logo Pharmablogue



2014-02-16  |  

Migraine, quand tu nous tiens

migraines

Vous ou vos patients souffrez couramment de maux de tête? La durée et l’intensité de la douleur, ainsi qu’une foule d’autres symptômes reliés, vous incommodent au quotidien? Peut-être s’agit-il plutôt de migraines, une forme bien particulière du mal de tête.

On définit la migraine comme étant un trouble complexe douloureux. Loin d’être une affection banale, la migraine toucherait environ 12 % des adultes, et principalement les femmes. Philippe de Grandpré, pharmacien communautaire spécialisé dans la douleur chronique, s’y est intéressé et nous donne l’heure juste sur ce qu’est véritablement la migraine.

Comment peut-on reconnaître que l’on souffre d’une migraine plutôt que d’un simple mal de tête?

Il faut savoir que les maux de tête les plus fréquents sont les céphalées de tension – une forme de mal de tête plutôt commune – ainsi que la migraine, qui elle est beaucoup plus complexe et beaucoup moins supportable… Habituellement, les gens souffrant de migraines exprimeront une douleur dite modérée à sévère au niveau de la tête. La durée des migraines peut différer, mais elle persiste généralement entre 4 et 72 heures. Les migraineux se plaindront notamment d’une douleur pulsatile, souvent localisée d’un seul côté de la tête ou encore près d’un œil, et admettront avoir de la difficulté à effectuer leurs activités routinières. La migraine se manifeste accompagnée d’un ou de plusieurs  symptômes bien particuliers tels la nausée, des vomissements, ainsi que d’une photophobie ou d’une phonophobie. Ces deux dernières caractéristiques se définissent par une intolérance à la lumière ou encore aux sons environnants, lesquels augmentent l’inconfort causé par la migraine. 

Existe-t-il divers types de migraines?

Il existe effectivement plusieurs types de migraines, mais les formes les plus courantes sont la migraine sans aura et la migraine avec aura. Les auras sont essentiellement des manifestations physiologiques précédant les crises de migraine. Celles-ci concernent des symptômes au niveau sensitif, des problèmes visuels, une sensibilité accrue aux odeurs, des sensations inhabituelles… L’aura se développe généralement en 5 à 20 minutes et disparaît en moins d’une heure. On comprend mal pourquoi certaines personnes seront affligées par ce type de migraine. Celle-ci toucherait néanmoins de 10 à 30 % des cas de migraineux. 

Savons-nous ce qui causerait la migraine?

Il semble qu’une foule de facteurs soit à l’origine de la manifestation d’une migraine. Parmi les déclencheurs, on parlera du stress, d’une fatigue ou d’une tension intellectuelle. Aussi, l’on pointe du doigt l’alcool –  notamment le vin et les spiritueux – certains aliments, le sevrage de la caféine, le fait de sauter un repas, la période menstruelle, la déshydratation… Évidemment, ces facteurs varient d’une personne à l’autre. On conseille aux gens d’identifier du mieux que possible les déclencheurs de la migraine afin de pouvoir éviter de nouvelles crises.

En tant que pharmacien, que pouvez-vous faire soulager la migraine d’un patient?

Je dirais que la plupart des migraineux tentent d’abord d’apaiser leur douleur en optant pour des médicaments en vente libre. Nous pouvons conseiller les gens en pharmacie sur le traitement qui pourrait répondre à leurs besoins, en tenant compte bien entendu de leurs symptômes spécifiques. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont généralement efficaces. Toutefois, il arrive qu’un traitement ne soit pas approprié et nous tentons alors de l’adapter ou encore de le modifier. Mise en garde : attention à la surutilisation des médicaments abortifs. Dans certains cas, il est possible de développer une céphalée d’origine médicamenteuse. Je conseille alors aux patients présentant deux crises ou plus par semaine de consulter leur médecin, puisque des traitements pour diminuer la fréquence des migraines existent. Enfin, outre l’avenue médicamenteuse, les gens finissent également par trouver des solutions leur apportant un peu de soulagement, comme éliminer le bruit, s’allonger dans une pièce sombre, faire une sieste…

Philippe, avez-vous un conseil pour vos collègues pharmaciens au sujet de la migraine?

Il est primordial pour le pharmacien d’assurer un suivi de l’utilisation des médicaments abortifs et également de suggérer au besoin l’ajout d’une prophylaxie pour la migraine, ou en d’autres mots, une certaine mesure pour empêcher l’apparition de la migraine. Ainsi, les pharmaciens devraient être au fait de ces prophylaxies, des effets secondaires possibles ainsi que de miser sur l’individualisation du traitement. Il faut rassurer les gens, car les crises de migraines sont douloureuses et peuvent réellement nuire au bon fonctionnement d’un individu. Heureusement, il existe divers moyens aujourd’hui pour diminuer leur fréquence et donc leur importance. 

À suivre… 

Philippe De Grandpré
Pharmacien propriétaire spécialisé en douleur chronique

Article rédigé par Noémie Desbois Mackenzie




Douleur chronique

0 commentaire

Commenter l'article

*Champs obligatoire


+ Populaires + Commentés
pommade du Dr Nweman

[ Allaitement ] La crème « tout usage » du Dr Jack Newman : un traitement miracle ?


téterelle allaitement

La téterelle et l'allaitement : pourquoi, quand et comment?


descente d

Prévenir la descente d’organes à la suite de l’accouchement


La massothérapie

Les secrets de la massothérapie


blanchiment des dents

Le blanchiment des dents : bien plus qu’une procédure esthétique!


La profession d’ATP : en constante évolution!


Article suivant

revue de presse santé

TOP 10 des actualités santé|pharma [7 au 13 février]