logo Pharmablogue



2018-06-28  |  

Les médicaments de spécialité à prix élevé continuent de dominer le paysage des nouveaux médicaments

Revue de presse pharmaceutique

Dans le cadre de l’initiative de recherche du Système national d’information sur l’utilisation des médicaments prescrits (SNIUMP), le Conseil d’examen du prix des médicaments brevetés (CEPMB) a publié aujourd’hui la deuxième édition annuelle de Veille des médicaments mis en marché.

OTTAWA, le 26 juin 2018 /CNW/ – La série de rapports présente les derniers renseignements sur les nouveaux médicaments mis en marché au Canada et sur certains marchés internationaux, afin d’informer les décideurs, les chercheurs et les patients des évolutions dans la dynamique de mise en marché des médicaments émergents. Veille des médicaments mis en marché, 2016 cerne les nouvelles substances actives mises en marché en 2015 et en 2016, et analyse leur disponibilité, leur prix et leurs ventes à la fin de 2016.

Depuis 2009, de nouveaux médicaments importants ont été lancés; les ventes de ceux-ci ont représenté près du quart des ventes de médicaments de marque au Canada en 2016. Ainsi, en ligne avec les tendances observées entre 2009 et2014, l’étude conclut que les médicaments de spécialité à prix élevé, comme ceux traitant les maladies rares, les médicaments biologiques et médicaments oncologiques, continuaient de dominer le paysage des nouveaux médicaments en 2015 en 2016, tant au Canada qu’à l’échelle internationale. On constate également que le Canada a lancé plus de nouveaux médicaments que la plupart des pays de l’OCDE, mais moins que l’ensemble des pays de comparaison du CEPMB, notamment plusieurs où les prix moyens des médicaments brevetés sont plus bas.

Veille des médicaments mis en marché peut être consulté sur le site Web du CEPMB en formats PDF et HTML accessible.

La prochaine édition du rapport s’appuiera sur cette analyse afin de présenter de plus amples renseignements sur les médicaments lancés en 2016, ainsi qu’une analyse des médicaments mis en marché en 2017.

Les faits en bref

  • Les médicaments orphelins dominent de plus en plus le paysage des nouveaux médicaments et représentent 54 % des nouveaux médicaments mis en marché en 2015 et 42 % en 2016, soit une augmentation importante par rapport à la moyenne de 33% entre 2009 et 2014.
  • Le nombre de nouveaux médicaments oncologiques demeure élevé, représentant 26 % de l’ensemble des nouveaux médicaments lancés en 2015 et en 2016.
  • Un grand nombre de nouveaux médicaments étaient des médicaments à prix élevé : 35 % des médicaments lancés en 2015 étaient des médicaments oncologiques dont le prix dépassait 5 000 $ pour un traitement de 28 jours et 30 % étaient des médicaments non oncologiques coûtant plus de 10 000 $ par année.
  • En 2015, on a autorisé la mise en marché d’un plus petit nombre de médicaments au Canada qu’aux États-Unis et en EuropeLe Canada a tout de même fait bonne figure au chapitre des ventes, ce qui donne à penser que les médicaments importants les plus vendus ont été mis en marché au Canada.
  • Le Canada arrive au onzième rang parmi les pays de l’OCDE en ce qui concerne le nombre de nouveaux médicaments lancés entre 2009 et 2015, derrière tous les autres pays du CEPMB7, dont bon nombre présentaient des prix moyens inférieurs pour ce qui est des médicaments brevetés.

Liens connexes

Suivez-nous sur Twitter : @PMPRB_CEPMB

SOURCE Conseil d’examen du prix des médicaments brevetés




Actualités | Nouvelles du PharmaBlogue | Revue de presse pharmaceutique

0 commentaire

Commenter l'article

*Champs obligatoire


+ Populaires + Commentés
pommade du Dr Nweman

[ Allaitement ] La crème « tout usage » du Dr Jack Newman : un traitement miracle ?


téterelle allaitement

La téterelle et l'allaitement : pourquoi, quand et comment?


descente d

Prévenir la descente d’organes à la suite de l’accouchement


La massothérapie

Les secrets de la massothérapie


blanchiment des dents

Le blanchiment des dents : bien plus qu’une procédure esthétique!


La profession d’ATP : en constante évolution!


Article suivant

Revue de presse santé

L'usage de substances au Canada coûte 38,4 milliards de dollars par année - Ce sont l'alcool et le tabac qui causent le plus de méfaits - et de loin