logo Pharmablogue



2020-04-30  |  

Santé Canada approuve Rozlytrek® (entrectinib) pour le traitement des tumeurs solides métastatiques ou localement avancées présentant une fusion du gène NTRK(1)

Revue de presse pharmaceutique

Hoffmann-La Roche Limitée (Roche Canada) est heureuse d’annoncer que, le 10 février 2020, Santé Canada a approuvé, en vertu d’un avis de conformité avec conditions (AC-C), Rozlytrek® (entrectinib) pour le traitement des tumeurs solides extracrâniennes non résécables métastatiques ou localement avancées, y compris des métastases cérébrales, présentant une fusion du gène NTRK (neurotrophic tyrosine receptor kinase) sans mutation de résistance acquise connue chez les adultes lorsqu’il n’existe aucune option thérapeutique satisfaisante4.

MISSISSAUGA, ON, le 28 avril 2020 /CNW/ – Rozlytrek est le premier traitement antitumoral agnostique de Roche. Il cible la mutation sous-jacente du gène (NTRK) responsable de l’oncogenèse ou de la croissance des cellules cancéreuses des tumeurs5.

L’objectif de la politique sur les avis de conformité avec conditions de Santé Canada consiste à accorder une autorisation conditionnelle pour de nouveaux médicaments dont les données d’efficacité clinique sont prometteuses à l’intention des patients atteints d’une maladie ou d’une affection grave, mettant la vie en danger ou sévèrement débilitante pour laquelle aucun médicament n’est actuellement mis en marché au Canada ou pour lesquels une augmentation significative de l’efficacité ou une diminution significative du risque a été démontrée comparativement à un médicament existant mis en marché au Canada. Avant d’obtenir l’autorisation, le promoteur doit s’engager à préparer et à mener des essais de confirmation pour attester de l’avantage clinique du médicament, et à présenter un compte rendu des résultats6.

Rozlytrek a été étudié dans les tumeurs présentant une fusion du gène NTRK, y compris, sans y être limité, celles qui sont situées dans les poumons, la tête et le cou, les seins, le colon et le rectum et le tissu conjonctif (sarcomes)7. Des fusions du gène NTRK sont observées dans 90 % des cas de certains cancers rares et dans environ 1 % des cas de cancers courants8. Les études cliniques ont démontré que la présence de fusions du gène NTRK entraîne la formation de tumeurs très agressives9. De plus, les fusions du gène NTRK peuvent caractériser les cancers du poumon et les mélanomes, lesquels ont tendance à se propager ou à produire des métastases au système nerveux central (SNC)10 et, de ce fait, à assombrir le pronostic11.

« La médecine de précision consiste à identifier de nouveaux biomarqueurs qui permettraient une administration plus personnalisée des traitements anticancéreux », affirme le Dr Khashayar Esfahani, professeur adjoint d’oncologie à l’Université McGill. « L’approbation de Rozlytrek permet aux médecins de cibler une mutation précise dans les tumeurs, indépendamment de leur emplacement dans le corps, ce qui se traduit par une réponse antitumorale inégalée, impossible à obtenir à l’aide des traitements classiques comme la chimiothérapie utilisés contre ces types de tumeurs. » 

La présence de fusions du gène NTRK chez les patients est confirmée par le médecin à l’aide de tests de séquençage de nouvelle génération (SNG) tels que le profilage génomique complet12. Une fois qu’une fusion du gène NTRK est détectée chez un patient, il est possible de la cibler précisément à l’aide de médicaments tels que Rozlytrek, qui inhibent la croissance des cellules cancéreuses de multiples types de tumeurs13.

« Cette approbation est une excellente nouvelle, car elle ouvre la voie à de nouvelles options pour les patients. Nous allons au-delà des médicaments utilisés contre des types de tumeurs précis. Dorénavant, nous pouvons nous attaquer à nombre de types de cancers différents en faisant passer un test de dépistage à quiconque est susceptible de présenter une fusion du gène NTRK, et administrer des traitements plus ciblés », affirme la Dre Tracy Stockley, responsable de la division Clinical Laboratory Genetics, au University Healthcare Network. « Un nombre encore plus grand de patients peuvent maintenant être candidats à une thérapie moléculaire ciblée, y compris ceux dont les options étaient jusque là très limitées. »

L’approbation de Rozlytrek est fondée sur une analyse des données groupées de trois essais cliniques ouverts visant à évaluer Rozlytrek dans le traitement de patients âgés de plus de 18 ans atteints d’une tumeur solide extracrânienne présentant une fusion du gène NTRK, dont certains présentaient des métastases au cerveau à leur admission à ces études14. Le traitement par Rozlytrek a entraîné une réponse objective chez plus de la moitié des personnes atteintes d’une tumeur solide métastatique ou localement avancée présentant une fusion du gène NTRK, y compris ceux qui présentaient au départ des métastases au SNC15.

« Le Réseau canadien des survivants du cancer (RCSC) est ravi que Roche ait obtenu l’homologation de Santé Canada pour son premier traitement anticancéreux agnostique », déclare Jackie Manthorne, présidente-directrice générale du RCSC. « Ce type de médecine de précision offre d’autres options thérapeutiques importantes aux patients atteints de cancer qui, jusqu’à présent, n’ont pas eu de traitement satisfaisant. »

Au sujet de l’analyse des données groupées

Trois essais cliniques ouverts menés auprès de patients atteints d’un cancer avancé (étude ALKA, n = 1; étude STARTRK-1, n = 2; étude STARTRK-2, n = 51) ont servi à une analyse prédéterminée des données groupées sur l’efficacité visant à évaluer Rozlytrek dans le traitement d’adultes âgés de ≥ 18 ans porteurs d’une tumeur solide extracrânienne présentant une fusion du gène NTRK16. Un total de 52 patients (96 %) étaient porteurs d’une tumeur présentant une fusion du gène NTRK qui avait été détectée par SNG et 2 (4 %) patients étaient porteurs d’une tumeur présentant une fusion du gène NTRK qui avait été détectée par d’autres tests d’amplification des acides nucléiques17. Rozlytrek a été étudié dans le traitement de plusieurs types de tumeurs solides, notamment le cancer du sein, le cholangiocarcinome (voies biliaires), le cancer colorectal, les cancers gynécologiques, les cancers neuroendocriniens, le cancer du poumon non à petites cellules, le carcinome des glandes salivaires, le cancer du pancréas, le sarcome et le cancer de la thyroïde18.

Les principaux critères d’évaluation de l’efficacité de l’analyse des données groupées étaient le taux de réponse objective (TRO) et la durée de la réponse (DR)19. Les résultats de l’analyse révèlent que le traitement par Rozlytrek a entraîné une réponse objective chez 57 % des patients (TRO = 57 %; N = 54), et que cette réponse a été observée à l’égard de 10 types de tumeurs20. La DR variait de 1,9 à 20,0+ mois (N = 31 sur 54)21.

Les critères d’efficacité secondaires comprenaient le taux de réponse intracrânienne objective (TRO-IC) et la DR intracrânienne (DR-IC) chez les patients présentant au départ des métastases au SNC mesurables22. Les résultats de l’analyse montrent que 57 % des patients présentant des métastases intracrâniennes ont obtenu une réponse intracrânienne objective au traitement par Rozlytrek23.

Dans le cadre du programme de développement clinique de Rozlytrek, un total de 355 patients, comprenant 16 enfants et jeunes adultes, ont reçu ce médicament au cours de 4 essais cliniques (études ALKA, STARTRK-1, STARTRK-2 et STARTRK-NG). L’innocuité de Rozlytrek a été évaluée au moyen d’analyses des données groupées de ces 4 essais toujours en cours. La durée médiane de l’exposition à Rozlytrek était de 5,5 mois.

Dans cette population de l’analyse sur l’innocuité, les tumeurs les plus fréquentes étaient les tumeurs pulmonaires (56 %), les sarcomes (8 %) et les tumeurs du côlon (5 %). Il y avait des fusions du gène ROS1 chez 42 % des patients et du gène NTRK chez 20 % des patients. La plupart des patients (75 %) ont reçu Rozlytrek à raison de 600 mg par voie orale une fois par jour. Les doses variaient de 100 mg/m2 à 1 600 mg/mune fois par jour chez les adultes et de 250 mg/m2 à 750 mg/m2 une fois par jour chez les enfants. Santé Canada n’a pas autorisé d’indication pour les enfants.

Des réactions indésirables de grade 3 ou 4 sont survenues chez 60 % des patients; les réactions les plus fréquentes (≥ 2 % des patients) étaient les suivantes : infection pulmonaire (5 %), poids augmenté (7 %), dyspnée (6 %), fatigue / asthénie (5 %), troubles cognitifs (4,5 %), syncope (2,5 %), embolie pulmonaire (3,4 %), hypoxie (3,4 %), épanchement pleural (3,1 %), hypotension (2,8 %), diarrhée (2 %) et infection des voies urinaires (2,5 %).

Les manifestations mortelles comprenaient la dyspnée (0,6 %), la pneumonie (0,6 %), la septicémie (0,6 %), le suicide (0,3 %), une perforation du gros intestin (0,3 %) et le syndrome de lyse tumorale (0,3 %).

Le traitement a été définitivement arrêté en raison d’une réaction indésirable chez 9 % des patients qui ont reçu Rozlytrek. Les réactions indésirables les plus fréquentes (chacune chez moins de 1 % des patients) qui ont entraîné un arrêt définitif du traitement étaient la pneumonie, l’arrêt cardiorespiratoire, la dyspnée et la fatigue24.

Au sujet du cancer présentant une fusion du gène NTRK 

Un cancer présentant une fusion du gène NTRK (neurotrophic tyrosine receptor kinase – récepteur tyrosine kinase neurotrophique) survient lorsque les gènes NTRK1NTRK2 ou NTRK3 fusionnent avec d’autres gènes, engendrant une altération des protéines tyrosine kinase (TRKA, TRKB et TRKC) qui peut activer les voies de signalisation qui interviennent dans la croissance de certains types de cancer. La présence de fusions du gène NTRK n’est pas liée à l’emplacement de la tumeur primitive25.

À propos de Rozlytrek

Rozlytrek (entrectinib) est un médicament à administration orale indiqué pour le traitement des tumeurs solides extracrâniennes non résécables métastatiques ou localement avancées, y compris des métastases cérébrales, présentant une fusion du gène NTRK (neurotrophic tyrosine receptor kinase) sans mutation de résistance acquise connue chez les adultes lorsqu’il n’existe aucune option thérapeutique satisfaisante26. Il inhibe de manière sélective l’activité tyrosine kinase des protéines TRKA, TRKB et TRKC, dont la fusion active la division et la croissance cellulaires dans certains types de cancer27. Rozlytrek agit en bloquant l’activité kinase du gène NTRK et peut causer la mort des cellules cancéreuses dans les tumeurs présentant des fusions du gène NTRK28.

À propos de Roche

Roche est une pionnière à l’échelle mondiale dans les domaines pharmaceutique et diagnostique, qui est déterminée à faire avancer la science pour améliorer la vie des gens. Regroupant son expertise dans les domaines pharmaceutique et diagnostique sous un même toit, Roche se concentre sur l’innovation et est devenue un leader dans les soins de santé personnalisés – une stratégie visant à offrir aux patients un accès rapide à la meilleure solution thérapeutique qui soit.

Numéro un mondial de la biotechnologie, Roche produit des médicaments cliniquement différenciés pour l’oncologie, l’immunologie, les maladies infectieuses, l’ophtalmologie et les affections du système nerveux central. Roche est aussi le leader mondial du diagnostic in vitro ainsi que du diagnostic histologique du cancer, et une entreprise d’avant-garde dans la gestion du diabète.

Depuis sa fondation en 1931, Roche Canada mène des recherches pour mieux prévenir, diagnostiquer et traiter les maladies, et ainsi apporter une contribution durable à la société. L’entreprise compte plus de 1 200 employés au pays dans ses divisions des produits pharmaceutiques à Mississauga, en Ontario, et celles des produits diagnostiques et des soins du diabète à Laval, au Québec.

Roche souhaite améliorer l’accès aux produits de l’innovation médicale en collaborant avec tous les intervenants concernés. Roche Canada participe activement à la vie des collectivités par ses contributions caritatives et ses partenariats avec des organismes et des établissements de santé qui œuvrent ensemble à améliorer la qualité de vie des Canadiens. Pour obtenir plus d’information, veuillez consulter le site Web www.RocheCanada.com.

Toutes les marques de commerce mentionnées sont la propriété de leurs détenteurs respectifs.

© Copyright 2020, Hoffmann-La Roche Limitée

RÉFÉRENCES

______________________

1 Monographie de ROZLYTREK (entrectinib); février 2020.

Monographie de ROZLYTREK (entrectinib); février 2020.

3 Monographie de ROZLYTREK (entrectinib); février 2020.

Monographie de ROZLYTREK (entrectinib); février 2020.

5 A Amatu, A Sartore-Bianchi, K Bencardino, E G Pizzutilo, F Tosi, S Siena, Tropomyosin receptor kinase (TRK) biology and the role of NTRK gene fusions in cancer, Annals of Oncology, Volume 30, Issue Supplement_8, November 2019, Pages viii5-viii15. Accessible en ligne : https://doi.org/10.1093/annonc/mdz383.

Santé Canada. Ligne directrice : Avis de conformité avec conditions (AC-C). Extrait de : https://www.canada.ca/fr/sante-canada/services/medicaments-produits-sante/medicaments/demandes-presentations/lignes-directrices/avis-conformite-conditions.

Monographie de ROZLYTREK (entrectinib); février 2020.

Lassen U, How I treat NTRK gene fusion-positive cancers, ESMO Open 2019; 4:e000612. doi: 10.1136/esmoopen-2019-000612.

A Amatu, A Sartore-Bianchi, K Bencardino, E G Pizzutilo, F Tosi, S Siena, Tropomyosin receptor kinase (TRK) biology and the role of NTRK gene fusions in cancer, Annals of Oncology, Volume 30, Issue Supplement_8, November 2019, Pages viii5-viii15. Accessible en ligne : https://doi.org/10.1093/annonc/mdz383.

10 A Amatu, A Sartore-Bianchi, K Bencardino, E G Pizzutilo, F Tosi, S Siena, Tropomyosin receptor kinase (TRK) biology and the role of NTRK gene fusions in cancer, Annals of Oncology, Volume 30, Issue Supplement_8, November 2019, Pages viii5-viii15. Accessible en ligne : https://doi.org/10.1093/annonc/mdz383.

11 Rick JW, Shahin M, Chandra A, et al. Systemic therapy for brain metastases, Crit Rev Oncol Hematol, 2019;142:44-50. Accessible en ligne : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6746616/. Consulté en janvier 2020.

12 Nesline MK, Depietro P, Dy GK, et al. Oncologist uptake of comprehensive genomic profile guided targeted therapy, Oncotarget, 2019;10(45):4616-4629. Accessible en ligne : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6659802/. Consulté en janvier 2020.

13 Monographie de ROZLYTREK (entrectinib); février 2020.

14 Monographie de ROZLYTREK (entrectinib); février 2020.

15 Monographie de ROZLYTREK (entrectinib); février 2020.

16 Monographie de ROZLYTREK (entrectinib); février 2020.

17 Monographie de ROZLYTREK (entrectinib); février 2020

18 Monographie de ROZLYTREK (entrectinib); février 2020.

19 Monographie de ROZLYTREK (entrectinib); février 2020.

20 Monographie de ROZLYTREK (entrectinib); février 2020.

21 Monographie de ROZLYTREK (entrectinib); février 2020.

22 Monographie de ROZLYTREK (entrectinib); février 2020.

23 Monographie de ROZLYTREK (entrectinib); février 2020.

24 Monographie de ROZLYTREK (entrectinib); février 2020.

25 Demetri GD et al. Efficacy and Safety of Entrectinib in Patients with NTRK Fusion-Positive (NTRK-fp) Tumors: Pooled Analysis of STARTRK-2, STARTRK-1 and ALKA-372-001. Présenté lors de la réunion de l’ESMO de 2018; 19‑23 octobre 2018; Munich, Allemagne. Résumé LBA17.

26 Monographie de ROZLYTREK (entrectinib); février 2020.

27 Monographie de ROZLYTREK (entrectinib); février 2020.

28 Monographie de ROZLYTREK (entrectinib); février 2020.

SOURCE Roche Canada

Actualités | Nouvelles du PharmaBlogue | Revue de presse pharmaceutique

0 commentaire

Commenter l'article

*Champs obligatoire