logo Pharmablogue



2018-11-01  |  

Santé Canada publie les plus récentes données fédérales concernant la consommation de tabac, d'alcool et de drogues

Revue de presse santé

La consommation problématique de substances a des répercussions bien réelles sur la vie des Canadiens, de leurs familles et des collectivités. La consommation de tabac demeure toujours la principale cause de morts prématurées et de maladies évitables au Canada.

OTTAWA, le 30 oct. 2018 /CNW/ – Environ 4 000 Canadiens ont perdu la vie par surdose apparemment liée aux opioïdes en 2017. Des données à jour aident le gouvernement du Canada à élaborer des interventions et des politiques fondées sur des données probantes pour améliorer la santé globale de la population canadienne.

Santé Canada publie aujourd’hui les résultats de l’Enquête canadienne sur le tabac, l’alcool et les drogues (ECTAD) 2017. L’ECTAD est une enquête menée auprès de la population générale sur la consommation de tabac, d’alcool et de drogues chez les Canadiens de 15 ans et plus. Statistique Canada a réalisé l’enquête pour le compte de Santé Canada en interrogeant plus de 16 000 Canadiens entre février et décembre 2017.

Les résultats montrent une augmentation de la consommation du cannabis chez les adultes de 25 ans et plus, ce qui réaffirme l’importance de poursuivre des efforts d’éducation du public pour informer les Canadiens des faits sur les aspects santé et sécurité de la consommation de cannabis. L’enquête a aussi conclu qu’il y avait une augmentation de la prévalence du tabagisme au Canada, de même qu’une augmentation du nombre de Canadiens ayant déjà fait l’essai d’une cigarette électronique. Les résultats montrent que la consommation d’opioïdes et d’alcool par les Canadiens de 15 ans et plus demeure inchangée par rapport à l’enquête précédente, menée en 2015.

Le gouvernement du Canada continue d’intervenir pour contrer la consommation problématique de drogues, d’alcool et de tabac chez les Canadiens. Ces interventions incluent :

  • des consultations avec les Canadiens pour renforcer encore, par l’entremise de la Stratégie canadienne sur les drogues et autres substances, l’approche axée sur la santé du gouvernement fédéral par rapport aux problèmes de consommation de substances;
  • des investissements réalisés dans le budget 2018 pour contrer la crise des opioïdes au moyen d’un éventail de mesures sur cinq ans visant à améliorer le traitement, à lutter contre la stigmatisation et à élargir la base de données probantes concernant la consommation problématique de substances;
  • des investissements réalisés dans le budget 2018 pour améliorer la Stratégie canadienne sur le tabac, qui est une approche complète pour contrer la consommation de tabac visant à réduire le taux de tabagisme au Canada à moins de 5 % d’ici 2035;
  • d’importants investissements pour la poursuite d’activités de sensibilisation et d’éducation du public afin d’informer la population canadienne des aspects santé et sécurité de la consommation de cannabis.

Un résumé complet des résultats de l’ECTAD 2017 est affiché sur le site Web de Santé Canada.

Faits en bref

Parmi les résultats de l’ECTAD 2017, mentionnons entre autres ceux qui suivent.

  • La prévalence globale du tabagisme chez les Canadiens de 15 ans et plus s’élevait à 15 % (soit 4,6 millions de fumeurs actuels) en 2017. Il s’agit d’une augmentation par rapport à 2015, quand cette prévalence a atteint un creux historique de 13 %.
  • La prévalence de la consommation de tabac quotidienne chez les adultes de 25 ans et plus a augmenté, passant de 10 % en 2015 à 12 % en 2017. Le taux de consommation occasionnelle dans ce groupe d’âge demeure quant à lui inchangé à 4 %.
  • En 2017, 15 % des Canadiens de 15 ans et plus avaient déjà fait l’essai d’une cigarette électronique, une augmentation par rapport au taux de 13 % observé en 2015. Le taux d’utilisation d’une cigarette électronique au cours des 30 derniers jours demeure quant à lui inchangé par rapport au taux de 3 % observé en 2015.
  • Le taux de consommation de cannabis au cours de la dernière année a augmenté, passant de 12 % en 2015 à 15 % en 2017.
  • Le taux de consommation de cannabis le plus élevé a été observé chez les jeunes de 15 à 19 ans (19 %) et les jeunes adultes de 20 à 24 ans (33 %). Chez les adultes de 25 ans et plus, 13 % des gens interrogés ont déclaré avoir consommé du cannabis au cours de la dernière année.
  • Le taux de Canadiens de 15 ans et plus ayant déclaré avoir consommé une boisson alcoolisée au cours de la dernière année était de 78 % en 2017, comparativement à 77 % en 2015.
  • Le taux de Canadiens de 15 ans et plus ayant déclaré avoir fait l’usage d’un produit pharmaceutique psychoactif au cours de la dernière année s’élève à 22 %. Du nombre, 5 % ont déclaré une consommation problématique de ces produits.
  • Parmi les trois catégories de produits pharmaceutiques psychoactifs, ce sont les analgésiques opioïdes qui ont été les plus souvent consommés. Parmi les Canadiens de 15 ans et plus, 12 % ont déclaré avoir pris de tels produits au cours de la dernière année, un taux relativement inchangé par rapport à celui de 2015 (13 %). Du nombre, 3 % ont déclaré une consommation problématique de ces produits.

Liens connexes
Enquête canadienne sur le tabac, l’alcool et les drogues
Canada.ca/le-cannabis
Canada.ca/opioides
Canada.ca/vapotage
Stratégie canadienne sur le tabac
Dites-nous comment le tabac a nui à votre santé
Consultation sur le renforcement de l’approche du Canada à l’égard des enjeux liés à la consommation des substances

SOURCE Santé Canada




Actualités | Nouvelles du PharmaBlogue | Revue de presse santé

0 commentaire

Commenter l'article

*Champs obligatoire


+ Populaires + Commentés
pommade du Dr Nweman

[ Allaitement ] La crème « tout usage » du Dr Jack Newman : un traitement miracle ?


téterelle allaitement

La téterelle et l'allaitement : pourquoi, quand et comment?


descente d

Prévenir la descente d’organes à la suite de l’accouchement


La massothérapie

Les secrets de la massothérapie


blanchiment des dents

Le blanchiment des dents : bien plus qu’une procédure esthétique!


La profession d’ATP : en constante évolution!


Article suivant

À l'urgence pour un ongle incarné