logo Pharmablogue



2019-07-04  |  

Un consommateur de cannabis thérapeutique sur quatre déclare qu'il est maintenant plus difficile d'obtenir du cannabis depuis la légalisation du cannabis récréatif

Revue de presse santé

La légalisation du cannabis récréatif au Canada a eu une incidence sur l’accès au cannabis thérapeutique, comme en témoigne le fait qu’un consommateur de cannabis thérapeutique sur quatre affirme qu’il est maintenant plus difficile d’obtenir le cannabis dont il a besoin.

OTTAWA, le 4 juill. 2019 /CNW/ – Selon un récent sondage commandité conjointement par l’organisme Canadiens pour l’accès équitable à la marijuana médicale (CAEMM), la Société de l’arthrite et l’Association des pharmaciens du Canada (APhC), les problèmes d’accès ne constituent que l’une des conséquences imprévues de la légalisation du cannabis à usage récréatif qui touchent les patients qui consomment du cannabis à des fins médicales. L’approvisionnement réduit, le coût du cannabis ou une combinaison des deux a aussi mené 64 % des consommateurs de cannabis thérapeutique à réduire leur dose ou à étirer leur cannabis.

La réalité est que, depuis la légalisation, les consommateurs de cannabis récréatif ont maintenant moins de difficulté à acheter du cannabis que les patients qui ont recours à la filière cannabis à des fins médicales établie depuis longtemps. Bien que la majorité des Canadiens (83 %) croient que le cannabis est un médicament légitime pour le traitement de la douleur physique et des troubles mentaux, de nombreux patients se tournent maintenant vers les magasins de cannabis récréatif ou le marché illégal pour se procurer leur cannabis, et obtiennent des conseils en matière de santé de sources informelles.

Autres faits saillants du sondage :

  • La majorité des consommateurs de cannabis thérapeutique sondés (61 %) consomment du cannabis sans document médical, ce qui peut avoir des effets néfastes;
  • Les répondants ont indiqué que la voie d’obtention du cannabis thérapeutique la plus courante est la commande par correspondance d’un producteur autorisé (38 %) ou le marché illégal (37 %);
  • Un noyau de consommateurs (38 %) dépend fortement du cannabis, l’utilisant pour traiter principalement, comme maladie ou symptôme, la douleur physique, l’insomnie, l’anxiété, le stress et l’arthrite;
  • Bien que 60 % des consommateurs de cannabis thérapeutique déclarent consommer du cannabis en combinaison avec d’autres médicaments, une vaste majorité de patients (76 %) ne s’attend pas à ce que cela entraîne des effets secondaires;
  • 15 % des consommateurs de cannabis thérapeutique ont déjà subi des effets secondaires par suite de la consommation de cannabis avec d’autres médicaments, ou connaissent quelqu’un qui en a subi.

« Pour bien des Canadiens souffrant d’arthrite, le cannabis est bel et bien un médicament, explique la présidente et chef de la direction de la Société de l’arthrite, Janet Yale. Il est temps que le système de santé le traite comme un médicament – et cela commence par faire en sorte que les patients aient accès rapidement, à un coût abordable et de manière fiable, aux formules, aux souches et aux concentrations de cannabis dont ils ont besoin, et puissent compter sur les conseils d’un professionnel de la santé tout au long du processus. »

« Afin de pouvoir offrir aux centaines, voire aux milliers de Canadiens qui consomment du cannabis à des fins médicales un système médical efficace, il faut que ce produit soit plus facilement accessible, déclare le vice-président de CAEMM, Max Monahan-Ellison. Les patients doivent avoir accès facilement à une dose sûre, abordable et constante, ainsi qu’à une décomposition de cannabinoïdes appropriée à leurs symptômes. Ils doivent également pouvoir compter sur un soutien plus appuyé de la part des professionnels de la santé. Cela signifie traiter le cannabis comme n’importe quel autre traitement médical autorisé en éliminant la taxe, en améliorant la couverture d’assurance et la formation des professionnels de la santé, en garantissant une distribution pratique par l’intermédiaire de systèmes médicaux établis comme les pharmacies, et plus encore. »

« Les patients nous consultent souvent, à titre de spécialistes du médicament, sur l’utilisation du cannabis pour des indications variées, déclare Christine Hrudka, présidente de l’Association des pharmaciens du Canada. Il est important de comprendre comment les patients peuvent consommer du cannabis et y avoir accès, afin de pouvoir les aider à gérer leur pharmacothérapie. Bien que nous puissions faire notre part comme pharmaciens pour les appuyer, il reste que ce dont ils ont besoin, c’est d’un soutien accru du gouvernement, qui les a abandonnés sur la route de la légalisation du cannabis récréatif. »

Le sondage fait ressortir certains des défis, des lacunes et des obstacles auxquels font face les patients, en ce qui a trait tant à l’accès qu’au soutien de notre système de santé. Il est clair que le gouvernement doit redoubler d’efforts pour aider les consommateurs de cannabis thérapeutique qui ont été délaissés depuis la légalisation du cannabis récréatif.

Le sondage, commandité conjointement par Canadiens pour l’accès équitable à la marijuana médicale (CAEMM), la Société de l’arthrite et l’Association des pharmaciens du Canada (APhC), a été réalisé par Abacus Data dans le but de parvenir à une meilleure compréhension de l’expérience vécue par les consommateurs de cannabis thérapeutique depuis la légalisation du cannabis récréatif, entrée en vigueur en octobre 2018. 

La Société de l’arthrite
La Société de l’arthrite est un organisme de bienfaisance national du domaine de la santé. Ayant ses donateurs et ses bénévoles pour moteur, elle aspire à un monde où les gens sont libérés des effets dévastateurs de l’arthrite. Elle a vu le jour en 1948 et découle d’un objectif très clair : soulager la souffrance des gens perclus d’arthrite. Aujourd’hui, nous cultivons cette passion dans des collectivités partout au pays. Grâce à la confiance et au soutien de ses donateurs et de ses commanditaires, la Société de l’arthrite est la plus importante source canadienne d’investissements dans la recherche de pointe sur l’arthrite du secteur caritatif et un chef de file dans la défense proactive de la cause et le développement de solutions novatrices qui amélioreront la santé des personnes atteintes d’arthrite. La Société de l’arthrite est agréée par le Programme de normes d’Imagine Canada. Pour plus d’information, faire du bénévolat ou faire un don, visitez arthrite.ca.

Canadiens pour l’accès équitable à la marijuana médicale
Canadiens pour l’accès équitable à la marijuana médicale (CAEMM) est un organisme fédéral sans but lucratif et non partisan dirigé par des patients qui se consacre à la protection et à l’amélioration des droits des patients sous traitement de cannabis médicinal. CAEMM a pour objectif de permettre aux patients d’avoir accès à du cannabis médicinal de manière équitable et sécuritaire, en misant particulièrement sur l’aspect abordable. Pour en savoir plus, visitez le www.cfamm.ca

L’Association des pharmaciens du Canada
L’Association des pharmaciens du Canada (APhC) est la voix nationale unificatrice de la pharmacie et de la profession de pharmacien au Canada. Alors que les pharmaciens jouent un rôle accru dans la prestation de services de soins de santé, l’APhC veille à ce que la profession soit reconnue comme une figure de proue à l’échelle nationale, influant sur les politiques, les programmes, les budgets et les initiatives qui touchent la profession de pharmacien et la santé des Canadiens. www.pharmacists.ca 

SOURCE Société de l’arthrite, Canadiens pour l’accès équitable à la marijuana médicale et Association des pharmaciens du Canada




Actualités | Nouvelles du PharmaBlogue | Revue de presse pharmaceutique | Revue de presse santé

0 commentaire

Commenter l'article

*Champs obligatoire


+ Populaires + Commentés
pommade du Dr Nweman

[ Allaitement ] La crème « tout usage » du Dr Jack Newman : un traitement miracle ?


téterelle allaitement

La téterelle et l'allaitement : pourquoi, quand et comment?


descente d

Prévenir la descente d’organes à la suite de l’accouchement


La massothérapie

Les secrets de la massothérapie


blanchiment des dents

Le blanchiment des dents : bien plus qu’une procédure esthétique!


La profession d’ATP : en constante évolution!


Article suivant

Santé Canada rappelle aux Canadiens des conseils de salubrité des aliments pour les achats dans les marchés fermiers