : un traitement miracle ?


téterelle allaitement

La téterelle et l'allaitement : pourquoi, quand et comment?


Probiotiques

Les probiotiques : quand, comment et pourquoi les utiliser?


La massothérapie

Les secrets de la massothérapie


blanchiment des dents

Le blanchiment des dents : bien plus qu’une procédure esthétique!


La profession d’ATP : en constante évolution!


Article suivant

Revue de presse pharmaceutique

La ministre de la Santé Ginette Petitpas Taylor annonce la nomination de deux nouveaux membres du Conseil d'examen du prix des médicaments brevetés