logo Pharmablogue



2014-03-25  |  

Manger santé, est-ce abordable?

Manger santé et porte-feuille

Le prix des aliments frais est-il un obstacle à la bonne alimentation?

Quand on connaît l’importance de bien manger, on se demande pourquoi tout le monde ne le fait pas. Au-delà des goûts et préférences, ou encore de cette volonté de certains de s’opposer par principe, l’alimentation devrait être la pierre angulaire de la vie. Si on veut être en santé, productif et heureux, il faut s’intéresser à ce qu’on met dans son assiette. Trop de gens pellettent leur tombe avec leur fourchette.

D’autre part, de tous les postes budgétaires d’une famille, le panier d’épicerie est le plus élastique. On ne peut pas couper tant que ça sur le loyer, les transports, l’école et ses fournitures, etc. Par contre, l’alimentation est la dépense où il est le plus facile de couper. La question qui se pose est alors celle-ci: combien coûte une alimentation saine (je ne parle pas de suppléments ou d’aliments tendance, mais simplement de bons aliments frais) par rapport à une alimentation, disons-le, industrielle?

Combien de plus?

Une équipe de chercheurs de Harvard a fait cette évaluation. Ils ont compilé les données publiées provenant principalement des États-Unis, mais aussi du Canada, de la France, du Japon et de l’Afrique du Sud. Selon leurs calculs, il en coûte en moyenne  $1,50 de plus par jour par personne (ou $1,56 de plus pour chaque tranche de 2000 kcal) pour manger sainement. Ainsi, pour une famille de 4, on parle de 2190$ de plus par année. Suffisamment pour grever un budget familial.(1,2)

Quelques statistiques canadiennes

À Ottawa, capitale du Canada, un panier de provisions nutritif (PPN – basé sur le Guide alimentaire canadien) pour une famille de 4 personnes coûte 759$/mois.(3)

Au Nouveau-Brunswick, une province plus pauvre, l’enquête alimentaire «Être pauvres et bien se nourrir: Essayez-le!» effectuée par le Front commun pour la justice sociale du N.-B. inc. montre qu’en 2012, le même PPN coûte $914/mois!(4)

Pourquoi bien manger devient-il un luxe?

Logiquement, si je cuisine à partir des aliments de base plutôt que d’acheter tout fait, j’économise. Cependant, cette logique ne semble pas toujours s’appliquer… On peut comprendre que les ingrédients industriels, achetés en grande quantité, coûtent moins chers au kilo que les ingrédients domestiques. Mais je me butte à une notion qui résiste à l’entendement: pourquoi les aliments bruts non transformés se vendent-ils plus chers que les aliments transformés? Le coût du processus industriel ne nous est certes pas offert en cadeau par le fabricant!

La réponse à cette énigme vient des subventions à l’agriculture offertes dans plusieurs pays. Chez nos voisins du Sud, le Farm Bill de Washington subventionne de façon éhontée certaines cultures, notamment le maïs, et pas du tout d’autres, notamment les légumes. Les produits industriels qu’on nous vend contiennent surtout des produits subventionnés à outrance, ce qui permet aux fabricants de nous vendre leur néfaste food à des prix imbattables.

Dans l’article La vraie cause de l’épidémie d’obésité que je publiais en 2010 suite aux travaux d’un groupe de médecins, le Physicians Committee for Responsible Medicine (PCRM), je vous ai montré que les subventions sont quasi inversement proportionnelles à la qualité santé des aliments.

Cette réalité est toujours la même, ce qui entraine une augmentation relative des prix plus élevée pour les fruits et légumes que pour le reste de l’alimentation et une baisse des prix pour le néfaste food, notamment les boissons gazeuses.

http://economix.blogs.nytimes.com/2009/05/20/whats-wrong-with-this-chart/

Comment l’inflation influence-t-elle les achats?

On a comptabilisé de par le monde que, pour chaque augmentation de 1% du prix d’une classe d’aliment, sa consommation est réduite de 0,4 à 0,8%.(5) Bref, plus les gens sont pauvres, plus ils coupent dans l’essentiel!

Il serait temps que l’alimentation et la santé deviennent une priorité de nos gouvernements respectifs; que les fonds publics soient utilisés pour le bénéfice de la population générale en premier, et non selon l’intérêt des groupes de pression; et que la production agricole soit au service des consommateurs et non au service des conglomérats… (Voir aussi Une illusion de diversité)

Santé !

Jean-Yves Dionne
Pharmacien spécialisé en produits de santé naturelle

Texte originalement paru sur mon blogue, Franchement Santé

————————–

Références:

  1. Rao M, Afshin A, Singh G, Mozaffarian D. Do healthier foods and diet patterns  cost more than less healthy options? A systematic review and meta-analysis. BMJ Open. 2013 Dec 5;3(12):e004277. doi: 10.1136/bmjopen-2013-004277. PubMed PMID: 24309174; PubMed Central PMCID: PMC3855594.  (texte complet accessible gratuitement)
  2. Article du National Post: http://life.nationalpost.com/2013/12/06/a-healthy-diet-costs-2000-a-year-more-than-an-unhealthy-one-for-average-family-of-four-harvard-study/
  3. http://ottawa.ca/calendar/ottawa/citycouncil/obh/2011/11-21/2AFr_Cost_of_NFB_Ottawa_Factsheet_2011_FR.pdf
  4. http://www.canadiansocialresearch.net/nb_rapport.pdf
  5. Green R, Cornelsen L, Dangour AD, Turner R, Shankar B, Mazzocchi M, Smith RD.  The effect of rising food prices on food consumption: systematic review with meta-regression. BMJ. 2013 Jun 17;346:f3703. doi: 10.1136/bmj.f3703. Review. PubMed PMID: 23775799; PubMed Central PMCID: PMC3685509.  (texte complet accessible gratuitement)

Rao :

27 studies from 10 countries met the inclusion criteria. Among food groups, meats/protein had largest price differences: healthier options cost $0.29/serving (95% CI $0.19 to $0.40) and $0.47/200 kcal ($0.42 to $0.53) more than less healthy options. Price differences per serving for healthier versus less healthy foods were smaller among grains ($0.03), dairy (-$0.004), snacks/sweets ($0.12) and fats/oils ($0.02; p<0.05 each) and not significant for soda/juice ($0.11, p=0.64). Comparing extremes (top vs bottom quantile) of food-based diet patterns, healthier diets cost $1.48/day ($1.01 to $1.95) and $1.54/2000 kcal ($1.15 to $1.94) more. Comparing nutrient-based patterns, price per day was not significantly different (top vs bottom quantile: $0.04; p=0.916), whereas price per 2000 kcal was $1.56 ($0.61 to $2.51) more. Adjustment for intensity of differences in healthfulness yielded similar results.

CONCLUSIONS:

This meta-analysis provides the best evidence until today of price differences of healthier vs less healthy foods/diet patterns, highlighting the challenges and opportunities for reducing financial barriers to healthy eating.




Nutrition  | Santé naturelle

0 commentaire

Commenter l'article

*Champs obligatoire


+ Populaires + Commentés
pommade du Dr Nweman

[ Allaitement ] La crème « tout usage » du Dr Jack Newman : un traitement miracle ?


téterelle allaitement

La téterelle et l'allaitement : pourquoi, quand et comment?


descente d

Prévenir la descente d’organes à la suite de l’accouchement


La massothérapie

Les secrets de la massothérapie


blanchiment des dents

Le blanchiment des dents : bien plus qu’une procédure esthétique!


La profession d’ATP : en constante évolution!


Article suivant

actualité santé

Québec solidaire prône un recours accru aux CLSC pour désengorger le réseau