logo Pharmablogue



2019-12-19  |  

Lutter contre la stigmatisation au sein du système de santé canadien est essentiel pour améliorer les résultats en santé

Revue de presse santé

De façon générale, le Canada est une nation en bonne santé. Cependant, les gens n’ont pas tous la même chance d’atteindre un état de santé optimal. Trop souvent, cette différence s’explique par la façon dont ils sont traités.

OTTAWA, le 18 déc. 2019 /CNW/ – La stigmatisation dans notre système de santé crée des obstacles persistants qui empêchent les personnes qui en ont le plus besoin d’obtenir des soins et des services efficaces.

La Dre Theresa Tam, administratrice en chef de la santé publique, a publié aujourd’hui son rapport annuel de 2019 sur l’état de la santé publique au Canada, intitulé Lutte contre la stigmatisation – vers un système de santé plus inclusif. Le rapport présente les tendances relatives à la santé au pays et traite de façon détaillée des répercussions de la stigmatisation sur notre santé. Par son rapport, la Dre Tam lance un appel aux dirigeants du système de santé canadien pour qu’ils s’efforcent de comprendre la stigmatisation et y mettent fin.

La stigmatisation est une des causes souches de l’iniquité au niveau de la santé. Le rapport souligne qu’il est impossible de lutter contre la stigmatisation associée à des problèmes de santé comme les maladies mentales, la séropositivité, l’obésité ou la consommation de substances sans s’attaquer aussi aux menaces pour l’équité, notamment au racisme, à l’homophobie, à la transphobie, à l’âgisme et au sexisme. La stigmatisation bloque l’accès aux services de soins de la santé, a une incidence négative la santé mentale et physique et expose les gens à la violence et au traumatisme. Elle garde également les personnes à l’écart des ressources dont elles ont besoin pour mener une vie saine telle, comme un logement, un revenu et un accès aux soins de la santé.

Au Canada, les personnes interagissent avec le système de santé de bien des façons, que ce soit lors de rendez-vous médicaux, les pharmacies, ou d’urgences médicales. Des interventions à l’échelle des systèmes d’éducation, de formation, de pratique et de politique sont nécessaires pour provoquer un changement culturel pour mettre fin à la stigmatisation. Instaurer une sécurité culturelle et des approches éclairées par le traumatisme et la violence; mettre fin au langage stigmatisant et s’engager de manière significative avec les personnes ayant de l’expérience vécue; voilà comment nous parviendrons à créer un système de santé plus inclusif.

Tous les employés et les bénévoles du système de santé doivent unir leurs efforts pour éviter le clivage entre « eux » et « nous ». Ce rapport lance un appel aux chefs de file en santé, aux chercheurs et aux individus pour examiner les façons dont la stigmatisation et les pratiques discriminatoires ont une incidence sur la santé et le bien-être des individus, et offre la voie à suivre pour mettre fin à la stigmatisation dans notre système de santé.

Citations

« La stigmatisation persiste dans notre système de santé. Elle crée des obstacles qui empêchent les personnes qui en ont le plus besoin d’obtenir des services équitables et des soins efficaces. Il faut aborder, réduire et, à terme, éliminer cette stigmatisation et mettre en place un système de santé sûr, efficace et humain, qui met les gens à l’avant‑plan. Ensemble, nous pouvons créer le système de santé le plus inclusif au monde. »
Dre Theresa Tam
Administratrice en chef de la santé publique du Canada

« Le rapport de la Dre Tam est essentiel pour s’attaquer aux obstacles systémiques qui préviennent l’accès aux services des soins de la santé pour certains Canadiens. Le rapport fait la lumière sur les répercussions profondes et durables qu’entraîne la stigmatisation sur notre santé et illustre la nécessité d’accroitre et d’accélérer nos efforts collectifs qui visent à mettre fin à la discrimination dans notre système de la santé. Notre gouvernement restera concentré à mettre fin à la stigmatisation et la discrimination sous toutes leurs formes pour s’assurer que notre système de santé publique demeure une source de grande fierté pendant longtemps. »
L’honorable Patty Hajdu
Ministre de la Santé

« La présence généralisée de la stigmatisation et de la discrimination à l’intérieur et à l’extérieur du système de santé fait qu’au Canada, les gens ne sont pas tous en mesure de réaliser tout leur potentiel sur le plan de la santé. Pour parvenir à réduire les inégalités en santé au sein de notre société, nous qui travaillons dans le secteur des services sociaux et de santé – en fait, nous les Canadiens – devons réfléchir à nos attitudes et à nos convictions personnelles, et nos employeurs doivent réexaminer les systèmes qui renforcent la stigmatisation et la discrimination. »
Ian Culbert
Directeur général, Association pour la santé publique de l’Ontario

Faits en bref

  • L’administratrice en chef de la santé publique du Canada doit présenter chaque année à la ministre de la Santé un rapport sur l’état de la santé publique au pays.
  • Voici certaines des principales tendances exposées dans le rapport de cette année :
    • Certains facteurs sociaux influant sur la santé se sont améliorés. Par exemple, moins d’adultes et d’enfants vivent dans la pauvreté, et un plus grand nombre de personnes au Canada font des études postsecondaires.
    • La consommation de substances et les méfaits connexes touchent encore de nombreuses personnes au Canada. L’an dernier, plus de 12 personnes par jour au pays sont mortes d’une surdose liée aux opioïdes.
    • Le vapotage monte en flèche chez les jeunes de partout au pays, et nous ne comprenons pas tout à fait les méfaits connexes.
    • Les infections transmissibles sexuellement et par le sang, notamment la syphilis, sont en progression.
    • Les taux d’infections résistantes aux antibiotiques sont en hausse, ce qui rend les infections courantes plus difficiles à traiter.
    • L’augmentation rapide du nombre de cas de rougeole observée dans de nombreux pays cette année est préoccupante.
  • Un Canadien sur quatre a déclaré avoir subi au moins une forme de discrimination, le racisme étant le type le plus souvent signalé.
    • Les Autochtones et les Canadiens de race noire sont deux fois plus susceptibles que le reste de la population de déclarer qu’ils ont été traités injustement.
    • Les membres de la communauté LGBTQ2+ sont trois fois plus susceptibles que le reste de la population de déclarer qu’ils ont été traités injustement.
    • En tout, 20 % des Canadiens atteints d’une maladie mentale disent avoir fait l’objet d’opinions négatives ou d’un traitement injuste à cause de leur mauvaise santé mentale.
    • De plus, 50 % des Canadiens qui se rétablissent d’un trouble lié à la consommation de substances affirment avoir été victimes de stigmatisation et de discrimination.

Produits connexes

Liens associés

SOURCE Agence de la santé publique du Canada




Actualités | Nouvelles du PharmaBlogue | Revue de presse santé

0 commentaire

Commenter l'article

*Champs obligatoire


+ Populaires + Commentés
pommade du Dr Nweman

[ Allaitement ] La crème « tout usage » du Dr Jack Newman : un traitement miracle ?


téterelle allaitement

La téterelle et l'allaitement : pourquoi, quand et comment?


descente d

Prévenir la descente d’organes à la suite de l’accouchement


La massothérapie

Les secrets de la massothérapie


blanchiment des dents

Le blanchiment des dents : bien plus qu’une procédure esthétique!


La profession d’ATP : en constante évolution!


Article suivant

Les médicaments onéreux prennent plus de place dans les dépenses publiques