logo Pharmablogue



2016-02-24  |  

Pas toujours faciles, les sports d'hiver!

sports d

En cette journée de météo, comment dire, « désagréable », nous vous proposons à nouveau cet article de Lyne Bessette, notre athlète olympique adorée. Elle nous parle de sa passion de l’hiver, passion qui n’a pourtant pas toujours existé chez elle. 

Avec les hivers qu’on a, tous les moyens sont bons pour nous permettre de passer au travers! On a tous un niveau de tolérance différent par rapport au froid (ou à la chaleur), et parfois je me dis qu’on est bien chialeux, nous, les Québécois!

Trop chaud, trop froid; on n’est jamais content…

J’ai été élevée ici, au Québec, dans les Cantons de l’Est. Très jeune, j’ai appris à faire du ski de randonnée. Chaque dimanche, on allait rendre visite à mes grands-parents en ski de fond. Moi, à 2 ans, en skis, et mon frère dans le traîneau derrière mon père. En famille, on bravait l’hiver. J’ai aussi goûté au ski alpin, à la motoneige, à la construction d’igloos et de forts dans la cour, aux batailles de boules de neige interminables… Et je n’avais pas froid : j’avais du fun!

Et puis j’ai grandi; j’ai commencé le vélo, qui est vite devenu ma passion et mon travail. Je devais absolument rouler. Je me suis mise à voyager et à passer mes hivers en Californie ou ailleurs, n’importe où, mais pas dans la neige.

Comme mon entraîneur me disait : « Ça parait que tu ne passes plus l’hiver ici : ton petit duvet dans le visage a disparu! ». Je m’étais vite adaptée au chaud soleil de l’Ouest américain. Ma tolérance au froid avait changé, et je m’en rendais compte…

Un de mes amis a été élevé en Floride, mais habite aujourd’hui Bromont. Chaque hiver, il hibernait comme un ours. Il arrêtait de faire de l’exercice à l’extérieur, il grognait tout l’hiver, il s’entêtait à faire du vélo d’intérieur même s’il détestait ça…

Puis, il a finalement découvert un sport d’hiver qui le passionnait… Et ce fut le retour à la vie d’Eric L.!

C’est facile de lancer la serviette, de dire qu’il fait trop froid, trop chaud, trop venteux, etc. Mais quand on prend le temps d’essayer quelque chose de nouveau, de sortir de sa zone de confort et de pousser nos limites, ça peut être très profitable! Aujourd’hui, Eric est un nouveau gars, et maintenant, il trippe sur l’hiver!

Aujourd’hui, je suis de retour au Québec.  Et qu’il fasse 0 ou  ‐20, vous me trouverez sur les pistes de ski à Orford, dans le bois avec mes raquettes ou dans les magnifiques routes autour du chalet en train de courir avec ma meilleure amie Mel… Et même à ‐25, ce n’est pas encore assez froid pour dire non et abandonner.

Oui, parfois mes mains craquent et saignent; oui, le bout de mon nez perd quelques instants sa sensibilité, le temps que je le cache avec mon foulard; oui, mes pieds sont difficiles à réchauffer durant les premiers kilomètres… mais chaque pas que je fais, chaque glisse est une victoire et une satisfaction en soi.

L’hiver est maintenant presque terminé, déjà! Mais pensez à l’avantage que nous avons, de pouvoir commencer à planifier l’hiver prochain avant qu’il n’arrive, pour pouvoir en profiter au maximum et respirer de nouveau l’air pur!

Et vous, qu’avez-vous fait cet hiver?

À bientôt,

Lyne

*republication*




Sport et santé

0 commentaire

Commenter l'article

*Champs obligatoire


+ Populaires + Commentés
pommade du Dr Nweman

[ Allaitement ] La crème « tout usage » du Dr Jack Newman : un traitement miracle ?


téterelle allaitement

La téterelle et l'allaitement : pourquoi, quand et comment?


Probiotiques

Les probiotiques : quand, comment et pourquoi les utiliser?


La massothérapie

Les secrets de la massothérapie


blanchiment des dents

Le blanchiment des dents : bien plus qu’une procédure esthétique!


La profession d’ATP : en constante évolution!


Article suivant

Revue de presse santé

Projet pilote: Barrette entreprend de revoir le mode de financement des hôpitaux