logo Pharmablogue



2015-10-07  |  

Poursuivre l’entraînement: 3 conseils

motivation entraînements

La rentrée vous a incité à l’exercice après une période de sédentarité? Voici 3 conseils pour réussir votre remise en forme automnale et braver les abandons qui la guettent. 

Ne planifiez pas trop d’avance

Nul ne peut échapper à la tentation de se projeter dans 6 mois et de s’imaginer arborer fièrement les gains d’un entraînement rigoureux, suivi religieusement sans trop d’anicroches ni détours. Dès lors, l’ambition s’emballe : « Cette fois, c’est la bonne, je n’abandonnerai pas! » pensez-vous résolument. Or, la réalité revient bien souvent au galop.

La planification étalée sur plusieurs mois est un outil inestimable pour l’individu actif qui souhaite atteindre des résultats spécifiques. Toutefois, lorsque l’objectif est de se remettre en forme après un temps d’inactivité, mieux vaut l’utiliser avec parcimonie et réfléchir à plus court terme dans les premiers temps. Si l’entraînement représente seulement un moyen d’atteindre un but lointain, il n’a que très peu de chance d’être apprécié et maintenu dans le temps, puisque c’est quotidiennement que vous expérimenterez l’exercice.

Mon conseil : planifiez à court terme plutôt qu’à long terme lorsque vous désirez développer ou retrouver de bonnes habitudes d’exercice. Pensez à vos 3 prochaines séances plutôt qu’aux 3 prochains mois. Troquez l’idéal du futur pour la satisfaction du présent. Adaptez constamment vos séances selon votre goût du jour. Après tout, il vous est permis de profiter des bienfaits immédiats de l’activité physique.

Et si l’envie des scénarios vous reprend, n’oubliez jamais que l’ennemi du maintien à long terme est d’accorder plus d’importance aux résultats futurs qu’à l’expérience quotidienne. En somme, ce n’est pas la destination qui compte, mais bien le voyage!

Visez « facile »                                              

L’autre piège commun pour quiconque amorce une démarche de mise en forme est de tout miser sur l’intensité et de « donner la claque » à chaque occasion qui se présente. Même si vous êtes persuadé de faire des pas de géant en redoublant d’efforts intenses à chaque séance, ceux-ci menacent à coup sûr la poursuite de votre programme d’entraînement et ruinent vos chances d’être actif régulièrement.

Le sentiment d’être à bout de souffle, le brûlement musculaire ou le haut-le-cœur sont autant de sensations désagréables dont il faut éviter d’abuser durant les premiers mois de votre nouveau mode de vie. Là-dessus, la science est sans équivoque. Une séance trop intense, surtout si vous êtes débutant, vous place à risque de vivre de tels désagréments. Et qui voudrait répéter un moment désagréable? Le calcul est fort simple : meilleure est votre appréciation d’une séance, maximales sont vos chances de vous exercer régulièrement.

Mon conseil : visez un effort facile et stimulant pour chacune de vos séances, ni trop élevé, ni trop ennuyeux. Soyez présent à vous-même pendant l’exercice et voyez ce qui vous convient ou non. La clé pour le savoir, c’est le plaisir. Pour le chatouiller, fixez-vous des petits défis stimulants à l’intérieur de vos séances. Misez seulement sur ce que vous êtes capable de réaliser et sur ce qui vous fait du bien, sans plus.

Si l’envie du haut voltage vous reprend, sachez que vous êtes le seul maître de l’effort, et qu’il sera beaucoup plus payant de le gérer plutôt que de le subir.

Arrêtez avant d’en avoir marre

S’entraîner nécessite parfois de changer de vêtements, de se rendre à un lieu spécifique, d’ajuster son horaire ou de prévoir du temps pour se doucher. Lorsque trop laborieux, ces préparatifs constituent souvent le premier frein à la pratique d’activité physique. La culpabilité d’avoir sauté la dernière séance en est un autre. Le piège à éviter si cela survient est de s’entraîner « pour la peine » en allongeant inutilement la durée de votre séance. Encore une fois, vos chances de maintien s’amenuisent à mesure que l’exercice vous apparaît long et pénible. Réalisez que c’est l’impression de la dernière séance qui motivera la prochaine.

Mon dernier conseil : terminez votre séance au bon moment, c’est-à-dire lorsque vous avez du plaisir et que vous vous sentez encore frais et dispo. N’attendez surtout pas d’en avoir marre. Vous entrevoyez ajouter un 15 minutes à votre cardio? Il vous reste de l’énergie pour exécuter quelques dernières séries? Parfait, gardez-la pour la prochaine séance.

Plus vous préserverez cet enthousiasme d’une motivation mal dosée, plus il stimulera votre vie active et la mariera tout naturellement à votre quotidien.

En terminant, ce n’est pas le nombre de mois ou d’années de sédentarité qui importe, mais bien toutes ces fois où vous vous lèverez pour vous-même. Bon exercice!

Par Marianne Lacharité-Lemieux
Kinésiologue




Sport et santé

0 commentaire

Commenter l'article

*Champs obligatoire


+ Populaires + Commentés
pommade du Dr Nweman

[ Allaitement ] La crème « tout usage » du Dr Jack Newman : un traitement miracle ?


téterelle allaitement

La téterelle et l'allaitement : pourquoi, quand et comment?


Probiotiques

Les probiotiques : quand, comment et pourquoi les utiliser?


La massothérapie

Les secrets de la massothérapie


blanchiment des dents

Le blanchiment des dents : bien plus qu’une procédure esthétique!


La profession d’ATP : en constante évolution!


Article suivant

Revue de presse santé

Des cellules souches pour soigner la vision