logo Pharmablogue



2018-05-10  |  

Tiques, moustiques et ces bestioles qui affolent

Si les touristes ne comprennent pas pourquoi les Québécois se promènent dans la rue en claquant des mains, ils doivent penser que nous sommes des gens qui explosent de bonheur. Au contraire, c’est plutôt par vengeance meurtrière face aux acrobatiques moustiques qui piquent et repiquent. Les pauvres Québécois sortent pour enfin profiter du soleil et se grattent frénétiquement, tapent des mains énergiquement et crient éperdument, c’est la danse emblématique du Québécois vacancier. Afin d’améliorer la première impression que nos visiteurs ont de nous cet été, déclarons la guerre à ces minus affamés!

Car mieux vaut prévenir que guérir, la première arme de combat est l’insectifuge. Regardons-les de plus près.

*Les insectifuges*

-À base de DEET. C’est sûrement l’ingrédient qui est le plus représenté dans la section des insectifuges. Par contre, son omniprésence n’est pas gage d’excellence : il faut le choisir avec prudence.

Tout d’abord, il est important de vérifier le pourcentage de concentration du DEET dans les différents produits; plus il est concentré, plus sa durée d’action est longue. Par exemple, un DEET 30% peut protéger jusqu’à 8 heures, contre 2,5 heures pour un 5%. Tous les DEET ont cependant quelque chose en commun; ils sont collants, très odorants et irritants, ce qui est peu plaisant. Il peut par contre être préférable d’être collant et odorant que piqué et névrosé. À cause de leur potentiel irritant, il est important de respecter la fréquence d’utilisation de chaque produit et de l’appliquer parcimonieusement à des endroits stratégiques.

Pour cette raison, les insectifuges mélangés à de la crème hydratante (que l’on applique donc sur une plus grande surface) ne sont pas recommandés. Une précaution esthétique s’impose également : bien qu’on ne porte généralement pas nos plus beaux habits en camping, il est à noter que le DEET peut tacher notre paire de joggings préférée.

-À base d’icaridine. Cet ingrédient au nom exotique vous éloignera des micro-individus problématiques. Comparativement au DEET, il est moins odorant et moins gommant à l’application, c’est tout de même plus intéressant. D’autant plus que ces caractéristiques plus attrayantes ne lui enlèvent rien quant à l’efficacité : les produits contenant de  l’icaridine 20% protègent jusqu’à 8 heures et constituent donc un produit de choix pour les adultes et les enfants de 6 mois et plus.

-À base d’huile d’eucalyptus citronnée. Non recommandé avant 3 ans et pas vraiment recommandé en haut de 3 ans non plus! Le produit offre une maigre fenêtre de protection (2 heures pour les moustiques, et efficacité incertaine contre les tiques) et est irritant pour la peau. Ça sent peut-être bon, mais ce n’est pas la meilleure des protections.

-À base d’huile de soya. Bien qu’ils puissent être utilisés à tout âge, ils ne protègent pas longtemps contre les moustiques et pas du tout contre les tiques. Vous êtes mieux de garder ce genre de produit pour faire du riz frit.

-Huile de citronnelle. Instinctivement, la citronnelle sonne ‘’naturelle’’, sécuritaire et sûre. La preuve qu’il ne faut pas toujours se fier à son instinct. Il est dangereux de l’utiliser sur les enfants, elle n’offre qu’une protection de 20 à 120 minutes et pourrait ne pas être efficace contre les tiques. La citronnelle, on garde ça pour la soupe en entrée, avant le riz frit.

Outre les insectifuges, quelques trucs peuvent également aider à lutter contre ces bestioles. Le port de vêtements clairs semble moins les intéresser. Un autre truc qui peut vous aider pour différents aspects de la vie : une bonne hygiène. Les petits maringouins sont attirés par le manque de soin.

TRAITEMENT : les soins post-maringouins

Bon, vous vous étiez pourtant aspergés de pouch pouch et vous étiez tout de blanc vêtu, mais une vilaine bestiole n’y a vu que du feu et a quand même décidé de se faire un festin dans votre mou de bras? Celui-ci est désormais rouge, enflé, a peut-être développé une cloque, et vous avez envie de vous l’arracher? Vous marchez collé au mur pour le gratter subtilement mais ce n’est pas assez satisfaisant? Voici quoi faire :

-Le bicarbonate de soude. Recette de grand-mère qui saura vous plaire : mélangez ¾ de bicarbonate de soude pour ¼ d’eau et appliquez-le en compresse sur votre blessure de guerre.

-Du froid. Appliquer de la glace sur la région critique peut également contribuer à diminuer la démangeaison, l’enflure et la panique.

Et pour les produits médicamenteux à prendre? Notre instinct nous amène vers les produits avec un dessin de moustique dessus, les bâtons médicamentés qui ont l’air si efficaces. En plus, quand on les applique, ça brûle. On a donc l’impression que ça travaille. Mais non, ça fait juste brûler. Irriter. Et, potentiellement, aggraver.

Si on veut appliquer quelque chose, c’est de la cortisone! Disponible en vente libre et relativement peu coûteuse, on l’applique en couche mince matin et soir quelques jours et hop! le tour est joué. Si vous ne vous contrôlez pas et que vous ne pouvez vous empêcher de vous gratter, la prise d’un antihistaminique par la bouche peut également vous être bénéfique. Plus vous grattez, plus ça pique, alors il faut se contrôler pour briser le cycle!

Comme tout ne peut pas être parfait, l’été ne fait pas exception. Malgré le soleil réconfortant, la température clémente, les oiseaux qui gazouillent et le gazon qui frétille dans le doux vent rafraîchissant, les mini bestioles sortent et nous affolent. Si ces si petites bibittes ne causent généralement pas de gros ennuis, elles sont assez persistantes pour causer quelques soucis. Venez nous voir pour que, cet été, ces petits êtres volants vous laissent indifférents.

Laurence Juteau, Pharmacienne

« Dubeau et Larivière, pharmaciens »

www.facebook.com/pharmacierosemont/

http://www.pharmacierosemont.com/




Actualités | Nouvelles du PharmaBlogue

0 commentaire

Commenter l'article

*Champs obligatoire


+ Populaires + Commentés
pommade du Dr Nweman

[ Allaitement ] La crème « tout usage » du Dr Jack Newman : un traitement miracle ?


téterelle allaitement

La téterelle et l'allaitement : pourquoi, quand et comment?


descente d

Prévenir la descente d’organes à la suite de l’accouchement


La massothérapie

Les secrets de la massothérapie


blanchiment des dents

Le blanchiment des dents : bien plus qu’une procédure esthétique!


La profession d’ATP : en constante évolution!


Article suivant

Revue de presse santé

Un traitement contre la maladie d'Huntingdon suscite l'espoir