logo Pharmablogue



2018-03-29  |  

L'honorable Ginette Petitpas Taylor, ministre de la Santé, annonce de nouvelles mesures pour réduire les obstacles au traitement et 231 M$ pour lutter contre la crise des opioïdes

Revue de presse pharmaceutique

La crise des opioïdes continue d’avoir des répercussions dévastatrices sur les familles et les collectivités du pays.

OTTAWA, le 26 mars 2018 /CNW/ – En 2017 seulement, selon les projections actuelles, plus de 4 000 personnes auraient perdu la vie en raison de cette épidémie. Malgré les mesures importantes prises à ce jour, il faut en faire davantage pour aider à résoudre la crise et sauver des vies.

L’honorable Ginette Petitpas Taylor, ministre de la Santé, a annoncé aujourd’hui de nombreuses initiatives importantes pour contrer la crise des opioïdes.

Premièrement, la ministre a annoncé que le gouvernement du Canada allait retirer les obstacles à l’accès à la diacétylmorphine (héroïne sous ordonnance) et à la méthadone pour le traitement des troubles liés aux opioïdes. Ces modifications réglementaires rehausseront la gamme d’options de traitement offertes aux Canadiens. Par exemple, les professionnels de la santé seront en mesure de prescrire et d’administrer la méthadone sans avoir à demander une exemption à l’application de la loi fédérale. Quant à la diacétylmorphine, les modifications en assoupliront les conditions d’administration; en outre, les patients pourront en bénéficier à l’extérieur du milieu hospitalier, notamment dans des cliniques de traitement. Les patients seront ainsi plus en mesure d’équilibrer leurs responsabilités quotidiennes avec leur traitement. Ces modifications réglementaires ont été publiées dans la Gazette du Canada, Partie II le 21 mars 2018.

Deuxièmement, la ministre Petitpas Taylor a dévoilé les détails de l’octroi de 18 millions de dollars en investissements fédéraux à six projets novateurs dans le cadre du Programme sur l’usage et les dépendances aux substances et à dix projets de recherche sur les opioïdes financés par les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC). Il s’agit de projets d’études de services de contrôle des substances aux sites de consommation supervisés, ainsi que de projets d’études visant à déterminer les pratiques exemplaires à adopter quant à l’utilisation des opioïdes dans le traitement de la douleur. Les projets visent également à soutenir la conception de documents d’orientation sur la prévention et le traitement des troubles liés à la consommation d’opioïdes et à analyser les améliorations éventuelles à apporter aux traitements connexes afin de mieux répondre aux besoins des femmes.

Troisièmement, la ministre de la Santé a aussi fourni des détails sur les investissements de 231,4 millions de dollars proposés dans le budget de 2018 pour améliorer l’accès au traitement, mettre fin à la stigmatisation et recueillir plus de données afin d’aider à contrer la crise des opioïdes. Voici en quoi consistent ces investissements :

  • 150 millions de dollars en financement d’urgence pour les provinces et les territoires afin d’accroître l’accès au traitement fondé sur des éléments probants;
  • 13,5 millions de dollars pour des approches novatrices en matière de traitement et de prévention dans le cadre du Programme sur l’usage et les dépendances aux substances de Santé Canada;
  • 18,7 millions de dollars sur cinq ans pour lutter contre la stigmatisation des personnes qui consomment de la drogue, y compris le lancement d’une nouvelle campagne nationale de sensibilisation du public, sur plusieurs années, pour aider à modifier les attitudes et les perceptions des Canadiens à l’égard des personnes qui consomment de la drogue;
  • 31,6 millions de dollars pour doter les agents frontaliers des outils nécessaires pour intercepter le fentanyl et d’autres substances dangereuses à la frontière;
  • 17,9 millions de dollars pour élargir la base de données probantes afin d’éclairer et d’évaluer notre réponse à la crise des opioïdes, notamment en accélérant l’accès aux données et aux analyses sur la santé publique.

La ministre Petitpas Taylor a conclu l’événement en remerciant l’Initiative canadienne de recherche sur l’abus de substances (ICRAS) pour son rapport et ses recommandations, publiés récemment, sur l’élimination des obstacles réglementaires au traitement à la méthadone et pour son expertise dans l’élaboration d’une ligne directrice nationale sur la gestion clinique des troubles liés à l’usage d’opioïdes. Ces recommandations ont aidé à formuler les modifications réglementaires annoncées aujourd’hui pour la méthadone.

Citations

« Nous ne devrions pas juger les personnes qui ont des problèmes de consommation de substances, mais plutôt s’assurer qu’elles reçoivent l’aide dont elles ont besoin, quand elles le veulent. Grâce aux changements annoncés aujourd’hui, les professionnels de la santé pourront prescrire et administrer des traitements à la méthadone sans avoir à demander une exemption. Le nouveau financement proposé dans le budget de 2018 contribuera aussi à améliorer le traitement, à réduire la stigmatisation et à recueillir plus de données pour renverser la triste tendance des décès liés à l’utilisation d’opioïdes au Canada. »

L’honorable Ginette Petitpas Taylor
La ministre de la Santé

« Il ne fait aucun doute que la production et le trafic illégal des opioïdes, y compris le fentanyl, ont contribué à une crise de santé publique au Canada. Nous reconnaissons qu’il s’agit d’une question sociale, de santé et de sécurité publique complexe et nous sommes déterminés à adopter une approche globale, axée sur la collaboration, la compassion et les données probantes. »

L’honorable Ralph Goodale
Ministre de la Sécurité publique

« Il est important pour nous de signaler à ceux qui consomment de la drogue et aux personnes qui les entourent que le traitement est un cheminement individualisé. Un meilleur accès aux options de traitements et le financement supplémentaire annoncé aujourd’hui amélioreront notre capacité collective de réagir à la crise des opioïdes d’une manière globale et concertée. »

Dre Theresa Tam
Administratrice en chef de la santé publique du Canada

Faits en bref

  • La méthadone et la diacétylmorphine, ou l’héroïne de grade pharmaceutique, sont des médicaments servant au traitement des troubles liés à la consommation d’opioïdes.
  • Santé Canada a été informé par les intervenants que les patients et les médecins pouvaient hésiter à utiliser un traitement dès lors qu’il comportait le moindre obstacle. C’est pour cette raison que Santé Canada élimine les obstacles fédéraux à l’accès à la méthadone et à la diacétylmorphine.
  • Dans le cadre de sa démarche exhaustive fondée sur des éléments probants, le gouvernement du Canada se concentre sur trois domaines clés afin de sauver des vies et de contrer la crise des opioïdes :
    • Collaborer avec les gouvernements provinciaux et territoriaux afin de rehausser l’accès aux traitements;
    • Soutenir les démarches innovatrices au règlement de la crise des opioïdes; et
    • S’attaquer à la stigmatisation liée à la consommation d’opioïdes.
  • Le Programme sur l’usage et les dépendances aux substances est un programme de contribution fédérale offrant du soutien financier aux gouvernements provinciaux et territoriaux, aux organisations non gouvernementales et aux intervenants afin de renforcer les mesures pour contrer les problèmes de toxicomanie au Canada.
  • Le gouvernement offre un soutien financier, par l’entremise des Instituts de recherche en santé du Canada, aux scientifiques dont le travail aide à étayer les éléments probants sur les meilleures mesures d’intervention dans le traitement de la douleur, sur la prévention des surdoses d’opioïdes, ainsi que sur les traitements des troubles liés à la consommation d’opioïdes et la promotion de la réduction des méfaits.

Liens connexes

SOURCE Santé Canada




Actualités | Nouvelles du PharmaBlogue | Revue de presse pharmaceutique

0 commentaire

Commenter l'article

*Champs obligatoire


+ Populaires + Commentés
pommade du Dr Nweman

[ Allaitement ] La crème « tout usage » du Dr Jack Newman : un traitement miracle ?


téterelle allaitement

La téterelle et l'allaitement : pourquoi, quand et comment?


Probiotiques

Les probiotiques : quand, comment et pourquoi les utiliser?


La massothérapie

Les secrets de la massothérapie


blanchiment des dents

Le blanchiment des dents : bien plus qu’une procédure esthétique!


La profession d’ATP : en constante évolution!


Article suivant

Revue de presse santé

Ratios patients-infirmières: une baisse mise à l'essai dans des projets-pilotes