logo Pharmablogue



2019-11-07  |  

Une étude de Deloitte révèle que les programmes de santé mentale en milieu de travail ont des retombées importantes

Revue de presse santé

Selon un rapport de Deloitte Canada publié aujourd’hui, une étude menée au Canada, la première en son genre, a démontré que les entreprises canadiennes peuvent obtenir des retombées importantes d’initiatives de santé mentale en milieu de travail.

MONTRÉAL, le 4 nov. 2019 /CNW/ – L’analyse révèle que les entreprises qui offrent un programme de santé mentale depuis un an ont un RCI annuel médian de 1,62 $ pour chaque dollar investi. Dans le cas des entreprises ayant mis en place de tels programmes depuis au moins trois ans, le RCI annuel médian passe à plus du double, soit 2,18 $ pour chaque dollar dépensé.

Le rapport, Les programmes de santé mentale en milieu de travail : une valeur ajoutée pour les employés et les employeurs, a analysé des données historiques sur les investissements effectués et les économies réalisées par sept grandes entreprises canadiennes à différentes étapes du processus de mise en œuvre de programmes de santé mentale en milieu de travail. Des entrevues ont également été menées auprès de leaders de ces sept entreprises et de trois autres organisations, soit Air Canada, ATB Financial, Bell, Canada Vie, la CIBC, le Mouvement Desjardins, Enbridge Inc., Énergir, Husky Energy et Morneau Shepell.

« Il est impératif, d’un point de vue tant économique que moral, que les employeurs canadiens reconnaissent que le coût des problèmes de santé mentale en milieu de travail au Canada est estimé à 50 milliards de dollars par année, et qu’ils agissent à cet égard, indique Anthony Viel, chef de la direction, Deloitte Canada. Les conclusions de ce rapport constituent une analyse de rentabilité qu’il est impossible d’ignorer. Les organisations qui s’engagent à exécuter et à mesurer des programmes de bien-être efficaces pour leurs employés créent des milieux de travail plus sains et constatent que les investissements dans la santé mentale rapportent. »

Le rapport fait notamment état des conclusions suivantes :

  • Les programmes de bien-être ont plus de chances d’avoir des retombées positives lorsqu’ils appuient les employés dans toutes les sphères de la santé mentale, depuis la promotion du bien-être jusqu’à l’intervention et aux soins.
  • Les employeurs pourraient obtenir un RCI plus élevé s’ils privilégiaient les investissements dans les domaines ayant une plus forte incidence, notamment la formation des leaders et les mesures de prévention, y compris les soins psychologiques.
  • Si les employeurs mesuraient leurs données de référence et faisaient le point sur les initiatives existantes, bon nombre d’organisations se rendraient compte qu’elles ont déjà commencé à utiliser les bons outils pour appuyer la santé mentale en milieu de travail.
  • L’adoption de mécanismes pour mesurer le rendement peut aider une organisation à atteindre les objectifs poursuivis en matière d’incidence, à accroître les taux de participation et à améliorer le processus décisionnel.

« Les répercussions négatives des problèmes de santé mentale en milieu de travail sur l’économie canadienne sont ahurissantes. Par la voie de cette étude, la première du genre au Canada, nous avons établi un plan directeur pour constituer une main-d’œuvre en meilleure santé, explique Craig Alexander, économiste en chef, Deloitte Canada. Pour s’assurer que le Canada continue de faire progresser son économie et d’améliorer sa compétitivité sur la scène mondiale, les employeurs de tout le pays doivent agir dès maintenant et prendre une longueur d’avance en investissant dans le bien-être mental de leurs employés. La situation est claire. »

Les organisations qui commencent à envisager des investissements dans les programmes de santé mentale savent rarement par où commencer. Une fois le processus amorcé, elles ont parfois des obstacles courants à surmonter. Pour aider les employeurs au niveau de ces deux aspects, le rapport propose un plan directeur pour la mise en œuvre progressive de programmes de santé mentale en milieu de travail ainsi qu’une approche pour évaluer les résultats de tels programmes.

« Nous poursuivons notre processus de mise en œuvre de la Norme nationale du Canada en matière de santé et de sécurité psychologiques en milieu de travail. Dans le cadre de cet engagement, notre Cabinet met l’accent sur l’amélioration de nos programmes de bien-être et de nos avantages sociaux en matière de santé mentale afin de mieux répondre aux besoins d’une main-d’œuvre agile, multigénérationnelle et à rendement élevé, a déclaré M. Viel. Nous avons fait un grand pas en avant cet automne en rehaussant les avantages sociaux consacrés à la santé mentale pour nos gens – élargissant l’éventail de fournisseurs de services psychologiques et faisant passer le montant des remboursements accordés annuellement de 300 $ à 4 000 $ par personne. »

Pour en savoir davantage et pour lire intégralement le rapport de Deloitte Canada, veuillez cliquer ici.

À propos de l’étude

Nous avons procédé à une analyse des données historiques sur les investissements effectués et les économies réalisées par sept entreprises canadiennes à différentes étapes du processus de mise en œuvre de programmes de santé mentale en milieu de travail. Des entrevues ont également été menées auprès d’experts en la matière et de leaders de 10 entreprises afin de déterminer le rendement du capital investi (RCI) typique de programmes de santé mentale en milieu de travail, les défis courants à relever et les éléments essentiels pour la réussite de tels programmes, ainsi que les meilleures pratiques devant être envisagées par les employeurs.

À propos de Deloitte

Deloitte offre des services dans les domaines de l’audit et de la certification, de la consultation, des conseils financiers, des conseils en gestion des risques, de la fiscalité et d’autres services connexes à de nombreuses sociétés ouvertes et fermées dans de nombreux secteurs. Deloitte sert quatre entreprises sur cinq du palmarès Fortune Global 500MD par l’intermédiaire de son réseau mondial de cabinets membres dans plus de 150 pays et territoires, qui offre les compétences de renommée mondiale, le savoir et les services dont les clients ont besoin pour surmonter les défis d’entreprise les plus complexes. Pour en apprendre davantage sur la façon dont les quelque 264 000 professionnels de Deloitte ont une influence marquante – y compris les 14 000 professionnels du cabinet canadien – veuillez nous suivre sur LinkedInTwitter ou Facebook.

Deloitte S.E.N.C.R.L./s.r.l., société à responsabilité limitée constituée en vertu des lois de l’Ontario, est le cabinet membre canadien de Deloitte Touche Tohmatsu Limited. Deloitte désigne une ou plusieurs entités parmi Deloitte Touche Tohmatsu Limited, société fermée à responsabilité limitée par garanties du Royaume-Uni, ainsi que son réseau de cabinets membres dont chacun constitue une entité juridique distincte et indépendante. Pour une description détaillée de la structure juridique de Deloitte Touche Tohmatsu Limited et de ses sociétés membres, voir www.deloitte.com/ca/apropos.

SOURCE Deloitte & Touche




Actualités | Nouvelles du PharmaBlogue | Revue de presse santé

0 commentaire

Commenter l'article

*Champs obligatoire


+ Populaires + Commentés
pommade du Dr Nweman

[ Allaitement ] La crème « tout usage » du Dr Jack Newman : un traitement miracle ?


téterelle allaitement

La téterelle et l'allaitement : pourquoi, quand et comment?


descente d

Prévenir la descente d’organes à la suite de l’accouchement


La massothérapie

Les secrets de la massothérapie


blanchiment des dents

Le blanchiment des dents : bien plus qu’une procédure esthétique!


La profession d’ATP : en constante évolution!


Article suivant

Revue de presse santé

Comment détecter le GHB?