logo Pharmablogue



2019-06-06  |  

Amgen annonce les premières données cliniques sur AMG 510, un inhibiteur de KRAS(G12C) expérimental, lors du congrès 2019 de l'ASCO

Revue de presse pharmaceutique

Amgen a annoncé aujourd’hui les premiers résultats cliniques issus d’une étude de phase I visant à évaluer la molécule expérimentale AMG 510, le premier inhibiteur de KRASG12C à atteindre le stade clinique.

MISSISSAUGA, ON, le 5 juin 2019 /CNW/ – Au cours de l’étude, aucun effet toxique limitant la dose n’a été observé aux doses évaluées. Lorsqu’administré en monothérapie chez des patients atteints de tumeurs solides exprimant une mutation de KRASG12Clocalement avancées ou métastatiques, AMG 510 a exercé une activité antitumorale. Ces données ont été présentées lors d’une présentation orale tenue dans le cadre du 55e congrès annuel de l’American Society of Clinical Oncology (ASCO) tenu à Chicago.

« Dans la recherche sur le cancer, la protéine KRAS fait l’objet d’une évaluation soutenue depuis qu’elle a été cernée comme étant l’un des principaux oncogènes il y a plus de 30 ans, mais comme elle ne présente aucune poche de liaison des petites molécules, aucun médicament n’avait pu jusqu’ici être mis au point. AMG 510 tente de contourner cette particularité de KRAS en exploitant un sillon caché à la surface de la protéine, explique le Dr David M. Reese, vice-président directeur de la Recherche et du développement chez Amgen. AMG 510 a été conçu pour se lier de façon irréversible à la cystéine 12 à la surface de la protéine KRAS mutée et pour la verrouiller alors qu’elle est encore inactive. Grâce à la forte sélectivité d’AMG 510 pour KRASG12C, nous croyons au potentiel de cette molécule expérimentale en monothérapie et en association avec d’autres traitements ciblés et immunothérapies. »

L’étude de phase I, multicentrique et en mode ouvert (première chez l’humain) a été menée auprès de 35 patients atteints de tumeurs diverses (14 cas de cancer du poumon non à petites cellules [CPNPC], 19 cas de cancer colorectal et 2 cas d’autres cancers). Les patients admissibles à l’étude avaient de lourds antécédents de traitement, ayant déjà reçu au moins deux traitements antérieurs qui correspondaient au type de tumeur qu’ils présentent et au stade de leur maladie. Le paramètre d’évaluation principal de l’étude est l’innocuité, et les paramètres secondaires clés comprennent la pharmacocinétique, le taux de réponse objective (évalué toutes les 6 semaines), la durée de la réponse et la survie sans progression. Les patients ont été admis dans 4 cohortes de doses, soit 180 mg, 360 mg, 720 mg et 960 mg, administrées par voie orale 1 fois par jour.

Cinq patients sur les 10 patients atteints de CPNPC qui étaient évaluables ont présenté une réponse partielle (RP), et 4 autres ont montré une maladie stable (MS), ce qui représente un taux de maîtrise de la maladie (TMM) de 90 % (9/10)1. À la date limite de collecte des données, les 5 patients qui ont répondu au traitement avaient été traités durant 7,3 à 27,4 semaines et poursuivaient celui-ci. L’état d’un patient qui présentait une RP a continué de s’améliorer, et il a présenté une réponse complète des lésions cibles à la 18e semaine, après la date limite de collecte de données.

De plus, 13 des 18 patients atteints de cancer colorectal évaluables ont présenté une maladie stable, la majorité des patients atteints de ce type de cancer ayant reçu les deux doses les plus faibles. Vingt-six patients ont poursuivi leur participation à l’étude et 9 l’ont abandonnée.

En majorité, les événements indésirables (EI) liés au traitement étaient de grade 1 (environ 68 %). Deux EI liés au traitement de grade 3 ont été signalés (anémie et diarrhée). On n’a observé aucun EI lié au traitement de grade 4 ni EI grave lié au traitement. Le recrutement des patients pour le volet sur l’élargissement de l’éventail posologique est en cours.

« Même si des avancées importantes ont été réalisées en général dans le traitement des tumeurs solides grâce aux traitements ciblés, les patients aux prises avec une mutation de KRASG12C n’en ont pas bénéficié, souligne le Dr Marwan G. Fakih, investigateur de l’étude clinique et codirecteur du programme sur les cancers digestifs à l’hôpital City of Hope de Duarte, en Californie. Au cours de cet essai de phase I, AMG 510 a démontré une activité antitumorale. Nous avons hâte de pousser les recherches sur cette molécule expérimentale dans l’objectif de combler l’absence de traitement destiné aux patients qui présentent ce type de mutation. »

À propos de KRAS

Ayant fait l’objet de recherches durant plus de 30 ans, la famille du gène RAS est l’oncogène qui présente le plus souvent des mutations dans les cancers humains2,3. Au sein de cette familleKRAS est la variante la plus prévalente et elle est particulièrement courante dans les tumeurs solides3. Une mutation particulière, appelée KRASG12C, est présente dans environ 13 % des cas de cancer du poumon non à petites cellules, de 3 à 5 % des cas de cancer colorectal et 1 ou 2 % des cas de nombreuses autres tumeurs solides4. Amgen étudie le potentiel de l’inhibition de KRASG12C dans le traitement d’une vaste gamme de types de tumeurs.

À propos d’Amgen Canada

En tant que chef de file en innovation, Amgen Canada comprend bien la valeur des sciences. À partir de son bureau principal situé à Mississauga, là où sont rassemblées bon nombre des entreprises dynamiques des sciences biomédicales de l’Ontario, et de son centre de recherche de Burnaby, en Colombie-Britannique, Amgen Canada contribue de façon considérable à faire progresser les sciences et l’innovation au Canada, et ce, depuis 1991. En partenariat avec de nombreux et importants établissements de soins de santé, universités, centres de recherche de pointe, organismes gouvernementaux et groupes de patients du Canada, Amgen participe au développement de nouveaux médicaments et de nouvelles façons d’utiliser des médicaments existants. Pour en savoir plus sur Amgen Canada, visitez www.amgen.ca.

Énoncés prospectifs

Le présent communiqué de presse contient des énoncés prospectifs reflétant les attentes et les convictions actuelles d’Amgen Inc. et de ses sociétés affiliées. Tous les énoncés autres que ceux portant sur des faits peuvent être considérés comme des énoncés prospectifs, y compris les estimations du chiffre d’affaires, les marges d’exploitation, les dépenses en immobilisations, l’encaisse, d’autres paramètres financiers, les résultats de contentieux ou d’arbitrages, les retombées politiques ou réglementaires, les résultats ou pratiques cliniques prévus, les habitudes ou pratiques des clients et des prescripteurs, les activités de remboursement et leurs résultats, et les autres évaluations et résultats obtenus. Les énoncés prospectifs comportent des incertitudes et des risques importants, dont ceux qui sont exposés ci-après et, de manière plus approfondie, dans les rapports de la Securities and Exchange Commission (SEC) que dépose Amgen Inc., dont le dernier rapport annuel produit sur le formulaire 10-K et les rapports intérimaires ultérieurs produits pour leur part sur les formulaires 10-Q et 8-K. À moins d’avis contraire, Amgen fournit ces renseignements à jour en date du présent communiqué de presse et se dégage expressément de toute obligation de mettre à jour tout énoncé prospectif présenté dans ce communiqué, que ce soit consécutivement à des faits nouveaux, des événements à venir ou à d’autres facteurs.

Aucun énoncé prospectif ne peut être garanti, et les résultats obtenus peuvent s’écarter considérablement de ceux que nous projetons. Nos résultats peuvent être affectés par notre capacité de commercialiser avec succès nos produits actuels et nos nouveaux produits tant à l’échelle nationale que mondiale, par des développements sur les plans clinique et réglementaire relatifs à des produits actuels et à venir, par la croissance des ventes des produits lancés récemment, par la concurrence exercée par d’autres produits, y compris les biosimilaires, par des difficultés ou des retards touchant la fabrication de nos produits, de même que par le contexte économique mondial. De plus, la pression exercée en matière de fixation des prix, la surveillance publique et politique, les politiques de remboursement qu’imposent les tiers-payeurs, dont les gouvernements, les régimes d’assurance privés et les fournisseurs de soins gérés, de même que l’adoption de nouveaux règlements, l’élaboration de nouvelles lignes directrices et les progrès cliniques, les tendances au Canada et à l’étranger en matière de soins gérés et de compression des coûts des soins de santé peuvent influer sur les ventes de nos produits (y compris les produits des sociétés affiliées qui nous appartiennent en propriété exclusive). Qui plus est, nos activités liées à la recherche, aux contrôles, à la fixation des prix, à la commercialisation et autres sont assujetties à une vaste réglementation imposée par les autorités réglementaires nationales et étrangères. Une fois nos produits mis sur le marché, nous, et d’autres intervenants, pourrions découvrir que nos produits causent des effets secondaires ou qu’ils comportent des problèmes d’innocuité ou des défauts de fabrication. Nos activités peuvent subir le contrecoup d’enquêtes gouvernementales, de litiges et de réclamations en dommages-intérêts liées à des produits, ainsi que de l’adoption de toute nouvelle législation fiscale ou de l’exposition à des dettes fiscales supplémentaires. De plus, même si nous faisons systématiquement breveter nos produits et nos technologies, la protection conférée par les brevets et les demandes de brevet peut être contestée, invalidée ou contournée par nos concurrents, de sorte que rien ne garantit que nous pourrons obtenir ou conserver la protection de brevets pour nos produits actuels ou futurs. Nous menons bon nombre de nos activités de fabrication commerciale dans quelques installations clés, y compris à Porto Rico, et notre capacité de fabrication de produits dépend également en partie de tiers-fournisseurs, de sorte qu’un ralentissement de l’approvisionnement peut nuire aux ventes de certains de nos produits actuels ou au développement de produits candidats. De plus, nous livrons concurrence à d’autres entreprises en ce qui a trait à nos produits commercialisés et à la découverte et au développement de nouveaux produits. La découverte ou l’identification de produits candidats ainsi que le développement de nouvelles indications pour des produits existants ne peuvent pas être garantis, et la transition du concept au produit présente des incertitudes; par conséquent, il est impossible de garantir qu’un produit candidat particulier deviendra un produit commercial ou qu’une nouvelle indication pour un produit existant sera homologuée. En outre, certains dispositifs médicaux, matières premières et composantes de nos produits sont fournis uniquement par des tiers-fournisseurs. Enfin, la mise au jour de problèmes graves liés à un produit semblable à un de nos produits peut avoir des répercussions sur toute cette classe de médicaments et nuire aux ventes de tous les produits visés ainsi qu’à nos activités commerciales et à leurs résultats. Nos efforts pour intégrer les activités des sociétés dont nous avons fait l’acquisition pourraient ne pas porter fruit. Nous pourrions ne pas être en mesure d’accéder aux marchés des capitaux et du crédit dans un contexte nous étant favorable, voire ne pas y accéder du tout. Nous sommes de plus en plus dépendants des systèmes, des infrastructures et de la protection des données informatiques. Le prix de nos actions est volatile et peut être affecté par de nombreux événements. Notre rendement commercial pourrait affecter ou limiter la capacité de notre conseil d’administration de déclarer des dividendes ou notre capacité de verser des dividendes ou de racheter des actions ordinaires.

Les renseignements scientifiques fournis dans ce communiqué sur nos produits candidats sont de nature provisoire et expérimentale. Ces produits candidats ne sont pas homologués par Santé Canada, et on ne peut ni ne doit tirer de conclusion sur leur innocuité ou leur efficacité.

Références

1.

Eisenhauer EA, Therasse P, Bogaerts J, et al. New response evaluation criteria in solid tumours: Revised RECIST guideline (version 1.1). European Journal of Cancer. 2009;45:228-247.

2.

Cox A, et al. Drugging the undruggable RAS: Mission Possible? Nature Reviews Drug Discovery. 2014;13(11):828-851.

3.

Fernandez-Medarde A, Santos E. Ras in Cancer and Developmental Diseases. Genes Cancer. 2011;2(3):344-358.

4.

Lipford, JR. Pre-clinical development of AMG 510: the first inhibitor of KRASG12C in clinical testing. Présentation orale dans le cadre du congrès 2019 de l’AACR tenu à Atlanta, GA, du 23 mars au 3 avril 2019.

SOURCE Amgen Canada




Actualités | Nouvelles du PharmaBlogue | Revue de presse pharmaceutique

0 commentaire

Commenter l'article

*Champs obligatoire


+ Populaires + Commentés
pommade du Dr Nweman

[ Allaitement ] La crème « tout usage » du Dr Jack Newman : un traitement miracle ?


téterelle allaitement

La téterelle et l'allaitement : pourquoi, quand et comment?


descente d

Prévenir la descente d’organes à la suite de l’accouchement


La massothérapie

Les secrets de la massothérapie


blanchiment des dents

Le blanchiment des dents : bien plus qu’une procédure esthétique!


La profession d’ATP : en constante évolution!


Article suivant

Revue de presse pharmaceutique

Spectrum Therapeutics fait le point sur son programme de recherche clinique dans le monde et dévoile son programme de pharmacovigilance