logo Pharmablogue



2016-10-05  |  

Préparations magistrales | Une autre avenue pour soulager la douleur chronique

pharmacien et douleur chronique

Les professionnels de la santé sont au fait de la complexité de la douleur chronique. Bien qu’elle ne soit pas reconnue comme une maladie en soi, mais plutôt comme un symptôme, elle handicape grandement les gens qui en souffrent.

Son origine est souvent difficile à établir… Si elle est parfois liée à un diagnostic précis, elle peut aussi survenir sans cause évidente. Dans ce contexte, la douleur est souvent multifactorielle. La douleur chronique se manifeste de façon constante, ou encore intermittente, mais elle est présente la majorité du temps. Bref, tout un casse-tête pour les professionnels de la santé.

Philippe De Grandpré, pharmacien communautaire spécialisé dans la douleur chronique, nous présente d’autres avenues médicamenteuses pour les patients qui ne sont pas, ou peu, soulagés par les préparations commerciales traditionnelles.

Des préparations topiques en vente libre

Avant tout, qu’est-ce que signifie le terme topique? On qualifie de topique une préparation qui est conçue pour un usage externe, c’est-à-dire qui sera appliquée sur la peau ou sur une muqueuse. Ici, on cherche à obtenir un effet localisé au site d’application, de là son principal intérêt. Les préparations topiques en vente libre sont donc nombreuses en pharmacie. Philippe De Grandpré nous explique : « En fait, on peut noter deux grandes catégories de produits topiques vendus en vente libre. Il y a les produits appelés anti-inflammatoires qui ont donc un effet antidouleur, ainsi que les produits dits contre-irritants, créés à base de camphre, de menthol, de clou de girofle, ou encore de cannelle, etc. » Ceux-ci procurent une sensation chaude ou froide permettant de masquer la douleur d’une certaine façon, et donc, d’améliorer temporairement le confort. Ces deux catégories de produits peuvent s’avérer une avenue intéressante pour les gens souffrant d’arthrose, de douleurs musculaires, ou de douleurs aux articulations, pour ne nommer que ces maux.

…et les préparations topiques magistrales?

Une préparation magistrale est créée par le pharmacien lui-même en collaboration avec le médecin. C’est une préparation unique qui n’existe pas sous forme commerciale. Elle répond donc à un besoin spécifique d’un patient pour traiter une condition qui lui est propre : « Une préparation magistrale peut évidemment apporter un soulagement au patient qui se trouve peu apaisé par les préparations commerciales. Dans ce cas, il s’agit d’une alternative intéressante. Nous avons eu des résultats impressionnants avec certaines de ces préparations, notamment en ce qui a trait aux anti-inflammatoires. » Toutefois, pour que le pharmacien puisse créer une préparation spécifique, il ne faut pas que le produit commercial existe actuellement sur le marché. Étant certifiées par Santé Canada, ces préparations commerciales passent évidemment par un processus d’approbation extrêmement rigoureux. Bien que certains types de préparations magistrales soient soumis à des études scientifiques, celles-ci sont souvent moins bien contrôlées et donc de moins bonne qualité. Comportant une date d’expiration, ces produits ont aussi une durée de conservation courte, principalement en raison d’un manque de données de stabilité. Il faut donc garder en tête que l’efficacité d’une préparation magistrale n’est pas garantie, mais qu’elle peut être une alternative intéressante pour les patients qui répondent moins bien aux traitements conventionnels.

Des pharmaciens à l’œuvre

Mais qui sont donc les créateurs de ces préparations magistrales? Comme l’explique Philippe De Grandpré, cela dépend de la nature des préparations : « Pour ce qui est des préparations simples, disons de premier niveau, la plupart des pharmaciens seront à l’aise de les préparer. Pour des formulations plus complexes, donc de niveau deux ou trois, cela requiert généralement des habiletés techniques plus complexes et des équipements plus sophistiqués. » Ainsi, la plupart des pharmaciens préféreront les faire fabriquer à l’externe par des pharmaciens spécialisés en la matière pour s’assurer de la qualité du produit. Pour de plus amples renseignements sur les préparations magistrales, vous pouvez consulter les normes de l’Ordre des Pharmaciens du Québec.

Les préparations magistrales : sous prescription seulement

Les préparations magistrales ne sont pas à la portée de tous. Évidemment, une prescription est nécessaire pour ce type de préparation. Pourquoi y avoir recours? Dans certains cas, la concentration des produits commerciaux n’est pas assez élevée pour un patient présentant une douleur chronique. Ainsi, il y a donc moyen d’augmenter significativement cette concentration en procédant à une préparation magistrale : « L’essentiel pour les pharmaciens est de bien connaître les indications et donc d’être à l’affût des préparations qui donnent des résultats significatifs. À ce sujet, la littérature scientifique nous permet d’approfondir nos connaissances. »

Si les préparations magistrales sont relativement plus chères et demandent plus de temps de préparation que les produits conventionnels, celles-ci peuvent toutefois être une avenue intéressante pour les gens souffrant de douleur chronique. Sans prescription, les préparations topiques en vente libre ne sont pas à négliger.

Philippe De Grandpré
Pharmacien propriétaire spécialisé en douleur chronique

Article rédigé par Noémie Desbois Mackenzie

*republication*




Douleur chronique

0 commentaire

Commenter l'article

*Champs obligatoire


+ Populaires + Commentés
pommade du Dr Nweman

[ Allaitement ] La crème « tout usage » du Dr Jack Newman : un traitement miracle ?


téterelle allaitement

La téterelle et l'allaitement : pourquoi, quand et comment?


Probiotiques

Les probiotiques : quand, comment et pourquoi les utiliser?


La massothérapie

Les secrets de la massothérapie


blanchiment des dents

Le blanchiment des dents : bien plus qu’une procédure esthétique!


La profession d’ATP : en constante évolution!


Article suivant

Revue de presse santé

L'usage de la cigarette est en baisse chez les Québécois, révèle une étude