logo Pharmablogue



2014-08-24  |  

Perte de poids: médicaments, PSN, diète?

maigrir

Maigrir, oui, mais à quel prix?

La perte de poids est un sujet qui entraine des débats complexes. Rajoutez à cela l’épidémie d’obésité et nous nageons presque dans le roman-fleuve.

D’un côté, il y a la recherche du poids santé, une démarche qui s’accompagne de bénéfices santé.

D’un autre côté, il y a les désordres alimentaires: l’orthorexie et la boulimie (1,2), l’anorexie(3,4) et l’obésité(5,6). Quatre pathologies. Quatre désordres reliés de près ou de loin à l’alimentation et au poids. L’orthorexie (voir Le syndrome de l’alimentation parfaite) part d’un désir excessif de vouloir bien manger et aboutit à l’exclusion de tous les aliments considérés comme mauvais. La boulimie se caractérise par l’ingestion excessive d’aliments, suivie d’une expiation par le biais de vomissements provoqués, d’exercices excessifs, etc. L’anorexie est un désordre psychologique profond et grave qui a trait à la notion de contrôle de soi. L’obésité est un désordre très complexe comportant des aspects endocrinologiques, alimentaires, psychologiques, sociaux, etc.

Par contre, la frontière entre ces désordres et la recherche du poids santé n’est pas toujours évidente. Qu’est-ce que le poids santé? Comment y parvenir quand «on a tout essayé»? Est-ce réellement sain de s’acharner, ou si cet acharnement ne tend pas vers l’orthorexie?

La réponse à ces questions est différente pour chacun d’entre nous, mais je crois que le plus important est de commencer notre quête du mieux-être par une acceptation de soi. C’est plus facile à dire qu’à faire, mais la meilleure façon de s’assurer que notre recherche du poids santé est vraiment saine est de se tenir loin des dictats de la mode et de ceux de notre société atteinte de «santéisme».(7)

À ce sujet, il faut applaudir le Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine du Québec qui a créé, en collaboration avec les milieux de la mode, de la publicité et des médias, une Charte québécoise pour une image corporelle saine et diversifiée ainsi qu’un plan d’action qui a pour objectifs, entre autres, de sensibiliser les jeunes à une image corporelle saine et diversifiée et d’influencer les entreprises à poser des gestes concrets.(8,9)

Produits de santé naturels… ou pas

Plusieurs compagnies ciblent la clientèle désireuse d’atteindre son poids santé ou à la recherche de la cure miracle qui fera fondre ces quelques kilos de trop.

Ils sont légion les produits naturels offrant soit un outil utile dans le cadre d’une approche intégrée et complète, soit une promesse de perdre plusieurs kilos en 10 ou 15 jours.

Le premier est possible, le second n’est qu’une illusion entretenue par des personnes sans scrupule à la recherche de proies crédules…

Pour connaitre les ingrédients utiles dans cette jungle de produits, consultez Maigrir… est-ce que les produits naturels sont efficaces?.

Les médicaments: risque vs bénéfice (10,11)

Plusieurs médicaments utilisés dans la gestion du poids ont des mécanismes d’action intéressants, mais la plupart ont aussi des effets adverses. Par exemple, le Mérida® (sibutramine) était vendu pour la perte de poids, mais il a été retiré du marché à l’automne 2010 à cause de risques de toxicité cardiaque. En effet, à la suite de l’étude SCOUT (Sibutramine Cardiovascular OUTcomes), une étude de grande envergure dont les résultats suggèrent un risque accru d’événements cardiovasculaires graves associés à l’emploi de la sibutramine chez des patients à risque, Santé Canada et la compagnie ont retiré le produit.(12)

Orlistat (Xenical®)

L’orlistat est un médicament qui empêche l’absorption des gras. Il inhibe l’enzyme lipase que l’intestin et le pancréas produisent pour briser la molécule de gras et permettre son absorption. Par contre, il ne touche pas à l’absorption des sucres qui sont de grands coupables de l’épidémie d’obésité.

Le problème de ce produit est que, comme les gras demeurent dans l’intestin, il peut provoquer des selles urgentes et huileuses… C’est pourquoi la prescription d’orlistat s’accompagne d’un régime faible en gras. D’ailleurs, la monographie du produit mentionne que le médicament ne peut garantir des résultats de plus de 5% supérieurs à ceux obtenus par le régime seul!

On n’a pas encore démontré que ce médicament nuit à l’absorption des vitamines liposolubles (solubles dans les gras comme vitamine A, D, E, K), mais on n’a pas non plus démontré le contraire et il est très logique de penser que ce soit le cas.

Les dérivés des amphétamines

La phentermine (Ionamin®), le diéthylpropion (Ténuate®) et d’autres dérivés des amphétamines sont des coupe-faim (anorexigènes) qui augmentent aussi le métabolisme. Ils favorisent effectivement la perte de poids, mais ce sont des amphétamines! Ils excitent, empêchent de dormir et ont une toxicité cardiovasculaire dangereuse. S’ils sont encore prescrits, ils ne le sont que pour de très courtes périodes de temps, et dans des cas bien particuliers.

D’ailleurs, en 1997, Santé Canada a interdit la prescription de Fen-Phen, une combinaison de deux amphétamines (fenfluramine (Pondéral®) et de phentermine), à cause d’une grave toxicité cardiaque.(13)

Bref, les médicaments semblent offrir un outil pour la perte de poids, mais le jeu n’en vaut pas la chandelle pour les cas d’embonpoint relativement près de la normale. On les réserve aux cas graves qui demandent un suivi médical. Et attention aux produits vendus sur Internet! Ils peuvent mettre la santé et même la vie de vos patients en danger! Finalement, la seule vraie façon de maigrir consiste en un changement des habitudes de vie vers une alimentation plus saine et une vie active. Quelques produits naturels peuvent donner un coup de pouce, mais pas sans effort!

Par Jean-Yves Dionne
Pharmacien spécialisé en produits de santé naturels

Texte originalement publié sur Franchement santé, le blogue de M. Dionne.


Références:

  1. http ://www.eufic.org/article/fr/artid/orthorexie-nerveuse/
  2. http ://www.alimentation-et-sante.com/orthorexie.php
  3. Anorexie et boulimie Québec. http ://www.anebquebec.com/html/fr/accueil/accueil.html
  4. http://www.danger-sante.org/category/anorexie/
  5. http ://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=obesite_pm
  6. http ://obesite.ulaval.ca/obesite/generalites/prevalence.php
  7. Fraser Pierre. De vie à mode de vie : la santé devenue santéisme, 6 novembre 2011 sur http ://pierre-fraser.com
  8. http://www.douglas.qc.ca/news/1073
  9. http ://www.douglas.qc.ca/news/666
  10. Bray GA. Medications for weight reduction. Med Clin North Am. 2011 Sep;95(5):989-1008. Review. PubMed PMID: 21855704.
  11. alkon N, Balkon C, Zitkus BS. Overweight and obesity: pharmacotherapeutic considerations. J Am Acad Nurse Pract. 2011 Feb;23(2):61-6. doi: 10.1111/j.1745-7599.2010.00587.x. PubMed PMID: 21281371.
  12. Santé Canada : Retrait volontaire de Meridia® (sibutramine) en capsules du marché canadien. 14 octobre 2010
  13. Santé Canada : Réactions cardiaques défavorables chez les patients ayant pris du Fen-Phen (Association de fenfluramine et de phentermine) 11 juillet 1997.




Santé naturelle

0 commentaire

Commenter l'article

*Champs obligatoire


+ Populaires + Commentés
pommade du Dr Nweman

[ Allaitement ] La crème « tout usage » du Dr Jack Newman : un traitement miracle ?


téterelle allaitement

La téterelle et l'allaitement : pourquoi, quand et comment?


descente d

Prévenir la descente d’organes à la suite de l’accouchement


La massothérapie

Les secrets de la massothérapie


blanchiment des dents

Le blanchiment des dents : bien plus qu’une procédure esthétique!


La profession d’ATP : en constante évolution!


Article suivant

Revue de presse santé

L'obésité en milieu de vie augmenterait le risque de démence